Astronomie, exploration spatiale etc.

Venez discuter de tout et de rien, sur n'importe quel sujet
Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: Astronomie etc.

Message par Amber-Star » 23 août 2015, 19:16

Night Alchemist a écrit:
Des LED vertes ont aussi été testées, mais -quand-bien même elles s'avèrent plus familières vis-à-vis des astronautes- il ne s'agit pas d'une lumière optimale pour la culture des feuilles de salade.
Et pour cause: aucun des pigments de la chlorophylle ( des plantes terrestres) n'absorbe les longueurs d'ondes du vert!
L'absorption se fait essentiellement dans les bleus ( <450 nm et les rouges (>650 nm), d'où le choix de l'éclairage.

Image

le spectre du haut est celui de la lumière blanche, celui du bas est le spectre d'absorption des pigments de la chlorophylle.
La composition des pigments peut varier chez certaines algues ou bactéries photosynthétiques.
Les algues brunes, grâce à un pigment spécifique peuvent utiliser les longueurs d'ondes correspondant au bleu-vert
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie etc.

Message par Night Alchemist » 23 août 2015, 23:03

Ah d'accord, j'ignorais ces détails ! C'est très ... éclairant ! 8-)

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie etc.

Message par Night Alchemist » 13 septembre 2015, 08:05

Dawn

Des nouvelles de la sonde américaine Dawn, actuellement en orbite autour de la planète naine Cerès ! On s'en souvient, le point d'intérêt le plus fascinant de la planète se trouve être les points lumineux qui ont pu être observé depuis plusieurs mois déjà, quand la sonde était encore très éloignée de sa destination.

Eh bien la Nasa a dévoilé une nouvelle image prise d'encore plus près (140m par pixel), et permettant de mieux apercevoir la zone en question, au milieu d'un cratère. Les parois de celui-ci seraient ainsi par endroit quasiment verticales.

Quant à l'origine des points lumineux, ils sont encore minutieusement étudiés par les scientifiques de la mission. Il pourrait s'agir de glace ou de sel, ou bien encore de volcans ou de geysers.
Image
Mars Orbiter Mission

Une fois n'est pas coutume, passons du côté de Mars, et plus précisément du côté de la sonde indienne (eh oui, la nouvelle course à l'espace est asiatique) affectueusement surnommée MOM (les initiales de la mission quoi :)) et en orbite autour de la planète rouge depuis septembre 2014.
Et bien celle-ci a eu l'occasion de photographier l'Ophir Chasma canyon, dans la fameuse Valles Marineris, puis de quoi en former une imagerie en trois dimensions, ce qui est toujours plus intéressants pour apprécier pleinement les détails de la topographie locale.
Image
Image
Image
Mars 2020

Le développement du prochain robot de la Nasa à destination de Mars continue dans les temps. Si son design général restera dans les grandes lignes similaire à celui de Curiosity, les instruments scientifiques emportés à bord de la machine seront tout nouveau tout neuf, de même que les roues et les suspensions sensées améliorer la longévité de Mars 2020 de 50% de plus par rapport à son frère aîné Curiosity.

Par ailleurs, une des grandes innovations de la mission consistera en la collecte d'échantillons marsiens par le robot, échantillons qui seront déposés dans une zone précise en vue d'être collectés postérieurement puis ramenés sur Terre par le biais d'une autre mission.

Mais pour l'instant, les différentes réunions ont surtout pour but de définir une zone d'atterrissage pour la future mission.
Image
Image
Cassini–Huygens

La sonde Cassini, lancée en 1997 et explorant Saturne et ses innombrables lunes depuis 2004, a effectuée fin août son dernier passage à 295 km de la lune Dioné, prenant au passage encore un de ces magnifiques clichés dont elle a le secret.
Image
New Horizons

Et enfin, tandis que la sonde New Horizons s'éloigne désormais de Pluton, un nouveau objectif lui a été assigné : l'astéroïde 2014 MU69 (toujours dans la Ceinture de Kuiper). Sa taille est estimée à approximativement 45km de diamètre ; New Horizons devrait mettre un peu plus de trois ans avant d'arriver dans son voisinage.

D'ici là, les scientifiques en charge de la mission et de la sonde auront de quoi s'occuper, l'engin ne faisant que leur transmettre le début de toute une somme de données accumulées lors de son survol de Pluton le 14 juillet dernier. Parmi les derniers clichés dévoilés par la Nasa, nous pouvons admirer ces belles images plus ou moins zoomées de la topographie plutonienne.
Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
Beep
Messages : 18
Enregistré le : 15 septembre 2015, 16:52
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Voltige
Affiliation : Indépendant
Contact :

Re: Astronomie etc.

Message par Beep » 17 septembre 2015, 19:11

Superbes images!

J'en ajoute une petite, qui devrait vous rappeler quelque chose:

Image

— Non, ce n'est pas une lune, c'est une... Ah ben si c'est une lune finalement. (Mimas, satellite de Saturne.)

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie etc.

Message par Night Alchemist » 12 octobre 2015, 19:28

Beep a écrit :Mimas, satellite de Saturne
A ne pas confondre avec Minmus ! :D

Cassini–Huygens

La sonde Cassini s'apprête à venir (à nouveau) frôler Encelade -une belle et glaciale lune de Saturne- ce 28 octobre, à tout juste 49 km de sa surface.

D'ici là, l'équipe scientifique en charge de la mission a pu déduire des données de la sonde qu'Encelade, en plus d'être géologiquement actif et de posséder une très mince atmosphère par endroit, abriterait un océan liquide géant sous son manteau de glace.

Cela expliquerait notamment les jets de matière (vapeur d'eau, particules de glace et autres molécules) constatés à son pôle sud par la sonde Cassini, et qui proviendraient de geysers locaux.
Image
Parallèlement à la mission Cassini, la NASA réfléchit sérieusement à une mission qui consisterait à envoyer une sonde en plein dans ces fameux jets de matière et à revenir sur Terre avec des échantillons. Le concept de cette mission, encore à un stade précoce, s'est déjà vu attribuer un nom officiel, à savoir Life Investigation for Enceladus (abrégé en ... LIFE, of course).

Une autre concept de mission étudié, surnommé Enceladus Life Finder (ELF), propose lui aussi de récolter des échantillons des émissions de matière d'Encelade, mais les étudierait à bord de la sonde même, pour ensuite juste transmettre les données à distance, plutôt que de faire parvenir cette récolte sur Terre comme le propose LIFE.
Image
Orion

La NASA pourrait retarder de deux ans l'Exploration Mission 2, c'est-à-dire le premier vol habité à bord de la nouvelle capsule américaine Orion, décalant la mission de 2021 à 2023, même si toutes leur équipes travaillent d'arrache-pied afin d'être prêt pour la date initiale.

Pour rappel, l'Exploration Mission 2 devrait (rien n'est encore gravé dans le marbre) consister en un survol de la Lune. Avec l'Exploration Mission 1 (un vol inhabité autour de la Lune, prévu pour novembre 2018), il s'agira aussi des premiers vols du Space Launch System, le plus grand lanceur depuis la Saturn V du programme Appolo, et qui devrait permettre, à terme, d'envoyer des gens sur Mars.

La première mission de grande envergure, l'Exploration Mission 3, devrait, elle, consister en un survol habité -en 2026- d'un astéroïde préalablement capturé et placé en orbite lunaire fin 2025.

New Horizons

Encore un cliché à la fois merveilleux et très intéressant venant des confins de notre système ! Cette fois, la sonde New Horizons nous permet d'admirer la fine atmosphère de Pluton, telle qu'elle était visible 15 minutes après son survol de la planète naine. On remarquera le rôle important du Soleil et des ombres qu'il génère dans la mise en valeur de la topographie accidentée de la surface !
Image
Par ailleurs, la NASA nous a aussi gratifié de cette magnifique photographie de la plus fameuse des planètes naines, en haute définition et avec des couleurs accentuées pour le plus grand plaisir de nos rétines, voyez-donc !
Image
A celle-ci vient s'ajouter un tout aussi fantastique cliché de Charon, la plus grande des lunes de Pluton, que je vous laisse admirer ci-dessous.
Image
NASA's Journey to Mars

La NASA a publié le 8 octobre dernier un document grand public de 36 pages intitulé NASA's Journey to Mars. Pioneering Next Steps in Space Exploration (consultable ici), résumant grosso modo où on en est par rapport à Mars, quels sont les différents objectifs à atteindre pour y arriver, etc.

On remarquera quand-même que les trois étapes qui y sont détaillées (à savoir : 1- Recherches à bord de l'ISS 2- Opérations grandeur nature dans l'espace lunaire 3- Opérations dans l'espace de Mars et de ses lunes) correspondent plus ou moins exactement au regretté programme Constellation, dont l'annulation en 2010 a tout de même eu pour conséquence un retard global de presque de 6 à 8 ans par rapport à l'objectif marsien (l'année 2015 aurait dû voir les trois premiers vols habités de la capsule Orion).

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie etc.

Message par Night Alchemist » 06 novembre 2015, 17:49

Une actualité bien chargée en ce moment !

Cassini–Huygens

Comme prévu, la fameuse sonde saturnienne a plongé à la fin du mois dernier à près de 50 km du pôle sud d'Encelade.

La NASA a dévoilée par la suite les deux photographies suivantes, l'une étant un portrait de la lune (oui, elle est toute petite : son rayon n'est que de 252 km), l'autre se focalisant plutôt sur l'objet de l'expédition, à savoir les jets de matière (on en a parlé plus haut, dans le post d'avant).
Image
Image
D'autres images, prises quelques jours avant son approche maximale, permettent de bien voir le relief de la surface d'Encelade et ses caractéristiques tracés sinueux.
Image
Et puisqu'on parle des clichés pris par Cassini, je ne résiste pas à vous faire partager cette magnifique vue de Mimas (en bas) et Pandora (en haut) qu'a prise la sonde le 26 juillet dernier !
Image
Rosetta

Orbitant autour de 67P/Tchourioumov-Guérassimenko depuis l'été 2014, la sonde européenne Rosetta a surpris tout le monde en détectant de l'oxygène moléculaire (de l'O2 quoi) s'échappant de la comète. Si on peut en trouver ça et là dans le système solaire, notamment du côté des lunes des géantes gazeuses Jupiter et Saturne, on ne devrait normalement pas en trouver sur une comète.

Des analyses plus poussées ont montré que le taux d'oxygène pouvait former jusqu'à 10% de la matière éjectée par la comète. Il s'agirait par ailleurs d'oxygène dit "primordial", précédent notre système solaire.

Il pourrait en résulter de nouveaux modèles concernant la formation du système solaire, de nouvelle considérations dans un domaine plutôt chimique (rapport à la formation de l'oxygène) ainsi qu'à une réévaluation du lien entre la molécule en question et la probabilité de la présence de vie.

New Horizons

La sonde qui est passé cet été près de Pluton a officiellement mis le cap cette semaine en direction de 2014 MU69. Elle devrait y parvenir en 2019.

En attendant, de nouvelles images des petites lunes de Pluton nous sont parvenues, ce qui permet de dresser le petit portrait de famille ci-dessous.
Image
MAVEN

C'est tout nouveau tout chaud : la NASA a présenté hier les trouvailles de la sonde MAVEN (Mars Atmosphere and Volatile Evolution), en orbite autour de Mars depuis septembre 2014.

Il en résulte que la planète rouge aurait perdu la majorité de son atmosphère assez tôt dans sa jeunesse à cause du vent solaire qui, en l'absence de champ magnétique comparable à notre propre planète (comme on le voit sur l'image ci-dessous), aurait petit à petit grignoté l'atmosphère de Mars. Il a aussi été observé que les tempêtes solaires peuvent multiplier jusqu'à 20 fois la vitesse de disparition de cette atmosphère.

La principale phase de "destruction" de l'atmosphère marsienne serait intervenue entre 4,2 et 3,7 milliards d'années, une période marquée par de nombreuses éruptions solaires.

Par ailleurs, MAVEN a aussi constaté la présence d'aurores ultraviolettes, notamment lors des épisodes de tempête solaire. Les scientifiques ne savent toutefois pas encore si elles pourraient être observables à l'oeil nu.
Image
Space Launch System

La NASA a déclaré que l'ambitieux projet du Space Launch System, la nouvelle fusée qui rendra possible des missions habitées vers Mars, a été officiellement validée et que tous les feux sont au vert pour son développement.

Il s'agira du premier véhicule spatial américain permettant des vols habités depuis les débuts des navettes spatiales, il y a une quarantaine d'années, et la première fusée pouvant mener des astronautes au delà de l'orbite terrestre basse depuis la mythique Saturn V du programme Apollo.

Initialement destinée à être noire et blanche comme la Saturn V, la nouvelle fusée sera en fait en partie orange, qui est la couleur naturelle du matériau de revêtement de la structure principale. L'économie de peinture blanche fera ainsi gagner plusieurs centaine (voir quelques milliers, je n'ai pas les chiffres exacts) de kilos à la fusée. La même chose s'était produite à l'époque des débuts de la navette spatiale.
Image
ISS

Enfin, la Station Spatiale Internationale vient de fêter les 15 ans de présence humaine continue dans l'espace ! En effet, depuis l'arrivée à son bord, le 2 novembre 2000, des premiers astronautes, la station n'a a aucun moment était inhabitée ; belle prouesse !

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie etc.

Message par Night Alchemist » 21 janvier 2016, 19:44

Pfiou, ça fait un moment que je n'ai pas regardé ce qu'il s'est passé du côté des étoiles et du cosmos plus ou moins proche, il est temps de combler un peu cette lacune et de voir les nouvelles astronomiques depuis début novembre !

V774104

Découvert par le télescope japonais Subaru et dévoilé lors d'un colloque de l'Union américaine d'astronomie cet automne, V774104 est un tout nouveau objet transneptunien, d'un diamètre compris entre 500 et 1000 km (soit au moins moitié moins grand que Pluton).

Ce qui le distingue, c'est le fait qu'il s'agisse actuellement du plus lointain des corps transneptuniens observable (et donc l'objet le plus lointain de notre système solaire, hors comètes, astéroïdes et nos propres sondes), puisqu'il se trouverait à 103 AU du Soleil, c'est-à-dire à environ 15,5 milliards km de notre étoile.

Son orbite et le sens de sa révolution ne sont toutefois pas encore connues (c'est notamment pour cela qu'il n'a pas été baptisé), contrairement à Eris, la planète naine actuellement située à 96,4 AU à qui V774104 a piqué le titre d'objet le plus lointain du système.

Selon sa trajectoire (ascendante ou descendante), V774104 devrait se rapprocher de orbite d'Eris (liée à celle de Neptune) ou de celles de Sedna et de 2012 VP 113, qui sont beaucoup trop éloignées de Neptune (leur aphélies -point max de leur orbites- est respectivement de 936 et 446 AU) et qui posent de nombreuses questions sur la structure et l'histoire des confins de notre système.

Une 9e planète ?

Le cas de V774104 se trouve être par ailleurs, hasard du calendrier, l'introduction parfaite à un des sujets chaud de cette mi-janvier 2016 : l'info nous vient d'une équipe du California Institue of Technology qui vient de publier ce 20 janvier dans The Astronomical Journal un article théorisant la présence d'une neuvième planète dans notre système solaire.

Sa présence serait une déduction mathématique réalisée via des simulations se basant sur les étranges orbites elliptiques de six corps transneptuniens, dont Sedna et 2012 VP 113.

Ceux-ci possèdent plusieurs points communs déjà attestés, tels que l'inclinaison particulière de leur orbite, leur éloignement extrême par rapports aux autres transneptuniens davantage contenus dans la zone de la Ceinture de Kuiper (comme Eris ou Pluton), ou encore leur périhélies (point mininum de leur orbites) situées approximativement au même niveau (80,5 AU pour 2012 VP 113, 76 AU pour Sedna).
Image
Aussi, le fait que tout ces points communs soient le fait du hasard est quasi-impossible, et doit donc bien résulter de quelques chose. D'où leur 9e planète.

Celle-ci serait d'une taille à peu près intermédiaire entre la Terre et Neptune (10 fois la masse de la Terre), et posséderait une orbite inclinée à 180° par rapport aux autres planètes classiques. Sa taille correspondrait par ailleurs à la taille typique de la majorité des exoplanètes découvertes (et pourtant absentes de notre propre système).

Cette planète reste donc encore une théorie dont l'existence hypothétique n'est pour l'instant appuyée que par des observations et des calculs indirects. La prochaine étape serait une identification visuelle, maintenant que l'on connaît son orbite théorique (une périhélie de 200 AU et une aphélie quelque part entre 600 et 1200 AU).

La tâche s'annonce ardue, mais apparemment l'étude est prise très au sérieux par la communauté scientifique mondiale. Mieux, l'équipe à l'origine de l'article est constitué notamment de Mike Brown, qui avait déjà découvert Sedna en 2003, puis la planète naine Eris en 2005 (événement responsable de la relégation de Pluton quelque années après).
Image
New Shepard

Presque sept mois après l'échec de la tentative d'atterrissage du Falcon 9 de SpaceX en avril 2015, c'est la fusée New Shepard de Blue Origin qui a surpris tout le monde en réussissant pour la première fois à atterrir sur notre planète, le 23 novembre dernier, après frôlé la limite de l'espace et largué une capsule au cours d'un vol suborbital à 100,5 km d'altitude.

Le chantier des lanceurs réutilisable est en effet un des grands défi actuels, notamment parce qu'il permettrait à terme de réduire significativement les coûts de l'accès à l'espace. C'est exactement ce qui intéresse Blue Origin, entreprise privée appartenant au patron d'Amazon, et qui officie dans le tourisme spatial.

Une fois cette technologie maîtrisée, les grandes agences spatiales nationales devraient à leur tour se mettre à jour, toujours dans l'optique d'économiser leur sous. Pour info, une seule fusée Saturn V (mise au point pour aller vers la Lune pendant le programme Appolo) coûtait l'équivalent de 41,4 milliards de dollars actuels.
Image
Falcon 9

Et puisque l'on parle du loup : dès le 21 décembre 2015, SpaceX s'est tout de suite remis de la petite baffe de Blue Origin en réussissant à son tour à faire atterrir sa fusée Falcon 9.

Bien que ce n'était que le 2e atterrissage d'une fusée spatiale au monde, il s'agissait en revanche d'une première pour un vol orbital (en orbite terrestre basse) ; par ailleurs, il ne s'agissait pas seulement d'un test, à l'instar du New Shepard de Blue Origin, mais d'une mission commerciale complète, le Falcon 9 en ayant profité pour mettre en orbite 11 satellites pour ORBCOMM.

Ce succès permet pour SpaceX de termine cette année compliquée la tête haute. Outre les deux tentatives ratées précédentes en janvier puis en avril, la société d'Elon Musk a aussi eu à gérer l'explosion en vol en juin de leur fusée-cargo à destination de la Station Spatiale Internationale.

Parmi les chantiers à venir pour SpaceX, il va y avoir le début de leur vols habités, ainsi que la continuation du développement des fusées réutilisables, étant donné que seul le premier étage est pour l'instant récupérable.
Image
Par ailleurs, la technologie n'est pas encore tout à fait perfectionnée, puisque une nouvelle tentative d'atterrissage, cette fois sur une plateforme en mer, ce 17 janvier, n'a pas réussie. De peu, comme la tentative d'avril 2015, mais cela reste un échec.

Au moins cela nous laisse de belles images ! ;)

Mars Science Laboratory

Revenons à notre cher robot Curiosity que nous avions laissé cet été aux pieds du mont Sharp, sur Mars, en train de fêter son 3e anniversaire sur la planète rouge avec un selfie. Reprenant son périple, le laboratoire ambulant s'est dirigé au nord-ouest du mont Sharp, en direction des Bagnold Dunes. La zone étant assez étendue, Curiosity fut chargé d'explorer une dune en particulier, surnommée Namib, grande comme un terrain de football et haute comme un immeuble de deux étages.

Ce que la NASA savait déjà à l'avance, c'était que ces dunes sont belles et bien actives et bougent -par l'action du vent martien- de presque un mètre par an. L'étude précise de ce qui la compose intéresse aussi au plus point les scientifiques.

Pour l'instant, Curiosity est arrivé sur place depuis la fin de l'automne et la collecte d'échantillon et de prises de vues se poursuit sans encombre et devrait encore durer quelques semaines. La première image ci-dessous a elle été prise par le Mars Reconnaissance Orbiter en octobre 2015.
Image
Image
Image
New Horizons

La NASA a dévoilée en décembre de nouveaux clichés pris par la sonde passée près de Pluton l'été dernier. On y voit mieux que jamais le relief varié et les paysages aussi magnifiques qu'hostiles de la planète naine. Voyez par vous-même !

Pour rappel, la sonde se dirige actuellement vers 2014 MU69, qui se trouve lui aussi dans la Ceinture de Kuiper, et qu'elle devrait pouvoir explorer autour de janvier 2019.
Image
Image
Image
Akatsuki

La sonde japonaise Akatsuki a réussie a entrer dans l'orbite de Vénus le 9 décembre dernier, cinq longues années après avoir raté sa première tentative. Contrairement à l'orbite prévue initialement (en 2010 donc), celle adoptée par la sonde est beaucoup plus elliptique, puisque son apogée est haute de 440 000 km et son périgée est de 440 km. L'orbite devrait être rectifiée progressivement à partir de 2016.

D'après l'équipe scientifique en charge de la mission, au moins la moitié des 6 instruments de la sonde seraient encore opérationnels. Des opérations de mise en marche et de vérification de l'équipement devraient avoir lieu jusqu'en avril.

Il s'agit seulement de la troisième mission interplanétaire de la JAXXA, l'agence spatiale japonaise, après l'échec de la sonde martienne Nozomi en 2003, et la mission lunaire réussie de la sonde Kaguya entre 2007 et 2009. Ci-dessous une vue de Vénus prise par Akatsuki le 6 décembre dernier, à une distance de 72 000 km.
Image
Dawn

La sonde Dawn en orbite autour de la planète naine Cérès, dans la ceinture principale d'astéroïde, depuis mars 2015, n'en finit plus de nous fournir un tas de questions mais désormais aussi quelques réponses, notamment au sujets des fameux points très lumineux de la planète.

En effet, ans un article paru début décembre dans la revue Nature, les scientifiques en charge de la mission ont abordé le sujet sensible des points lumineux. D'après eux, il s'agirait non pas d'une métropole alien, mais tout simplement de dépôts de sel combiné à la présence d'une sorte de brume intermittente. Par ailleurs, il y aurait au moins 130 différents sites lumineux, un peu partout sur la planète, en dehors du désormais fameux cratère Occator.

Il se pourrait aussi que ces dépôts de sels soient les restes de glace ayant sublimé. Cérès se vaporise-t-elle donc par endroit comme une comète ? La recherche et les conjonctures continuent ! Ci-dessous deux images de la surface de Cérès prises en décembre 2015, à 385 km de la surface.
Image
Image
InSight

Le projet d'atterrisseur martien de la NASA prénommé InSight et normalement prévu pour décoller vers la planète rouge en mars 2016 va prendre un retard certain, comme l'a annonce l'agence spatiale américaine le 22 décembre dernier. Ce retard a été causé par une faille technique de la machine autour de l'un des instruments principaux.

Par conséquent, il lui faudra être prêt pour la prochaine fenêtre de tir,vers la mi-2018. La NASA réfléchit aussi à l'annulation pure et simple de la mission. Quel que soit le futur de la mission InSight, cela ne devrait pas avoir d'impact sur le reste des opérations en cours et à venir de la NASA concernant la planète rouge.

InSight devait avoir pour objet une analyse -notamment sismologique- de la structure interne de Mars.

ISS

Et on termine une fois encore avec deux petites actus venant de la Station Spatiale Internationale !

Tout d'abord, l'expérience VEGGIE, la culture de feuilles de salade de la Station Spatiale, dont on a évoqué le succès de la première récolte en août, a connu début janvier un petit revers avec la découverte de moisissures. Certains plants sont malades, d'autres sont morts ; cela serait dû à un apport excessif en eau. Heureusement, encore trois plants restent intactes.

Apparemment détectés dès le 22 décembre, ces soucis ont mis beaucoup trop de temps à être réglés, notamment à cause de difficultés de communications entre l'équipe de la station et celle en charge de l'expérience, sur Terre (pendant la période délicate des fêtes de fin d'année). Par conséquent, la NASA autorise désormais le commandant de la station de changer en cas de besoin et de manière autonome les paramètres de VEGGIE.

Enfin, sur un ton un peu plus dramatique mais là encore heureusement sans dégât, l'astronaute américain Tim Kopra a dû rentrer en urgence à l'intérieur de la Station, le 15 janvier dernier, en plein cours d'une sortie de maintenance à l'extérieur, après que de l'eau ait commencé à remplir son casque. Ce qui n'est jamais rassurant ! ;)

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 07 février 2016, 07:20

Chang'e 3 / Yutu

Ces deux derniers semaines ont surtout été marquées par la publication par l'agence spatiale chinoise de nouvelles photographies prises à la surface de la Lune par le robot astromobile Yutu ("Lapin de Jade") ainsi que par son atterrisseur, dans le cadre de la mission lunaire Chang'e 3, qui a été le 14 décembre 2013, le premier engin à se poser la surface de notre lune depuis la mission soviétique Luna 24 en 1976.

Bien qu'immobile depuis le deuxième jour de la mission, le robot Yutu continuera d'être actif par intermittence et de fournir d'intéressantes données scientifiques, notamment du point de vue géologique. L'équipe savante de la mission chinoise a ainsi pu relever l'existence d'un nouveau type de roche basaltique, différente des spécimens analysés au cours des missions américaines et soviétiques.

La Chine, particulièrement ambitieuse en ce qui concerne la Lune, a prévu d'y envoyer trois autres atterrisseurs (Chang'e 4, 5 et 6) d'ici les 5 prochaines années. Ci dessous, différents clichés nouveaux et anciens de la mission Chang'e 3.
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
ISS / VEGGIE

En restant dans les environs de la Terre, les astronautes de la Station Spatiale Internationale semblent accorder de plus en plus de leur temps à de la botanique spatial. L'expérience VEGGIE - qui était passé pas loin de la catastrophe à la fin de l'année dernière - a ainsi donnée naissance à une fleur de Zinnia (photographiée ci-dessous).

Pour la petite histoire, ce n'est cependant pas la première fleur a éclore à bord de la station, puisqu'elle avait été précédée en juin 2012 par l'éclosion d'une fleur de topinambour apportée par l'astronaute américain Donald Pettit.

Mais ce n'était toujours pas la première fleur de l'espace : la mission soviétique Kosmos 110 lancée en orbite pendant 22 jours en 1966 aurait permis la germination de graines de haricots ; en 1982 ils auraient aussi fait pousser de l'Arabidopsis à bord de la station spatiale Mir.
Image
SLS - Exploration Mission 1 / NEA Scout

La première mission du nouveau lanceur super-lourd actuellement en cours de développement par la NASA, le Space Launch System (SLS), l'Exploration Mission 1 est toujours prévue pour novembre 2018. L'agence spatiale américaine vient de dévoiler début février la liste des 7 sur 13 mini-satellites de type CubeSat qui seront embarqués avec la fusée puis lâchés lors de sa trajectoire autour de la Lune (la moitié des 6 CubeSats restant seront fournis par des partenaires internationaux).

Parmi la liste des "mini-satellites" dévoilés, un des plus intéressants est sans conteste le Near-Earth Asteroid Scout (14 kg) qui, comme son nom l'indique, devrait aller explorer un astéroïde proche de la Terre. Pour l'instant la NASA porte ses yeux sur l'intriguant astéroïde 1991 VG, mais ce choix n'est pas encore définitif.

Pour revenir au NEA Scout, la petite sonde sera donc lâché dans la nature autour de la Lune, puis prendra la direction de son objectif qu'elle devra atteindre dans les deux ans et demi suivant l'Exploration Mission 1. Du point de vue technologique, il s'agira du premier engin américain à explorer l'espace au delà de notre orbite terrestre basse exclusivement à l'aide de l'énergie solaire.
Image
L'engin arborera pour l'occasion non seulement des panneaux, mais aussi des voiles solaires, une technologie de propulsion innovante démontrée par la JAXA (l'agence spatiale japonaise) en mai 2010, avec leur sonde interplanétaire IKAROS, battant de peu la NASA qui ne plaça en orbite autour de la Terre son satellite NanoSail-D2 qu'en novembre 2010.

En arrivant à son objectif, le NEA Scout aura pour mission de photographier l'astéroïde, d'en mesurer les proportions
précises ainsi que de déterminer sa révolution et sa composition. Outre ses apports strictement scientifiques, il s'agira surtout pour la NASA de vérifier si l'astéroïde en question peut-être suffisamment stable et prévisible afin d'accueillir potentiellement, un jour, des astronautes.
Image
Mars Science Laboratory / Curiosity

Prenons enfin la direction Mars, où l'imperturbable robot et laboratoire ambulant Curiosity s'est de nouveau pris en selfie le 19 janvier dernier, près de la dune Namib, où nous l'avions laissé. On remarquera les dégâts sur sa roue avant gauche ; pour l'instant ils ne posent toujours pas vraiment de problème, et n'affectent pas la mission.

Curiosity se trouve actuellement, depuis la fin de l'année dernière, dans la région dite des Bagnold Dune Field, qui s'étend aux pieds du Mont Sharp. Fin janvier, le robot a collecté trois "pincées" du sombre sable qui compose Namib Dune, afin d'en étudier la composition. Les grains de sable en question sont visibles ci-dessous, sous le selfie (il s'agit d'un zoom sur 2,8 x 2,1 cm de sable).
Image
Image
Mars Express

En restant du côté de Mars, la sonde européenne Mars Express, en orbite autour de la planète rouge depuis 2004 a effectué un survol de Phobos, la plus grosse des deux lunes de Mars, le 14 janvier dernier, en frôlant le gros caillou à 53 km de la surface, réalisant ce faisant le seconde survol le plus près de Phobos (le record étant de 45 km, en décembre 2013).

Et si un dysfonctionnement de la caméra de l'appareil n'a pas permis d'immortaliser l’événement, le reste des instruments ont bien fonctionné et ont fait le plein de données lors de ce survol, notamment l'instrument ASPERA (qui étudie l'impact des vents solaires sur le système martien) ainsi que le radar MARSIS. Ci-dessous, une prise de vue de Phobos en mars 2010 par Mars Express, à 278 km d'altitude.

Si tout se passe bien, Mars Express et les 4 autres sondes actuellement en orbite autour de Mars devraient être rejointes en octobre 2016 par le tout nouveau ExoMars Trace Gas Orbiter russo-européen.
Image
Juno + Cassini-Huygens / Cassini

Deux petites infos en une, ici, puisqu'il s'agit juste de corrections de trajectoires. La première nous vient de la sonde américaine Juno actuellement en route vers Jupiter, et qui a effectué le 3 février le premier de deux ajustements dans sa trajectoire qui devront la mener à terme vers la plus grande planète de notre système.

Prévue pour arriver autour de Jupiter en juillet, la sonde Juno sera la première à rendre visite à la géante gazeuse depuis son survol par la sonde New Horizons en 2007, alors en route vers Pluton. Et il s'agira du second engin à se mettre en orbite dans le système jupiterien après la sonde Galileo qui explora longuement Jupiter entre 1995 et 2003.

Enfin, deuxièmement, la sonde américano-européenne Cassini, actuellement en orbite autour de Saturne depuis 2004, a ajusté sa trajectoire afin de préparer sa chute finale contre la géante gazeuse : le 1er février, la sonde s'est donc laissé influencer par la gravité de Titan et devrait désormais entrer dans l'atmosphère de Saturne le 15 septembre 2016.

Ci-dessous un cliché d'Encelade pris par Cassini le 19 décembre 2015, lors de son dernier survol de la lune.
Image
Disparitions

On termine avec le décès de l'astronaute américain Edgar Mitchell, le 5 février dernier, à l'âge de 85 ans. Issu du 5e groupe d'astronautes américains, la classe de 1966, Mitchell aura été le 6e homme à marcher à la surface de la Lune, en 1971. Ca aura été son unique expérience spatiale.

Pilote du module lunaire lors de la mission Apollo 14, Mitchell a passé en tout un peu plus de 9 heures à gambader à la surface de la Lune en compagnie du commandant de mission, le légendaire Alan Shepard (un des Mercury Seven et accessoirement le premier américain dans l'espace).

Le décès de Mitchell marque enfin aussi la première fois où l'intégralité de l'équipage d'une mission Apollo est désormais disparu. Pour Apollo 14, Shepard est mort en 1998, et Stuart Roosa, pilote de la capsule restée en orbite, est décédé en 1994. Il ne reste donc désormais que sept humains a avoir marché sur le Lune (Buzz Aldrin pour Apollo 11, Alan Bean pour Apollo 12, David Scott pour Appolo 15, John Young et Charles Duke pour Appolo 16 ainsi qu'Eugene Cernan et Harrison Schmitt pour Appolo 17).

Ci-dessous, Edgar Mitchell (à droite) en compagnie de Shepard (à gauche) et de Roosa (milieu).
En dessous : Mitchell sur la Lune, photographié par Shepard (la Terre visible en tout petit en haut à droite).
Image
Image

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 21 mars 2016, 20:56

Rosetta / Philae

L'Agence Spatiale Européenne (ESA) a annoncé le mois dernier qu'elle avait cessé d'émettre des commandes au petit robot Philae, qui avait atterrit non sans difficultés à la surface de la comète 67P Tchourioumov-Guérassimenko en novembre 2014. Les équipes de l'ESA continueront à écouter, au cas où l'atterrisseur émette à nouveau, mais il s'agit a priori de la fin de mission pour Philae, dont le dernier contact remonte au 9 juillet 2015.

La sonde Rosetta, quant à elle, continue d'orbiter autour de la comète et de fonctionner en bonne et due forme, notamment en prenant toujours autant de photos (comme celle ci-dessous, prise le 15 mars dernier à 13 km de la surface).

La fin de sa mission est programmée pour septembre 2016. La sonde devrait alors tenter de s'écraser le plus doucement possible sur la comète.
Image
Mars Science Laboratory / Curiosity

Autre astre, autre robot : Curiosity continue son bonhomme de chemin sur Mars. Après avoir quitté la bordure du Bagnold Dune Field où il avait erré pendant tout le début de l'année, le laboratoire ambulant s'est dernièrement attelé à la traversé du Naukluft Plateau, un coin beaucoup moins sableux et beaucoup plus accidenté.

On peut admirer, ci-dessous dans le cliché en noir et blanc, la bordure du cratère de Gale, particulièrement bien visible en arrière-plan. D'habitude, la visibilité est moins bonne, comme en témoigne le cliché en couleur juste en dessous, pris le lendemain.
Image
Image
New Horizons

La sonde New Horizons a transmis près de la moitié des données capturées pendant son survol historique de Pluton en juillet 2015 (la deuxième moitié devrait arriver petit à petit jusqu'à la fin 2016), et la matière est déjà suffisamment dense pour publier toute une série d'articles dans le dernier numéro de Science.

Parmi les trouvailles les plus importantes, on peut citer pèle-mêle l'activité géologique de la planète naine (encore active), son étonnante et inhabituelle diversité topographique ainsi que diverses particularités de son atmosphère.

New Horizons aura aussi livré des données sur les lunes de Pluton, et c'est ainsi qu'on a récemment découvert des traces de cryo-volcanisme ancien sur Charon, le satellite naturel principal du système plutonien. Enfin, une autre étude précise la genèse de ces lunes, en affirmant qu'elles ne seraient pas "juste" des objets de la Ceinture de Kuiper qui auraient été capturé par Pluton, mais qu'elles résulteraient d'une ancienne et puissante collision.

Au final, à la grande surprise de chacun, Pluton et ses lunes apparaissent aujourd'hui comme un système particulièrement complexe et hétérogène, étonnamment proche de la Terre sur certains points.

ExoMars

Lancement réussi (le 16 mars dernier) pour ExoMars 2016, la première mission du nouveau programme russo-européen d'exploration de Mars. ExoMars 2016 vogue désormais en direction de la Planète Rouge, où elle est attendu pour octobre 2016.

La mission ExoMars 2016 comporte deux volets distincts : tout d'abord, et principalement, l'ExoMars Trace Gas Orbiter, une sonde qui aura vocation à se mettre en orbite autour de Mars, ainsi que que l'atterrisseur expérimental Schiaparelli (tous les deux représentés dans la vue d'artiste ci-dessous).
Image
Le second volet du programme ExoMars, prévu pour être lancé en 2018, visera à faire atterrir cette fois un robot mobile en bonne et due forme, d'une carrure un peu plus grande que celle des robots jumeaux américains Spirit et Opportunity.

InSight

La NASA a finalement décidé de décaler le lancement de la mission martienne InSight, plutôt que de l'annuler. Pour rappel, une défaillance dans un des instruments embarqués dans l'atterrisseur a complètement chamboulé le planning de la mission, initialement prévu pour être lancé en mars 2016.

Le lancement d'InSight est donc désormais prévu pour le 5 mai 2018. Et pour la petite histoire, il semblerait que ça soit un instrument français (cocorico) qui ait tout fait capoter ! 8-)

Asteroid Redirect Mission

Enfin, on termine cette fois avec le controversé Asteroid Redirect Mission de la NASA qui se concrétise petit à petit.

Il ne s'agirait désormais non plus de capturer un astéroïde entier pour le mettre en orbite autour de la Lune, mais "juste" de capturer un rocher d'astéroïde d'environ 4m de diamètre ... ce qui est déjà beaucoup moins compliqué (mais aussi moins enthousiasmant ?).

L'agence spatiale américaine devrait confirmer au printemps le choix de la cible et ainsi lancer le développement et les préparatifs à la mission.

L'astéroïde-candidat qui a actuellement les faveurs de la NASA, c'est l'énigmatique (341843) 2008 EV5 qui, comme son nom l'indique, a été découvert en 2008. L'astéroïde fait dans les 400 m de diamètre.

Le calendrier actuel du projet prévoit de lancer la mission de capture en décembre 2021, puis d'y envoyer des astronautes en décembre 2026.
Image

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 11 mai 2016, 15:40

SpaceX

L'actualité des dernières semaines aura été particulièrement riche et positive du côté de SpaceX.

Tout d'abord, la compagnie spatiale privée a réussi début avril à lancer et amarrer son 8e cargo (mission SpaceX CRS-8) à bord de la Station Spatiale Internationale. Le cargo précédent, SpaceX CRS-7, ayant explosé en vol en juin 2015, on peut voir que SpaceX a su se relever de ce fâcheux revers.

Le lancement de ce cargo, ainsi que celui d'un satellite, le 6 mai, on tous les deux été l'occasion de démontrer à nouveau la technologie de récupération des premiers étages des fusées Falcon 9. Dans les deux cas, la récupération a pu se faire en pleine mer (on peut admirer l'une d'elle ci-dessous). Dans ce domaine, SpaceX avance à pas de géant.
La compagnie a prévu de lancer dans les prochains mois, une première fusée avec un étage réutilisé ; en cas de succès, l'ensemble du processus de réutilisation aura été testé.
Enfin, et surtout, SpaceX a tout récemment affirmé vouloir faire atterrir sa capsule habitable Dragon v.2 sur Mars en 2018. Celle-ci serait lancée à partir de la grande fusée Falcon Heavy actuellement en développement (et sensée être testée en fin d'année) ; la capsule sera aménagée avec moult capteurs (et rebaptisée Red Dragon pour l'occasion), et tentera d'atterrir en douceur sur la planète rouge à l'aide de ses rétrofusées SuperDraco.
Image
ExoMars

Alors que la première partie de la mission russo-européenne ExoMars est actuellement en route vers Mars, la seconde partie risque de ne pas y arriver de sitôt, puisque l'Agence Spatiale Européenne et Roscosmos ont annoncé début mai que le développement de l'ambitieux robot a pris trop de retard pour le lancement initialement prévu en 2018.

Le lancement de la seconde moitié de la mission ExoMars est donc reporté de 2018 à 2020. 2020 qui s'annonce décidément comme un bon cru pour l'exploration de Mars, puisque c'est aussi la fenêtre de vol choisie par la NASA pour leur mission robotique surnommée "Mars 2020" (oui, c'est moins sexy que les noms de chez SpaceX).

Mars Exploration Rover / Opportunity

Puisque l'on parle de Mars, allons voir un peu du côté de ce brave Opportunity, le robot américain qui parcoure le sol martien depuis janvier 2004 (!). Il a pu prendre le 31 mars dernier la belle photo ci-dessous, où l'on peut admirer, en arrière-plan, un tourbillon de poussière martien. Ce n'est pas la première fois qu'on en voit un, loin de là, mais cela reste un spectacle fascinant à admirer si loin de chez nous.
Image
Discovery Program / MESSENGER

Un an après la fin de la mission de la sonde américaine MESSENGER qui acheva ses 4 années d'orbite autour de Mercure en allant s'écraser à la surface de la planète, de nouveaux documents issus directement des observations de la sonde continuent de voir le jour.

Ainsi, plusieurs nouvelles cartes de Mercure ont tout récemment été dévoilées par la NASA et le Planetary Data System. La plus importante est peut-être la toute première carte topographique globale de Mercure (ci-dessous).
Non moins intéressante est le document ci-dessous, une vue du pôle nord de Mercure en couleurs augmentées (pour une question de luminosité et de contraste). Les régions polaires de la planète attisent la curiosité de nombreux scientifiques puisqu'il semblerait que certains des cratères du coin abritent ... de la glace. Oui, de la glace.

Comment est-ce possible de trouver de la glace sur Mercure, la planète la plus proche de notre étoile et qui connait une température moyenne de plus de 400°C me demandez-vous ? C'est tout bête : la lumière du Soleil n'atteint jamais certains recoins et certains fonds des cratères situés aux pôles, si bien qu'il y règne une pénombre permanente et une température constamment glaciale d'un peu moins de -200°C.
Image
Et puisqu'on évoque Mercure, j'en profite pour glisser cette image composite du transit de Mercure devant le Soleil, le 9 mai dernier.
Image
Discovery Program / Kepler

Et pour terminer, il nous faut évoquer l'annonce tout récente par la NASA de la découverte de 1284 nouvelles exoplanètes par le télescope spatial Kepler, ce qui fait davantage que doubler le nombre d'exoplanètes déjà connues.
1327 autres exoplanètes auraient par ailleurs été identifiées, mais ne seraient pour l'instant pas officiellement qualifiées en raison d'un taux de certitude inférieur aux 99% requis.

Parmi toutes ces nouvelles planètes, environ 550 seraient des planètes telluriques (rocheuses), dont 9 orbitant dans la zone habitable autour de leur étoile, faisant ainsi monter le total d'exoplanètes potentiellement habitable à 21.

Lancé en 2009, le télescope spatial Kepler a déjà analysé plus de 150 00 systèmes solaires et a fait exploser depuis ces dernières années le nombre d'exoplanètes vérifiées.

Sur ce, je me permets de vous laisser sur ces deux infographies concernant la découverte de tout ce nouveau lot d'exoplanètes.
Image
Image

Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Amber-Star » 11 mai 2016, 22:23

Je me souviens d'un temps pas si lointain où des scientifiques estimaient que le système solaire était une exception!
et voici qu'on trouve des planètes par centaines! Quels progrès!

Quand à l'atterrissage de falcon 9, c'est plutôt dans un passé de fiction qu'il nous ramène: la fusée de Tintin se posant sur la lune, les fabuleux vaisseaux des Sentinelles de l'air (Thunderbirds)... :D
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 22 juin 2016, 12:06

Amber-Star a écrit :Quand à l'atterrissage de falcon 9, c'est plutôt dans un passé de fiction qu'il nous ramène: la fusée de Tintin se posant sur la lune, les fabuleux vaisseaux des Sentinelles de l'air (Thunderbirds)...
Je ne le dirai jamais assez, mais les deux albums spatiaux de Tintin sont géniaux, et complètement en avance sur leur époque ; des incontournables!

Bon, sinon, pas mal de petites actus spatiales plutôt sympa ces dernières semaines, rien de vraiment saisissant, mais on prend ce qu'on a.

2007 OR10

On commence aujourd'hui avec de la pure astronomie puisque qu'il sera question de l'intriguant 2007 OR10, dont le diamètre estimé vient d'être revu à la hausse le mois dernier et pourrait atteindre 1535 km de diamètre.

Observé pour la première fois en 2007 (d'où son nom technique) et formellement découvert / identifié en 2009, 2007 OR10 pourrait ainsi être la troisième plus grande planète naine de notre système, après Pluton et Eris.

Il est par ailleurs, actuellement, le plus grand objet céleste à ne pas avoir de nom. Un comble, oui, mais rassurez-vous, elle devrait finir par être baptiser "prochainement" (ce qui dans le monde de l'astronomie veut pas dire grand chose).
Image
ISRO / RLV-TD

Oui, voilà des acronymes obscurs, mais derrière lesquels se cachent un sujet intéressant : l'Agence spatiale indienne (ISRO) a effectué fin mai le premier vol d'essai de son audacieux Reusable launch vehicle technology demonstrator (RLV-TD), qui, comme son nom l'indique, est un prototype de lanceur réutilisable.

Et ce qui est captivant avec ce projet indien, c'est la nature mixte du lanceur en question, puisqu'il consiste en un premier étage de fusée classique à décollage vertical et d'un second étage en navette récupérable, capable de déployer des satellites puis de rentrer dans l'atmosphère et de planer doucement jusqu'à son site d'atterissage.

Le RLV-TD en soi consistait en un modèle réduit, haut de seulement 7 mètres au total, de l'engin final. Le vol d'essai s'est déroulé sans aucun souci. Le domaine des lanceurs réutilisables est décidément en plein boom en ce moment!
Image
Image
ISS / BEAM

Du côté de la Station Spatiale Internationale, on a pu assister au déployement et à la pressurisation du Bigelow Expandable Activity Module (BEAM), le nouveau module de la station tout juste livré.

Il s'agit d'un module expérimental sensé tester de nouvelles technologies d'habitat spatial. Le module est ainsi arrivé plié et comprimé à la station, et fut progressivement gonflé et pressurisé, de manière à être visitable par l'équipage.

L'aventage de ce type d'habitat gonflable par rapport aux modules rigides traditionnels, c'est qu'il est beaucoup plus léger et, par conséquent, permettrait de réduire les coûts de construction d'une station, ou alors offrirait -pour un coît similaire- un espace habitable un peu plus vaste.
Image
Rosetta / Philae

J'en profite pour passer très vite sur la mission Rosetta. Oui, elle a détecté de la glycine, c'est fantastique, puisque c'est un des élements indispensables à la vie et que cela conforte l'hypoyhèse selon laquelle un bombardement massif de comètes auraient fournies à la Terre de quoi développer du vivant. C'est fantastique donc, mais ça reste quand-même assez abstrait pour le tout-venant.

Ce que je veux partager ici, c'est avant-tout cet incroyable cliché de la surface de la comète 67P pris par la sonde Rosetta, lors d'un survol à environ 20km de la surface (la luminosité a été augmentée et l'image ré-orientée, histoire de faire plus grandiose, l'original est ici).
Image

Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Amber-Star » 25 juin 2016, 12:02

RLV TD, ou la revanche du retour d'Hermes! (qui aurait du etre lancé par ArianeV)
Cela prouve que les agences émergentes ont plus d'audace que la bonne vieille ESA.


après les modules gonflables, à quand le vaisseau spatial qui se déplie instantanément quand on le lance (et qu'on met trois plombes à replier après) ? :lol:
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 26 juin 2016, 21:22

Amber-Star a écrit :après les modules gonflables, à quand le vaisseau spatial qui se déplie instantanément quand on le lance (et qu'on met trois plombes à replier après) ?
Le dépliage instantanée / automatique est effectivement en ligne de mire, puisque l'idéal reste de pouvoir assembler plus facilement une nouvelle station spatiale. Ensuite, le repliage n'est pas -à ma connaissance- une fonction utile, puisque les stations spatiales n'ont pas vocation à revenir sur Terre. Les anciennes stations sont toutes laissées à l'abandon en orbite et finissent par être détruites quelques mois/années après quand elles rentrent dans l'atmosphère terrestre.

Ensuite, j'avoue que j'ai pas encore entendu parler d'un concept d'un vaisseau spatial gonflable, tel quel. Ce qui est étudié, en revanche, en dehors des modules de station, ce sont les habitats gonflables, c'est-à-dire -par exemple- des concept d'habitats gonflables pour les astronautes sur Mars, ou alors des versions gonflables du Deep Space Habitat, qui est la "maison" sensée offrir un espace de vie aux astronautes pour l'aller et le retour d'une expédition vers Mars.

Mais même dans ces deux cas, le repliage n'a pas vraiment de sens, comme quoi un voyage spatial c'est parfois plus simple que le rangement des tentes après une nuit de camping ! ;)

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 21 août 2016, 12:18

Que s'est-il passé dans le monde de l'espace pendant l'été ? Pas grand chose en vérité, mais ce n'est pas grave, je vous résume quand-même l'essentiel !

Chine / Nouvelle station, nouveaux lanceurs et nouvelle capsule

L'agence spatiale chinoise est en train de doucement terminer les préparatifs en vue du lancement en septembre de sa seconde station spatiale, surnommée Tiangong-2.

La nouvelle station sera, tout comme son prédécesseur, Tiangong-1 , un laboratoire spatial à module unique, sans aucune extension de prévue. Si tout se passe bien, Tiangong-2 devrait être visitée dès octobre par trois astronautes chinois lors de la mission Shenzhou 11.

En attendant, les yeux des curieux restent rivés sur la station Tiangong-1, qui devrait théoriquement être désorbitée « prochainement », normalement avant le lancement de son successeur. D'après certains, les Chinois auraient perdu le contrôle de la station, ce que ces dernier récusent ; difficile d'en savoir plus pour le moment.

Par ailleurs, la Chine a aussi lancé avec succès son nouveau lanceur moyen Chang Zheng 7, et en a profité pour tester pour la première fois un prototype pour sa nouvelle génération de capsule spatiale (qui n'a pour l'instant pas de nom). Le binôme Chang Zheng 7 + nouvelle capsule devrait à terme remplacer le binôme actuel Chang Zheng 2F + Shenzhou.

Enfin, le premier lanceur lourd chinois, Chang Zheng 5, devrait aussi effectuer son premier vol avant la fin de l'année, peut-être même dès septembre.

New Frontiers Program / Juno

La plus importante nouvelle de l'été, au niveau de l''exploration pure et dure, aura été l'arrivée et la mise en orbite de la sonde Juno autour de Jupiter, début juillet.

Lancée en 2011, la sonde aura désormais pour mission principale d'étudier le champ magnétique de la plus grosse planète de notre système solaire. Elle devrait achever sa mission en février 2018.

Juno est la première sonde alimentée par l’énergie solaire à explorer le système solaire externe (au delà de la ceinture principale d'astéroïdes), notamment grâce à ses trois grands panneaux solaires de 2,7 x 8,9 m.

Deux détails rigolo : tout d'abord, la sonde a emporté avec elle trois minifigurines Lego en aluminium représentant l'astronome italien Galilée -découvreur de la planète et de ses lunes- ainsi que les dieux Jupiter et Junon.

Enfin, à la base la sonde ne devrait pas comporter de caméra, puisque ses objectifs scientifiques n'en avaient pas besoin. Mais comme nous vivons dans un monde de communication, et comme le public profane réagit avant tout aux belles images, les scientifiques de la mission ont quand-même dû accepter d'inclure une caméra, rien que pour nous. Je sais pas vous, mais personnellement ça me touche beaucoup :)

Bon, on n'a rien encore de très juteux à se mettre sous la dent, mais la caméra a pu au moins documenter son approche de Jupiter et de ses lune (le clip par ici).
Image
Rosetta / Philae

L'Agence Spatiale Européenne a dévoilé les détails de la fin prochaine de la sonde Rosetta, en orbite autour de la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko depuis août 2014. La fin de la mission est en effet inéluctable, Rosetta étant dépendante de l'énergie solaire pour fonctionner, et la comète se situant désormais au delà de la ceinture principale.

La sonde ira donc impacter la comète le 30 septembre. For Science !

Deep Space Industries / Prospector

Et on termine cette fois avec une des nouvelles les plus inattendue de l'été : la compagnie privée américaine Deep Space Industries a dévoilé son plan pour la prospection et le minage spatial, très justement baptisé Prospector.

La firme compte sa première mission, Prospector-X, dès l'année prochaine. Elle aura pour but de tester et de valider en orbite autour de la Terre les technologies expérimentales en cours de développement chez Deep Space Industries. Si tout se passe bien, une première véritable mission, Prospector-1, devrait être lancé avant 2020 vers un astéroïde proche de la Terre.

L'idée principale derrière le projet de minage spatial Prospector, c'est l'extraction de l'eau des astéroïdes, et son stockage et remploi directement dans le milieu spatial, sans passer par un retour sur Terre. Souhaitons-leur du succès !
Image

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 17 septembre 2016, 22:09

Bon, y'a eu un bon paquet de choses qui se sont passées cette rentrée et à la toute fin du mois d'août, on va passer tout ça en revue !

Chine / Lancement du laboratoire spatial Tiangong 2

Comme prévu, la Chine a lancé ce 15 septembre sa deuxième station spatiale !

Tiangong 2, c'est son nom, devrait se placer en orbite à 380 km au dessus du plancher des vaches le temps de vérifier que tous les systèmes fonctionnent correctement, puis montera à 393 km où elle attendra sagement l'arrivée de deux astronautes chinois de la mission Shenzhou-11, prévue pour la deuxième moitié d'octobre.

Les astronautes / taikonautes resteront en orbite pendant 30 jours, battant ainsi le record de la plus longue mission habitée chinoise. Après cela, en avril 2017, la Chine lancera sa première mission de réapprovisionnement avec le cargo Tianzhou-1.

Enfin, concernant la première station chinoise, les autorités ont fait savoir qu'elle devrait être désorbitée « dans la seconde moitié de 2017 ».
Image
Chine / Mars 2020

On a aussi du nouveau en ce qui concerne la première mission martienne intégralement chinoise. Prévue pour 2020 (la même année que la prochaine grosse mission martienne de la NASA), la mission chinoise devrait comporter un orbiteur, un atterisseur et un astromobile, et devrait capitaliser sur l'expérience acquise avec les missions lunaires du programme Chang'e.

Si tout se passe bien, la Chine aimerait enchaîner avec une mission de retour d'échantillon martien autour de 2030.
Image
Proxima b

La grosse annonce astronomique de la fin août, c'est bien entendu la découverte d'une exoplanète potentiellement habitable autour de l'étoile la plus proche de notre système solaire : Proxima Centauri (ou Proxima du Centaure, en franchouillard).

La planète en question, surnommé Proxima b orbite donc son étoile dans la zone habitable autour de celle-ci, ce qui veut dire que de l'eau liquide peut potentiellement exister à sa surface. La planète n'est qu'un poil plus plus grande que la Terre et, malgré sa proximité avec Proxima Centauri, ne reçoit qu'à peine 2/3 de la luminosité que nous recevons sur Terre.

En substance, qu'une telle planète existe juste chez notre étoile voisine (à « seulement » 4,3 années lumière de notre système) est complètement fou. Cependant, il faut rappeler qu'une planète se trouvant dans la zone habitable d'une étoile n'est pas forcément un jardin d'Eden (il suffit de voir Mars). Il reste beaucoup d'inconnues : y-a-t-il une atmosphère, quelle est son orbite précise et son inclination, ou qu'en est-il de son champ magnétique ?

Toujours est-il qu'on peut avoir d'ores-et-déjà une estimation de la température à sa surface, dans le cas où elle n'aurait pas d'atmosphère : -30 à -40 °C (en sachant que la Terre sans atmosphère serait de l'ordre de -15 à -20 °C). Bref, pour l'instant c'est un peu la planète de Schrödinger : à la fois potentiellement une Terre bis, un caillou hostile et toutes les étapes intermédiaires.

Pour l'instant, on ne peut que l'observer de loin avec nos meilleurs télescopes, toute exploration in situ risquant de mettre plusieurs dizaines de milliers d'années avant de parvenir à bon port. A moins bien sûr que l'on ne fasse des avancées décisives dans le domaine des systèmes de propulsion..
Image
New Frontiers Program / Juno

Du côté de l'exploration bien réelle et très actuelle, la sonde Juno, arrivée autour de Jupiter fin juillet, a commencé à nous faire parvenir des images inédites des pôles de la géante gazeuse. Ces images ont pu être capturées lors d'un premier survol à 4500 km des nuages de Jupiter (gardons à l'esprit que Jupiter donne dans les 140 000 km de diamètre).

Prochain survol en octobre !
Image
Image
Image
New Frontiers Program / OSIRIS-REx

Lancement réussi, le 8 septembre dernier, pour la sonde américaine OSIRIS-REx (abvréviation ultra-classe de son nom complet : Origins, Spectral Interpretation, Resource Identification, Security, Regolith Explorer).

La sonde va désormais voyager en direction de l'astéroïde 101955 Bennu qu'il devrait atteindre en août 2018. Sa mission consistera alors en une étude de l'astéroïde puis en une tentative de collecte d'échantillon ; son retour sur Terre est attendu pour septembre 2023.

SpaceX / Explosion de la Falcon 9

Mauvaise passe pour SpaceX : une de leur fusée Falcon 9 a explosée sur son pas de tir, à Cap Canaveral, 2 jours avant de s'envoler pour mettre en orbite le satellite de communication israélien AMOS-6 (qui a aussi été détruit).

L'accident (dont les causes n'ont pas encore été déterminées) forme un revers fâcheux pour SpaceX qui devrait présenter le détail de son programme d'exploration spatiale à la fin du mois. Cela se répercutera aussi sur le planning des vols, la compagnie ne comptant pas risquer de nouveaux lancements avant d''avoir élucidé la cause de l'explosion.

Donc … difficile de voir tout de suite les conséquences que l'accident va avoir pour SpaceX ; plus vite la cause sera identifiée, plus vite la compagnie devrait pouvoir rebondir.

Rosetta / Philae

Et on termine sur une bonne nouvelle : l'Agence Spatiale Européenne a retrouvé Philae !

Le contact avec le petit robot avait été perdu pendant sa tentative d'atterrissage sur la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko en novembre 2014. Le robot se réactiva brièvement en juin et juillet 2015, alors que la comète se rapprocha du Soleil, mais sans que l'on ne puisse identifier sa location.

C'est désormais chose faite depuis le 2 septembre avec la découverte de Philae par la sonde Rosetta, toujours en orbite autour de la comète (cf. l'image ci-dessous). Cette heureuse identification intervient quelques semaines seulement avant la terminaison de la mission de Rosetta qui devrait aller s'écraser contre la comète le 30 septembre.
Image

Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Amber-Star » 23 septembre 2016, 12:27

De bien belles images qu'on aimerait voir plus souvent!

"Quand la chine s'éveillera" écrivait-on dans les années 70....
... Elle partira à la conquête des étoiles, peut-on ajouter aujourd'hui. Quel dynamisme! La preuve que l'espace est une question de volonté politique.

Mais les initiatives privées ne manquent pas, comme ce projet (pas si) fou d'envoyer vers Proxima b une voile solaire emportant une sonde miniature, un projet lancé par Stephen Hawking et le milliardaire Yuri Milner qui ont réuni 100 millions de dollars pour mettre au point les briques technologiques nécessaires
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 28 septembre 2016, 16:30

Amber-Star a écrit :Mais les initiatives privées ne manquent pas, comme ce projet (pas si) fou d'envoyer vers Proxima b une voile solaire emportant une sonde miniature, un projet lancé par Stephen Hawking et le milliardaire Yuri Milner qui ont réuni 100 millions de dollars pour mettre au point les briques technologiques nécessaires
Tout à fait, c'est le projet Breakthrough Starshot, et il me semble aussi que le concept et la technologie est aussi étudiée à la NASA, dans le cadre des Innovative Advanced Concepts.

Mais tout ça reste du domaine du voyage interstellaire robotique, tandis que le front pionnier le plus exaltant reste les vols habités dans notre propre système ... Et c'est là que je fais partager la vidéo de ouf présentée par SpaceX hier soir (dans le cadre d'une conférence pendant le 67e Congrès Astronautique International).

SpaceX / Interplanetary Transport System
On y découvre l'Interplanetary Transport System (ITS), une fusée de tous les records que SpaceX projette à terme d'utiliser pour coloniser Mars et, potentiellement, pour aller visiter d'autres planètes.

Les premiers vols sont prévus pour la première moitié des années 2020 : 2022 pour un premier cargo, et dès 2024 pour les premiers colons sur Mars.

Personnellement je reste extrêmement sceptique sur le projet ; son ampleur est pharaonique avec tellement d'obstacles et de questions encore sans réponse, que tout cela parait complètement improbable.

Pour commencer la fusée -aux dimensions et à à la puissance ridiculisant la Saturn V ayant envoyé des hommes sur la Lune- devrait emporter 100 personnes dans l'espace (rien que réaliser cette étape est une épreuve herculéenne). Après avoir refait le plein en orbite, l'ITS part en direction de Mars. Pendant le voyage survient la question des radiations, et autres joyeusetés d'un séjour prolongé dans l'espace, qui n'est pas abordé par Space X.

Et l’atterrissage aussi serait extrêmement risqué / improbable. Le vaisseau à atterrir devrait faire au moins 150 tonnes. Par comparaison, l'objet le plus lourd actuellement sur Mars c'est le robot Curiosity, qui fait un peu moins d'une tonne. En 2018, SpaceX veut tenter de faire atterrir leur capsule Red Dragon qui fait dans les 6-8 tonnes. Les projets martiens de la NASA visent un atterrisseur de 20-30 tonnes.

Enfin il reste plein de problèmes très divers et trop nombreux pour tous les mentionner. Perso, c'est le facteur humain qui me laisse perplexe, et le fait d'envoyer direct des colons random plutôt que des astronautes qualifiés.

Bref, c'est grandiose et très inspirant, mais pour l'instant très improbable et quasi-certainement impossible à réaliser dans les délais proposés par SpaceX.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 20 octobre 2016, 12:54

Les actualités spatiales des dernières semaines ont été majoritairement européennes et chinoise, ce qui n'arrive pas souvent !

ExoMars / TGO & Schiaparelli

La mission martienne européenne ExoMars est enfin arrivée sur et autour de Mars, après plusieurs mois de voyage.

Dans un premier temps, l'ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO) a réussi son insertion orbitale autour de la planète. La sonde va désormais étudier les gaz présents dans l'atmosphère martienne, notamment le méthane, à la recherche de traces d'activité biologique. Le TGO servira aussi à relayer les communication du robot astromobile ExoMars prévu pour 2020.

Quant à la partie la plus spectaculaire, l'atterrissage de Schiaparelli, le module expérimental a bel et bien touché terre, mais aucun signal n'a pour l'instant été reçu par l'Agence Spatiale Européenne. Il semblerait qu'un pépin se soit produit pendant la très délicate phase de descente, juste après le déploiement des parachutes.

Pour l'instant, le statut de la cette partie de la mission évoque très fortement ce qui est arrivé à un autre atterrisseur européen, Beagle 2, qui s'était posé avec succès en 2003 mais avec qui aucun contact n'avait pu être établi, l'atterrisseur n'ayant pas réussi à déployer ses panneaux solaires.

Donc c'est donc pour l'instant qu'un semi-succès pour la première expédition ExoMars ; nous verrons si la situation de Schiaparelli évoluera dans les prochains jours / semaines.

Tiangong 2 / Shenzhou 11

Les deux astronautes chinois de la mission Shenzhou 11 viennent de rejoindre, le 19 octobre, la nouvelle station spatiale de l'Empire du Milieu, Tiangong 2, mise en orbite le mois dernier. Ils devraient y séjourner pendant un mois et superviser l'arrivée de la première mission de ravitaillement chinoise, en novembre.
Image
Rosetta

L'épopée européenne Rosetta s'est achevée le 30 septembre dernier avec le crash programmé de la sonde sur la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko, marquant ainsi le terme d'un voyage de plus de 12 ans, depuis son lancement en 2004.

Ci-dessous une des dernières vues de la surface de la comète, et pour ceux que ça intéresse, une page de l'Agence Spatiale Européenne proposant une modélisation 3D de 67P.
Image
Hubble

A l'occasion de son 26e anniversaire, le télescope spatiale Hubble nous a gratifié d'un magnifique nouveau portrait de NGC 7635, plus connue sous le nom de nébuleuse de la Bulle. Ce splendide nuage de poussière d'environ 10 années-lumière de diamètre, se trouve dans la constellation de Cassiopée, à plus de 8000 années-lumière de notre étoile (pour rappel, Proxima Centauri, l'étoile la plus proche de la notre, se trouve à 4,25 années-lumière de chez nous).

Une version HD est à contempler par ici !
Image

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 06 novembre 2016, 19:41

ExoMars / TGO & Schiaparelli

On a eu quelques clarifications par rapport à ce qu'il s'est passé avec l'atterrisseur expérimental Schiaparelli, fin octobre. Le module s'est bel et bien écrasé sur Mars, en créant au passage un nouveau petit cratère sur la surface de la planète, comme on a pu l'observer grâce sur l'image ci-dessous prise par le Mars Reconnaissance Orbiter.

Si la raison précise du crash n'est pas encore bien connue (on sait que les rétrofusées ne se sont activées que 3 secondes au lieu de 30, et n'ont donc pu suffisamment ralentir le module), les responsables de l'Agence Spatiale Européenne ont tenu à préciser que la mission restait globalement un succès, 80% des données ayant été bel et bien été récoltées durant la descente (les expériences au sol ne formaient qu'une mineure partie de la mission de Schiaparelli).
Image
Chine / Changzheng 5

La Chine, de son côté, à inauguré cette semaine son premier lanceur lourd : la puissante fusée Changzheng 5. Capable de placer 25 tonnes en orbite terrestre basse, il s'agit actuellement du second lanceur le plus puissant en service, derrière la Delta IV Heavy américaine.

Les capacités de Changzheng 5 vont permettre à la Chine de commencer en 2018 l'assemblage en orbite de leur grande station spatiale modulaire.

Dans un second temps, elle va aussi faciliter l'accès de la Chine à des missions plus ambitieuses au delà de l'orbite terrestre : dès 2017, la mission Chang'e 5 visera à poser un nouveau robot sur la Lune et en ramener un échantillon (à l'instar des missions Luna soviétiques) ; et en 2020, une mission martienne devrait venir directement concurrencer les ambitions américaines.
Image

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 21 novembre 2016, 17:49

Une actu assez calme en ce moment, si l'on excepte les allées et venues des astronautes.

Vous l'avez peut-être vu dans les médias, il y abondamment été question de Thomas Pesquet, qui est devenu la semaine dernière le 8e Français dans l'espace et le 4e à visiter l'ISS (cocorico!). Et du côté de la Chine, les deux astronautes de la mission Shenzhou 11 sont revenus sur Terre après avoir passé un mois un bord de la nouvelle station chinoise.

Dawn

On revient à la passionnante sonde Dawn qui orbite la planète naine Cérès, au milieu de la ceinture principale d'astéroïdes, depuis début 2015.

L'exploration poursuit son cours, comme en témoigne cette vue, ci-dessous, du cratère Occator (d'où proviennent les dépôts salés qui étaient si visibles depuis une certaine distance), prise à 1480 km d'altitude.
Image
Toujours concernant Cérès, la NASA a aussi dévoilée cette image ci-dessous, présentant la planète naine telle qu'elle nous apparaîtrait à l'oeil nu.

La sonde est actuellement en train de lentement réajuster son orbite pour monter à 7200 km d'altitude et commencer une nouvelle phase d'observation.
Image
MESSENGER

La mission MESSENGER (MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry, and Ranging) continue pour sa part de nous livrer des données sur la planète Mercure, plus d'un an après la fin des observations et la destruction de la sonde à la surface de la planète.

Une nouvelle étude, basée sur les données de MESSENGER, a ainsi récemment révélée que Mercure est toujours géologiquement active (et non pas morte, comme on le pensait jusqu'alors), comme en témoignent l'existence de failles relativement jeunes à sa surface. Il est aussi possible que la planète connaisse des séismes.

Une illustration de l'activité géologique de Mercure est la vallée Rembrandt (cf. le clip ci-dessous) qui marque une vaste dépression à la surface de la planète, similaire en apparence à la dépression de l'Afar, sur Terre (et plus généralement à toute la vallée du rift africain).

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 08 décembre 2016, 23:37

Disparition

On vient d'apprendre le décès, à 95 ans, de John Glenn, le premier américain en orbite (et le troisième américain dans l'espace).

Il s'agissait du dernier membre des Mercury Seven : le légendaire groupe des sept premiers astronautes de la NASA.

Pilote vétéran chez les Marines pendant la 2e Guerre mondiale puis durant la Guerre de Corée, il devint un temps pilote d'essai avant de faire partie du premier groupe d'astronautes de la NASA en 1959. Il participa au troisième vol habité du programme Mercury et devint ainsi le premier américain en orbite autour de la Terre en 1962.

Après s'être consacré à une carrière politique et être devenu sénateur (!), Glenn retourna une seconde et dernière fois dans l'espace en 1998 (!!), à 77 ans, à bord d'une navette spatiale, et devenant ainsi, au passage, la personne la plus âgée à être allé dans l'espace.

Ci-dessous le groupe des Mercury Seven en 1960 (Glenn au premier rang, le troisième en partant de la gauche), et encore en dessous une photo du monsieur en 1998, avant son vol en navette.
Image
Image

Avatar du membre
dark jos
Messages : 353
Enregistré le : 26 janvier 2013, 22:18
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Felucia
Affiliation : Mercenaire
Localisation : Chez le meilleur vendeur de tacos de tout le new jersey
Contact :

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par dark jos » 11 décembre 2016, 18:53

je sais que le fait qu'il n'y a pas vraiment de réponse depuis un bout de temps pourrait te décourager mais si ça peut te rassurer j'ai tout lu et je te remercie beaucoup pour ton travail :)

j'ai aussi une question à te poser, quelles sources utilise-tu pour être constamment à la pointe de l'actualité spatiale?
Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
Ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 11 décembre 2016, 22:19

Merci ! ;)

Je m'informe quotidiennement de ce qu'il se passe par l'intermédiaire de sources anglaises, principalement Space.com (plutôt axé sur les sciences de l'espace) et Spacenews.com (davantage axé sur l'industrie et les politiques spatiales). Selon l'actualité ou mes envies, je regarde assez régulièrement le site de la NASA, et j'aime bien aussi lire le blog Bad Astronomy sur Slate.

Avec ça, normalement jsuis au courant de l'actualité. Ensuite, quand il s'agit d'approfondir un sujet, je peux partir vers d'autres endroits, selon ce qui me titille, mais globalement la base est là. :geek:

PS: Je l'ai injustement oublié, mais le site de The Planetary Society est aussi très riche niveau actualités (en lien avec l'exploration de notre système et avec des mises à jours fréquentes concernant les différentes missions en cours).

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 02 janvier 2017, 18:03

On vient de terminer l'année 2016, du coup un petit retour sur ce qu'il s'est passé ces dernières semaines dans le monde de l'espace s'impose !

Livre blanc chinois

La Chine (oui, encore) a publié fin décembre son nouveau Livre blanc concernant ses ambitions spatiales, l'occasion, notamment, pour l'Empire du Milieu de récapituler ce qui est planifié pour les 5 prochaines années.

Au programme : premier vol cargo vers leur station spatiale Tiangong-2 début 2017, mission robotique Chang'e 5 sur la Lune fin 2017 (avec leur première tentative de retour d'échantillon), mission robotique Chang'e 4 sur la face cachée de la Lune en 2018 (ce serait une première). La Chine prépare aussi une ambitieuse mission robotique martienne pour 2020.

Enfin, si toujours aucune mission humaine sur la Lune n'est aujourd'hui sur les rails, le développement de la super-fusée (techniquement on parle de lanceur lourd, mais "super fusée" c'est plus marquant et plus juste ^^) Chang Zheng-9, qui pourrait en assurer la conduite, a aussi été officiellement lancé. Premier vol prévu vers … 2030.

(ci-dessous la capsule de Shenzhou 11, peu après son retour sur Terre le 18 novembre dernier, avec les deux astronautes revenant de la station spatiale chinoise)
Image
Orion / Exploration Mission 2

Puisque nous en sommes à parler de planning, la NASA planche actuellement sur la formulation de l'Exploration Mission 2, qui devrait être le premier vol habité américain à bord de leur toute nouvelle capsule spatiale Orion (mission actuellement prévue pour 2021).

Apparemment, l'Agence spatiale américaine aimerait raccourcir la durée de ce premier vol habité : initialement prévu pour durer entre 9 et 13 jours avec un séjour en orbite lunaire de 3 jours (comme Apollo 8 mais en plus long), il serait actuellement question de substituer le séjour en orbite par une simple trajectoire de retour libre (c'est-à-dire juste faire le tour une fois puis revenir), et donc de réduire ainsi la mission à 8 jours (ci-dessous le schéma de la nouvelle architecture proposée).

Ce qui est un peu plus court donc, mais aussi plus sûr, limitant ainsi la durée de vol et le nombre de manœuvres. L'idée étant bien sûr de ne pas prendre de risques inutiles pour une première mission habité dans un nouveau vaisseau.

L'Exploration Mission 1, quant à elle, est déjà verrouillée et en cours de développement intensif. Elle devrait envoyer une capsule Orion non-habitée orbiter la Lune pendant 25-26 jours en septembre 2018. Il s'agira aussi du premier vol du Space Launch System, la nouvelle super-fusée américaine.
Image
Discovery Program / Dawn

J'en parle beaucoup, mais c'est bien parce qu'elle est très passionnante : la sonde Dawn continue de nous apporter de très intéressants détails au sujet de la planète naine Cérès qu'elle explore depuis 2015.

Les dernières trouvailles semblent ainsi indiquer que Cérès, situé dans la principale ceinture d'astéroïdes, entre Mars et Jupiter, aurait potentiellement abrité de l'eau liquide à sa surface, probablement même un océan, lors de sa jeunesse.

Avant de perdre cet océan, il y a environ 2 milliards d'années, il n'est pas impossible que Cérès ait pu un temps accueillir de la vie, comme on le soupçonne aujourd'hui pour les lunes Europe et Encelade (ci-dessous, respectivement à gauche et à droite de Cérès) qui possèdent actuellement des océans souterrains.
Image
Next Mars Orbiter

Enfin, pour terminer, on connaît bien la prochaine grosse mission martienne américaine, Mars 2020, mais on connaît moins la mission suivante, pour l'instant surnommée NeMo (pour Next Mars Orbiter), actuellement prévue pour 2022 et qui devrait normalement être validée dans les prochains mois.

Il s'agira d'une nouvelle sonde orbitale, destinée à prendre la relève d'une partie de la flotte vieillissante actuellement en orbite autour de la planète rouge (6 sondes, dont Mars Odyssey, en orbite depuis 15 ans).

Servant principalement de relais pour les communications de Mars vers la Terre (avec tout de même quelques équipements scientifiques), NeMo pourrait aussi disposer d'un moteur à propulsion ionique, à l'instar de la sonde Dawn.

Il s'agit d'une technologie de propulsion encore assez nouvelle, usant l'énergie captée par des panneaux solaires pour propulser le vaisseau (au lieu d'embarquer du carburant classique mais lourd et cher). Si la technologie est retenue, il s'agira d'une première pour une mission martienne ; à terme, son emploi devrait se généraliser pour les missions prenant place vers l'intérieur du système solaire (il devient plus difficile de capter la lumière du Soleil à partir de Jupiter).
Image

Avatar du membre
dark jos
Messages : 353
Enregistré le : 26 janvier 2013, 22:18
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Felucia
Affiliation : Mercenaire
Localisation : Chez le meilleur vendeur de tacos de tout le new jersey
Contact :

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par dark jos » 11 janvier 2017, 18:45

allez moi aussi je me lance dans les news.

ISS
6 janvier 2016, Première EVA (Extra-vehicular activity) pour les astronautes de la station spatiale internationale.
le but de la sortie était de remplacer les batteries vieillissantes à hydrogène (en anglais ils disent nitro-hydrogen mais je suis pas calé en chimie et j'ai rien trouvé dessus en français) par de nouvelles batteries au Lithium.
Celles-ci furent envoyées précédemment à la station par un vaisseau cargo Japonais inhabité HTV-5.
La sortie fut effectuée par Robert S. Kimbrough, actuel commandant de l'ISS ainsi que par Peggy Withson, tout deux sont américain.
Il est intéressant de noter que c'est la première sortie dans l'espace de Robert alors que Peggy en est elle à sa 7ième et dernière malheureusement pour elle.
Bien entendu l'événement a été retransmise en live sur internet.

Une deuxième sortie est prévue pour finir le travail déjà bien entamé, celle-ci se déroulera ce vendredi 13 janvier et sera menée également par Kimbourgh mais celui-ci sera accompagné cette fois par le spationaute français Thomas Pesquet, arrivé récemment sur la station et qui fera alors sa première EVA.

Bien évidemment elle sera retransmise sur tout les sites de diffusion de la Nasa, notamment sur ce lien: http://www.ustream.tv/nasahdtv
Fichiers joints
peggyw_spacewalk.jpg
Ici vous pouvez voir Peggy Whitson lors de l'EVA
peggyw_spacewalk.jpg (121.34 Kio) Vu 5831 fois
Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
Ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 16 janvier 2017, 14:07

Et oui, les sorties spatiales c'est tout de même un peu l'accomplissement ultime pour un astronaute, même quand l'objet de la sortie reste assez banal. Un petit coucou à notre astronaute français Thomas Pesquet qui a pu à son tour se dégourdir les jambes dans le vide spatial ! ;)

Discovery Program / Lucy & Psyche

La NASA a annoncée avoir choisi les deux prochaines missions de leur programme d'exploration spatiale low-cost Discovery (dont fait partie l’atterrisseur martien InSight sensé partir l'an passé mais finalement repoussé à 2018).

La première mission, baptisée Lucy (à gauche dans l'image ci-dessous), ira survoler six astéroïdes, dont cinq troyens de Jupiter. Son lancement est prévu en octobre 2021, avec son premier survol (de l'astéroïde 52246 Donaldjohanson, dans la Ceinture Principale) prévu pour avril 2025.

Quant à la seconde mission baptisée Psyche (à droite ci-dessous), elle aura pour but d'aller explorer en détail l'astéroïde Psyché, lui aussi situé dans la Ceinture Principale. Un astéroïdes fort curieux qui pourrait être le noyau d'une protoplanète ! Lancement prévu en octobre 2023 et arrivée autour de Psyché prévue pour 2030.

Ces deux missions ont été choisies au dépend de deux autres projets finalistes qui proposaient de revenir autour de Vénus.
Image
Mars Reconnaissance Orbiter

La petite gemme de ces derniers jours, c'est sans aucun doute cette image composite de la Terre et de la Lune telles qu'elles sont apparues en novembre dernier à l'objectif de la caméra du Mars Reconnaissance Orbiter qui, comme l'indique son nom, orbite autour de Mars.

On parle d'image composite pour désigner une image composée en réalité d'au moins deux photos. Ici, les vues de la Lune et de la Terre n'ont pas été capturées au même instant, notamment pour des questions de luminosité (la Lune étant bien plus sombre). Toutefois, leur taille respective a été conservée.

Malgré les 205 millions de km séparant notre planète de Mars au moment de la prise de vue, on parvient tout de même à distinguer sur le globe terrestre l'Antarctique, l'Australie et une partie de l'Asie du sud-est. Ce qui est à la fois très cool et très impressionnant. 8-)
Image
ISS

Et donc je termine fort logiquement par un petit souvenir photo capturé par Thomas Pesquet, à quelques 400 km au dessus du plancher des vaches. Vertige garanti !
Image

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 17 janvier 2017, 03:57

Disparition

Et encore une petite pensée pour Eugene Cernan, le dernier humain a avoir été sur la Lune, décédé hier à 82 ans.

S'il ne faisait pas partie des sept premiers astronautes américains à l'instar de John Glenn, décédé il y a quelques mois, Cernan partageait avec ce dernier une carrière dans l'aviation navale avant de rejoindre la NASA.

Sélectionné en 1963 dans la troisième classe d'astronautes, il effectue un premier séjour dans l'espace en 1966 lors de la mission Gemini 9-A, en compagnie de Thomas Stafford. La mission a alors pour objectif de perfectionner la maîtrise du rendez-vous et de l'amarrage en orbite avec un véhicule-cible ainsi que de réaliser une sortie extra-véhiculaire. La mission n'est pas un succès total (l'amarrage n'ayant pas pu être réalisé), mais Cernan aura eu l'honneur de la sortie (d'une durée de 2h07).

En mai 1969, Eugene Cernan est sélectionné, avec John Young et Thomas Stafford, pour la mission Apollo 10. Il s'agit de la première des deux missions Apollo constituées uniquement d'astronautes vétérans (la seconde sera Apollo 11, deux mois plus tard). Il s'agira d'une répétition générale et grande nature d'Apollo 11, et du second voyage humain dans l'orbite lunaire (après Apollo 8).

Enfin, en décembre 1972, Cernan participe à la dernière mission à la surface de la Lune, Apollo 17, en compagnie de Ronald Evans et de Harrison Schmitt.

Bien que souvent éclipsé par le caractère inédit d'Apollo 11 ou l'aspect dramatique d'Apollo 13, c'est pourtant bien Apollo 17 qui reste ce jour la mission spatiale habitée la plus ambitieuse jamais entreprise, et celle de tous les records. 12 jours, dont 4 à la surface de la Lune ; 22 heures passées à en sortie de surface, plus de 35 km parcouru avec le Rover lunaire ; et plus de 210 kg d'échantillons collectés, pour ne citer que l’essentiel.

Côté médiatique, Cernan était très apprécié de tous ceux intéressés par la période, notamment par ses nombreuses apparitions dans à peu près tous les documentaires sur cet époque. L'an passé était aussi sorti le film documentaire The Last Man on the Moon, adapté de ses mémoires, et dont je ne peux qu'encourager le visionnage.
Image

Amber-Star
Messages : 432
Enregistré le : 01 décembre 2014, 21:38
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Anaxes
Affiliation : Indépendant

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Amber-Star » 18 janvier 2017, 17:02

Eugene Cernan nous a quittés... :(
Quarante-quatre ans, déjà, que personne n'est allé là-bas! Sera-t-il vraiment le dernier homme sur la lune?
à l'heure où des sondes explorent planètes, comètes et astéroïdes pour des coûts très inférieurs à celui du programme Apollo, on pourrait le penser!
Alors, inutile, un retour sur la Lune? Pourtant combien d'entreprises "inutiles' se son révélées, à terme, un formidable progrès pour l'humanité? Qui osera reprendre le flambeau? Américains? Chinois? Européens ( :roll: )?
Qu'importe, tant qu'il y aura des gens pour y rêver et nous faire rêver!
Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours.

Avatar du membre
Night Alchemist
Messages : 2238
Enregistré le : 17 mars 2012, 01:57
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Indépendant
Localisation : Dans les sous-sols de Nar Shaadda

Re: Astronomie, exploration spatiale etc.

Message par Night Alchemist » 18 janvier 2017, 19:39

Amber-Star a écrit :Quarante-quatre ans, déjà, que personne n'est allé là-bas! Sera-t-il vraiment le dernier homme sur la lune?
à l'heure où des sondes explorent planètes, comètes et astéroïdes pour des coûts très inférieurs à celui du programme Apollo, on pourrait le penser!
Alors, inutile, un retour sur la Lune? Pourtant combien d'entreprises "inutiles' se son révélées, à terme, un formidable progrès pour l'humanité? Qui osera reprendre le flambeau? Américains? Chinois? Européens ( )?
Alors concernant les voyages habités à la surface de la Lune, il n'y a malheureusement plus rien de prévu à ce jour, après l'annulation en 2009 du Constellation Program américain qui prévoyait un retour sur notre lune avant 2020.

Actuellement, les Etats-Unis regardent avant tout vers Mars, or un retour à la surface de la Lune mobiliserait trop de ressources (notamment vis-à-vis de questions budgétaires) autour de projets en cul-de-sac. Il faudrait par exemple plancher sur un nouvel atterrisseur lunaire, or celui-ci n'aura quasiment rien à voir avec ce qu'il faudrait pour Mars.

L'état d'esprit actuel à la NASA, c'est donc que s'il devait y avoir un retour à la surface de la Lune, il faudrait que cela serve concrètement pour l'exploration humaine de Mars. Dans cette optique, réitérer un simple et court séjour lunaire "à la Apollo" ne ferait pas avancer grand chose et ne servirait donc à rien vis à vis de Mars.

Autrement dit, il a été conceptualisé ces dernières années que la principale raison pour la NASA de revenir sur la Lune serait d'aller dans le cadre d'un séjour prolongé, dans l'idée d'y tester les technologies nécessaires pour un séjour sur Mars (principalement les habitats de surface). Concrètement, cela pourrait aller d'un séjour d'environ quatre semaines à six mois, en fonction des éléments de surface pré-déployés.

Ca reste donc dans les papiers, même si rien n'est encore décidé.

Pour l'instant la NASA prépare encore l'équipement qui formera la base des vols spatiaux habités post-ISS, à savoir le Space Launch System (ou SLS), qui va être la nouvelle super-fusée américaine, et la capsule Orion, qui va être le nouveau véhicule de la NASA dédié à l'exploration humaine. Toutes les deux pourront servir pour Mars (et donc aussi pour la Lune).

Les prochaines missions d'envergures ont pour but de valider cet équipement de base : la capsule Orion a été testée avec succès en décembre 2014, et le SLS devrait être testé à son tour en septembre 2018 (en envoyant une nouvelle capsule Orion vide autour de la Lune). Le dernier test (l'Exploration Mission 2) ajoutera des astronautes à l'équation, en leur faisant survoler la Lune en 2021 (ou en 2023-2024). Tout ça c'est validé et actuellement en court de préparation.

Pour ce qui concerne la suite et ce à quoi servira cet équipement, ce sera à la prochaine administration de la NASA de s'organiser. Un retour à la surface de la Lune pourrait avoir lieu, dès la 2e moitié des années 2020 (dans le meilleur des cas). Mais ce n'est pour l'instant clairement pas une priorité.

Enfin, en dehors de la NASA, la Russie, l'Europe et le Japon évoquent souvent vouloir aller sur la Lune, quoique à chaque fois en évoquant des partenariats internationaux et toujours de manière très très vague. Et bien sûr, la Chine doit aussi y penser très fort, mais ce n'est pas encore sa priorité (pour l'instant elle vise développer une grande station spatiale à l'horizon 2020), et elle ne devrait pas -a priori- en avoir les moyens techniques (super-fusée) avant au moins 2030.

Répondre