Connexion | Inscription | www.starwars-holonet.com


Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Nous sommes actuellement le 26 Mai 2017, 18:45




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié: 24 Avril 2017, 12:33 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Septembre 2009, 14:31
Messages: 1451
Localisation: Bakura, ou en vacances sur les plages de Togoria
Sexe: Masculin
Espèce: Humain
Planète natale: Bakura
Affiliation: Sith
Salut à tous !

Voilà cela fait depuis un bon moment déjà que j'avais parlé de la fanfic que j'essayais d'écrire. J'ai enfin décidé de me jeter à l'eau et de partager avec vous le début.
L'idée est d'écrire une suite à la série La légende des Jedi en me centrant sur le personnage de Vima Sunrider. Cette histoire se déroule un an après Rédemption. D'autres pourrait voir le jour sur d'autre périodes de sa vie.

Voilà :

Archive I : Rhen Var est éternel

Entrée une : Le passé fait le présent

Mauvaise idée et très mauvais endroit pour la réaliser. Cette pensée lui traversa l’esprit tandis qu’elle se retrouvait dans un cul-de-sac dans un astroport miteux de Coruscant. Quand tout avait dégénéré, elle avait tenté de sortir de là sans faire de grabuge. Après tout, elle n’avait aucune envie de se battre. Ses poursuivants n’avaient pas un mauvais fond, ils étaient marqués par la guerre et les blessures étaient encore trop récentes. Comme l’année précédente, elle avait foncé tête baissée sans examiner les conséquences de ses actes. Bon sang ! Sa mère lui avait enseigné cela et lui avait clairement fait comprendre aussi. Alors, pourquoi oublier cette précieuse leçon à un moment pareil ?

Bref, cinq individus approchaient doucement, et ils étaient bien déterminés à lui faire regretter sa vision des choses.

Elle n’avait plus le choix, elle devait faire face aux réactions que ses idées méritaient peut-être. Ses agresseurs pensaient avoir affaire à une adolescente effrontée qui avait besoin d’une bonne punition pour retourner sagement à l’école. Ce qu’ils pensaient, elle n’en avait cure. Ils étaient loin de s’imaginer qu’elle avait vu autant d’horreur qu’eux et qu’elle a également vu au fond du cœur de cet homme qu’elle admirait tant. Elle sortit son sabre laser de son sac de voyage. Une larme coula le long de sa joue droite quand elle l’alluma. La lame verte éclaira son visage, jusque là masqué par le manque d’éclairage de cette section de l’astroport et dévoila un regard déterminé et quelques mèches rousses sous sa coiffe.

— Encore une Jedi qui se retourne contre le peuple. Ça ne m’étonne pas vu les propos tenus par cette gamine tout à l’heure. Si même l’Ordre n’arrive pas à désherber leur jardin et laisse pousser les graines de Sith, il ne faut pas s’étonner si une nouvelle guerre vient déchirer la galaxie. S’esclaffa l’un des types du nom de Croy.
— Je ne suis pas une graine de Sith, répondit-elle avec tout le calme qu’elle pouvait. Je suis Vima Sunrider, apprentie de Nomi Sunrider, héroïne de la guerre des Sith. Je ne suis pas votre ennemi, tout comme Ulic ne l’était plus après son exil.
— Va dire ça aux familles qu’il a brisées.
— Ulic s’est racheté après la guerre, il est aussi une victime. Je ne tolérerais pas qu’on continue à salir son nom. Alors au lieu de cracher sur lui, reculez. Je trouverais un autre vaisseau pour me conduire à destination.
— Tu mériterais qu’on te ramène à ta mère par la force petite.
— C’est avec moi qu’est la Force, ne faites rien de regrettable s’il vous plaît.

L’air farouche de Vima, et surtout son sabre laser fit hésiter les cinq individus. Ils se regardèrent en silence avant de faire demi-tour. Croy, le meneur semblait-il, s’adressa à elle en ces mots avant de partir :
— Tu as de la chance Jedi ! Mais apprends le sens du mot justice, et ne parle plus de ce Qel Droma de malheur ! Il pourrait t’arriver quelque chose de fâcheux la prochaine fois.

Vima les regarda partir tout en rangeant son arme. Elle quitta l’astroport miteux et tenta d’entrer dans une cantina non loin de là pour trouver un pilote. Mais on lui refusa l’accès à cause de son jeune âge. Deux bouges plus tard, elle se dit qu’elle devait retourner dans un astroport pour trouver un pilote. Une étrange sensation parcourait sa nuque. Était-elle suivie ou en danger dans ce quartier de Coruscant ? Ou la Force lui indiquait-elle que sa mère avait remarqué sa disparition et tentait de la retrouver pour l’empêcher d’aller sur Rhen Var ? Dans tous les cas, elle devait se dépêcher, plus le temps passait, plus les obstacles risquaient de s’amonceler et de créer un trop grand barrage pour qu’elle puisse mener à bien son voyage.

Dix minutes plus tard, la jeune Jedi arriva dans un nouvel astroport. Celui-ci était plus grand que le précédent et beaucoup de voyageurs allaient et venaient le long des allées. Elle se positionna dans un endroit stratégique afin d’étudier les pilotes de passage et les sonder afin de découvrir si l’un d’eux était susceptible de vouloir l’aider. Tout en faisant cela, elle se repassa mentalement les derniers événements qui la conduisirent ici. Elle repensa au refus de sa mère de se rendre sur Rhen Var pour commémorer la mémoire de l’homme qu’elle avait aimé. Puis lui revinrent les événements à l’astroport et le groupe qu’elle prit à partie en les entendant dire du mal d’Ulic alors qu’un reportage sur la guerre passait en fond. Oui ! C’était ça que la Force lui indiquait ; les détails du passé faisaient le présent.

Et là elle le vit, feignant de se renseigner sur une quelconque destination qui ne serait de toute façon pas la sienne. Son veston était différent, et une casquette cachait le haut de son crâne, mais il ne faisait aucun doute. Vima venait de reconnaître l’un des hommes de Croy. Ces brigands l’avaient suivi. Pourquoi ? Leur différent ne devrait pas conduire à une filature, et leur rancœur ne devrait pas être assez forte pour les pousser à s’en prendre à une Jedi. L’espace d’un instant, elle regretta que sa mère soit une fois de plus trop préoccupée par une future mission diplomatique au lieu d’elle. Elle chassa cette pensée et le contact du sabre dans sa poche lui redonna de l’assurance.

Vima sonda les lieux avec la Force et s’élança. Elle feignit d’avoir trouvé quelque chose d’intéressant et commença à traverser la foule. Au passage, elle subtilisa le blaster d’un agent de sécurité grâce à la Force et prit la direction de l’homme à la casquette. Si sa tentative de neutraliser l'homme dégénérait, elle n'aurait alors pas l'air d'une Jedi. Une fois derrière lui, elle pointa le blaster dans son dos de manière brusque afin de l’inquiéter.
— Bon sang, que me voulez-vous à la fin ? Pourquoi m’avez-vous suivi ?
— Vima c’est ça ? lui répondit l’homme. T’es une gamine intelligente...
— Je ne suis pas une gamine. (elle enfonça son blaster dans le dos de son interlocuteur).
— D’accord très bien. Écoute jeune Jedi, mes amis et moi en avons assez bavé à cause de Qel Droma. J’ai perdu mon frère dans la guerre, Croy a perdu toute sa famille lors d’un assaut de ce Sith et de sa sorcière bien-aimée. (il espérait que ses mots blesseraient la jeune Jedi). Les autres c’est pareil. Et tout ça à cause de Jedi et de saleté de collaborateurs dont tu sembles emprunter la voie. Et nous n’aimons pas ceux qui soutiennent cette infamie.
— Je suis une Jedi, je soutiens la République et la justice.
— Nous aussi, gamine.

Vima était trop préoccupée par l’homme qu’elle n’avait pas senti un nouvel individu s’approcher. Elle entendit sa respiration au dernier moment, juste avant qu’une douleur lui parcoure la colonne vertébrale. Sa vue commença à se troubler. Sa main trembla et elle fit tomber l’arme. Elle voulut pousser un cri d’alerte, mais le murmure qui sortit de sa bouche fut étouffé par les bruits de l’astroport. Elle n’était qu’une gamine impulsive, et cette fois-ci elle en paya le prix.



Vima se réveilla avec un énorme mal de crâne. Quand elle essaya de bouger, elle comprit qu’elle était attachée à un siège. Elle regarda autour d’elle et remarqua qu’elle se situait dans le sas d’un navire, désarmée, et sans connaître sa destination. Ses ravisseurs savaient qu’elle pouvait être dangereuse et toute tentative flagrante d’utiliser la Force pourrait leur faire décider d’ouvrir le sas. Elle médita pour faire passer le temps, jusqu’à ce qu’elle entendit le mécanisme d’une porte. Des pas derrière elle se rapprochèrent.

— Je suppose qu’on ne va pas sur Rhen Var, déclara-t-elle avec un ton cynique.
— Tes premières paroles censées. Tu apprends vite gamine.
— Ma mère et les autres Jedi doivent déjà être à ma recherche. Rendez-vous, c’est la meilleure option qui soit pour tout le monde.
— Tu sembles vouloir entreprendre ton voyage seul, sinon tu n’aurais pas eu besoin d’un pilote. Elle te croit certainement en chemin. D’ici qu’elle comprenne, il n’y aura peut-être plus de trace de toi.
— Qu’allez-vous me faire ? demanda-t-elle soudain inquiète.
— Te juger pour collaboration avec les Sith, répondit l’homme calmement. Puis te condamner à mort. Si t’es sage, on te laissera mourir de froid sur Rhen Var. Comme ça, tu seras là-bas.

L’homme repartit, et la porte se referma. Vima était dans une position désastreuse, et elle se mit directement à réfléchir à un moyen de s’en sortir. Ces hommes étaient pleins de haine. Peut-être il y avait-il un moyen de les apaiser. Malgré leur méchanceté, eux aussi avaient le droit à la rédemption. Elle se demanda si elle devait, tout comme Ulic, le payer de sa vie. Non ce ne serait pas juste. Elle devait sortir de ce pétrin le plus vite possible. La Force était avec elle, et elle était plus puissante que n’importe quel sabre ou blaster. Grâce à la Force, un Jedi pouvait faire des choses insoupçonnables, et les talents de Vima dans ce domaine ne demandaient qu’à être exploités.

Son esprit se mit en résonance avec la Force, et elle comprit : les détails du passé faisaient le présent.

Vima médita calmement sur sa chaise en essayant de ressentir au mieux la Force autour d’elle, comme Ulic et Nomi le lui avaient chacun appris. La porte se rouvrit. C’était le moment d’agir. La jeune Jedi concentra la Force, la canalisa et la projeta violemment. Sa chaise décolla et aller percuter l’homme qui s’apprêtait à entrer dans le sas. Voilà, il n’y avait plus de risque d’être envoyée par le sas. Une fraction de seconde plus tard, elle leva les yeux et aperçut l’homme de l’astroport en face elle. Malgré sa surprise, l’individu s’apprêtait à dégainer un blaster. La chaise métallique s’était pliée et Vima put dégager l’un de ses bras. Elle tendit la main et attira l’arme vers elle.

— Ne bougez plus ! Elle visait à présent l’homme tout en continuant à se détacher.
— Ne me faites pas de mal.
— Entre dans ce sas, et prend ton ami au sol avec toi.
— D’accord.

L’individu prit son compagnon et exécuta la directive de la jeune Jedi. Celle-ci s’empressa de refermer la pièce. Les deux hommes enfermés, elle ne risquait plus rien. Il lui fallait à présent prendre le contrôle de ce navire dont elle ignorait tout, mais également retrouver son sabre laser. Elle passa de couloir en couloir, évitant un membre d’équipage au besoin, et progressa jusqu’à la cabine. Sa tête tournait encore un peu à cause de son utilisation de la Force qui était excessive pour elle. Elle repéra le hangar qui contenait diverses marchandises ainsi qu’un chasseur biplace. Il ne lui manquait que son sabre et peut-être des informations sur ce groupe de kidnappeur pour en référer au Conseil Jedi.

Au détour d’un couloir, elle aperçut Croy avec son sabre laser à la ceinture. A cette vue, elle manqua de bouillir de rage, mais elle se ressaisit presque immédiatement. Elle le suivit discrètement au cas où il n’était pas seul. Arrivée devant une porte, elle n’hésita pas à l’ouvrir et à s’engouffrer à l’intérieur d’une nouvelle section du vaisseau. Sauf que cette fois-ci, elle se retrouva sur le pont. En entendant la porte, Croy se retourna et la regarda le sourire aux lèvres. Deux hommes la mettaient en joug, le blaster aux poings. Sa fuite avait été découverte et Vima était tombé dans le piège visant à la ramener gentiment dans son sas. Une fois de plus elle avait manqué de discernement.

— Tiens tiens, ne serait-ce pas notre admiratrice du côté obscur ?
— Laissez-moi retourner sur Coruscant, et je promets d’oublier toute cette histoire. Vous pourrez faire justice ailleurs si vous y tenez vraiment.
— Hors de question. Allez, conduisez-la à son sas. Et un dernier petit conseil d’ami jeune Vima, n’attend pas de clémence après ce que tu as fait.



Vima avait perdu la notion du temps. Elle passa le reste de son voyage enfermée dans le sas sans aucune nouvelle possibilité de fuite. On la débarqua sur une planète miteuse qu’elle ne reconnut pas. La zone d’atterrissage du cargo de Croy semblait sinistre et occupée par des individus qui semblaient peu se soucier des lois galactiques. En jetant un rapide coup d’œil derrière elle, la Jedi aperçut le gros cargo dans lequel elle avait été transportée. Croy avait plus de moyen et d’effectif qu’elle ne le supposait de prime abord. Dans la panade jusqu’au coup, elle n’avait plus qu’à faire confiance aux enseignements d’Ulic et de sa mère pour se sortir de là.

Les hommes de Croy la conduisirent à pied dans un bâtiment non loin de là. Les quelques badauds qui croisèrent son regard n’exprimèrent aucun intérêt à sa présence. Seul un Cathar près de l’entrée daigna la regarder dans les yeux et la pitié qu’elle lut dans son regard lui fit redouter le pire sur ce qui l’attendait. On la conduisit jusqu’à une cellule avec pour seule compagnie des gardes armées pas très bavards.

Vima passa les minutes qui suivirent à réfléchir à un moyen de se sortir de là. Puis elle comprit. Elle comprit que si on lui en avait laissé tant voir, c’était pour la simple et bonne raison qu’elle ne quitterait pas les lieux. Mais le moment n’était pas à l’action, elle ne pouvait rien faire. Elle ne pouvait qu’écouter la Force pour saisir le moment opportun et révéler les actions de ce groupe criminel aux autorités.

L’attente fut longue, plus longue qu’elle ne l’aurait cru. Un Twil'ek patibulaire vint la sortir de sa méditation et lui menotta les poignets.
— Tu viens avec moi, tu vas être jugée pour ton crime.
— Ne faites pas ça, il y a toujours un moyen de régler ça pacifiquement. Si vous continuez sur cette voie, ça va mal finir...
— Pour toi petite, pour toi. Il est temps pour toi d’être détournée de l’obscurité à tout jamais.
— Si le côté obscur était ici, il serait tapis dans votre cœur, pas dans le mien.
— Silence, ou je te fais taire.

Le Twi' lek la conduisit jusqu’à une vaste pièce où son procès allait se dérouler. En entrant, elle remarqua une vieille chaise en bois faisant face à une grande tablée où se tenaient trois « juges ». L’un d’eux était un jeune homme blond, un autre un Krevaaki âgé qui lui rappelait le défunt Maître Baas tué des mains d’Exar. Vima ne put s’empêcher de penser qu’ils avaient été choisis exprès pour lui rappeler des souvenirs des Jedi et la déstabiliser. Au centre des deux se trouvait Croy, le regard noir. Derrière les trois individus, Vima contempla la bannière de l’organisation : une tête de guerrier Massassi au bout d’une pique. Décidément, songea-t-elle, ils ne faisaient pas les choses à moitié.

Le Twi' lek la fit asseoir sur la chaise avant de quitter les lieux. Bien, Vima semblait avoir l’opportunité d’user de la Force dans peu de temps pour se sortir de là. Soudain, Croy prit la parole.
— Vima Sunrider, apprentie de Nomi Sunrider, héroïne de la guerre des Sith, tu es accusée d’être une sympathisante des Krath et d’Exar Kun, d’être en proie au côté obscur et de représenter une menace pour la République. Le but de ce procès est de déterminer ta culpabilité et de t’infliger la peine qui est juste.
— Croy, vous n’êtes qu’un minable qui espère justifier sa cruauté avec un faux procès.
— Tu aggraves ton cas petite. Fais très attention, la peine qu’on risque de t’infliger est la mort.
— Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force, psalmodia-t-elle sereine.

À peine eut-elle prononcé le code Jedi qu’un rayon laser vint déchirer la poitrine du jeune blond. Un second tir se fraya un chemin à travers le crâne du Krevakii qui s’effondra lourdement derrière son pupitre. Quelqu’un venait d’éliminer les adversaires de Vima dans un chronométrage si précis qu’on aurait pu croire qu’elle avait ordonné les tirs en parlant de la Force. La réflexion de Vima fut interrompue par la voix grave de Croy :
— Comment oses-tu nous faire ça, après la vie qu’on t’a offert ?
— Croy tu es condamné pour t’être laissé aveugler par la haine et pour avoir menacé la République. (La voix masculine venait de derrière Vima)
— Quand IL apprendra la vérité, tu vas le regretter.
— Ne t’inquiète pas pour moi, c’est le prochain.
Un nouveau tir de blaster vint mettre fin à la discussion. Croy tomba au sol, sans vie.

Elle ne l’avait pas sentie dans la Force, ni son sauveur, ni ses intentions. Sa formation de Jedi laissait-elle temps à désirer ? Qu’aurait pensé Ulic en la voyant ? Elle avait écouté son cœur, voulu faire son devoir, et des hommes étaient morts par sa faute. Était-elle condamnée à reproduire les erreurs de son modèle ? Sa mère devait en réalité la protéger, cela expliquait son refus de la laisser aller sur Rhen Var un an après le drame.

Ses bourreaux gisaient au sol sans vie, elle pouvait désormais partir. Elle se leva et se tourna enfin vers celui qui l’avait sauvé. Elle découvrit qu’il s’agissait d’un jeune homme d’environ son âge. Il avait les cheveux en bataille et ses yeux brillait de compassion pour la jeune Jedi. Il la regarda, esquissa un sourire et lui fit signe de venir.
— Qui es-tu ? osa-t-elle demander.
— Un vieux dicton dit que le passé fait le présent. Considère-moi comme quelqu’un qui cherche un avenir. Et il faut se dépêcher, les autres ont probablement entendu mes tirs. Si tu veux être libre, suis-moi, maintenant.

Son sauveur, plutôt mignon nota-t-elle, était quelqu’un de mystérieux, mais l’aura qu’elle ressentait dans la Force n’était que bonté. Elle décida de le suivre et de se poser des questions sur lui plus tard quand elle serait en sécurité. Elle regarda Croy une dernière fois et se servit de la Force pour ramener son sabre à elle. Quand son sauveur lui tourna le dos pour repasser la porte qu’il avait empruntée, la Jedi remarqua un tatouage sur son épaule qui ressortait de son gilet sans manche. Il ressemblait à une tête de Massassi, avec une pointe de lance...


J'espère que ce début n'est pas trop mauvais et donne envie de connaître la suite.

_________________
"Oderint, dum metuant"
(Caligula)


Haut
 Hors-ligne Profil  
 
MessagePublié: 24 Avril 2017, 18:12 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Mars 2015, 17:50
Messages: 733
Localisation: 92220, Bagneux
Sexe: Masculin
Espèce: Céleste
Planète natale: Korriban
Affiliation: Indépendant
C'est sympa et peut être intéressant. Il y a quelques fautes d'orthographe et quelques erreurs de style, mais c'est trois fois rien.
J'attends la suite avec impatience !

_________________
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo


Haut
 Hors-ligne Profil  
 
MessagePublié: 25 Avril 2017, 20:13 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Mars 2012, 13:10
Messages: 551
Sexe: Masculin
Espèce: Humain
Planète natale: Corellia
Affiliation: Jedi Noir
Même si ma période préférée est Legacy :roll: , cet extrait m'a accroché et j'espère que la suite sera vite publiée ;) .


Haut
 Hors-ligne Profil  
 
MessagePublié: 04 Mai 2017, 20:11 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Septembre 2009, 14:31
Messages: 1451
Localisation: Bakura, ou en vacances sur les plages de Togoria
Sexe: Masculin
Espèce: Humain
Planète natale: Bakura
Affiliation: Sith
Merci à vous deux. Ça me motive à finir cette histoire un jour. J'essayerais d'être à la hauteur de ce que je tease.
Donc en ce SWDay, voilà la suite.


Entrée 2 : La coalition Pendergast

La cabine était exiguë, mais l’eau qui sortait du mur était suffisamment fraîche pour la laver de la fatigue de sa dernière aventure. Toutefois, elle garda à l’esprit ce qui lui arrivait. Elle venait tout juste d’échapper à un groupe armé et dangereux avec l’aide d’un garçon qu’elle ne connaissait même pas. Sans savoir pourquoi, elle l’avait suivi sans un mot et l’avait observé leur trouver cette planque. Les regards durs qu’il avait lancés à certaines personnes lui avaient révélé un lourd passé et une haine refrénée. De plus, il semblait porter le tatouage représentant ceux qu’elle venait de fuir. Elle était certaine que le garçon était dangereux, après tout il venait d’abattre de sang-froid trois personnes. Mais les quelques regards qu’il lui avait portés, et la douceur de sa voix quand il lui demanda de la suivre dans cette planque, lui montra un autre aspect de l’individu.

En repensant à la douceur dans sa voix, Vima rougit. La prudence devrait la faire quitter les lieux immédiatement. À chaque fois qu’elle pensait cela, un étrange sentiment réconfortant le lui faisait oublier immédiatement. Ce mystérieux inconnu venait de la sauver et pensait à prendre soin d’elle. C’était son allié et qui sait, peut-être pouvaient-ils devenir amis. Serait-ce de l’amour qu’elle ressentait ? Vima chassa alors cette pensée. Elle était une Jedi et elle venait de découvrir une menace importante, elle n’avait pas le temps de s’interroger sur ces sentiments. Et ce garçon dont elle ne connaissait pas le nom était un danger potentiel. Elle sortit de la cabine de douche, se sécha, enfila sa tenue et rejoignit son sauveur dans le salon afin de l’interroger. S’il se montre bon et sincère, peut-être accepterait-elle de poursuivre son voyage avec lui.

— Te voilà prête. Tiens j’ai ramené un peu de nourriture et préparé du stim-thé pour que tu puisses reprendre des forces, tu en as besoin. Par contre, autant te prévenir de suite, nous ne pourrons pas rester longtemps ici. On nous aura retrouvés d’ici quelques heures.
— Merci. Dit-elle en prenant une place sur le fauteuil du salon et en récupérant la nourriture sur la table. Je te remercie pour tous, je te dois beaucoup. Mais avant que nous reprenions la route pour je ne sais où, j’ai besoin de savoir certaines choses.

Le jeune homme prit une chaise et s’installa en face d’elle. Elle lut dans ses yeux et dans son sourire la bienveillance qu’il avait jusque là pour elle. Sa rencontre avec Croy la rendit plus méfiante que de coutume, mais la Force ne semblait pas indiquer de danger. Mais elle n’était qu’en formation, peut-être se trompait-elle. Que croire et quel instinct suivre ?

— Je comprends. Tu sembles dépendre d’un inconnu, la situation te dépasse, il est normal que tu t’interroges sur certaines choses. Je t’écoute. Je ferais de mon mieux pour te répondre.
— Déjà, je ne connais même pas ton nom.
— Claton Pek. Enchantée de faire ta connaissance Vima Sunrider.
— Claton Pek... dis-moi, sauf erreur de ma part tu fais partie de la bande de Croy. J’ai besoin de savoir qui ils sont, ce que tu fais avec eux, et pourquoi tu m’as aidé.
— Très bien. Je vais commencer par le plus court. J’ai perdu ma famille pendant la guerre, comme beaucoup de monde. J’ai erré un peu ici, survivant de petit larcin et en squattant comme je pouvais dans des endroits désertés comme celui-ci. Croy m’a proposé un avenir, et ses ambitions semblaient collées à mon humeur du moment. Installe-toi bien, la suite c’est un peu plus long. Tu parles de la bande de Croy, mais Croy n’est qu’un lieutenant dans une mécanique mieux huilée. Tu n’as jamais entendu parler de la coalition Pendergast ?

Claton marqua une petite pause, et Vima réfléchit à sa question. Mais rien ne lui vint à l’évocation de ce nom.
— Ce nom ne me dit absolument rien. Éclaire-moi.
— Très bien. La coalition Pendergast est un groupe fondé par Elonor Pendergast, un homme qui a tout perdu dans la guerre : famille, amis, entreprise. Avec le reste de sa richesse, il monta une organisation visant à protéger la population civile et à venir en aide aux réfugiés restants. En sommes, c’est censé être une œuvre de bienfaisance en marge des aides de la République. C’est étrange que tu n’aies pas entendu parler de nous. Vu ma situation, quand Croy est venu à mon secours, j’ai accepté de rejoindre la coalition. Mais j’ai rapidement compris qu’on me cachait quelque chose. Après des mois de dévouement, et une défiance auprès de la République, j’ai obtenu la confiance de Croy. Il m’a révélé que l’aide apporté aux citoyens n’est qu’une partie des ambitions de Pendegast. Les responsables de la guerre sont les Jedi, et il a décidé de se venger le moment venu.
— Mais ce n’est pas....
— Si Vima, ton ordre est responsable de tout ça. Regarde Ulic Qel Droma et Exar Kun. Je suis désolé, mais tu ne me convaincras pas du contraire. De ce côté, je n’ai rien d’autre à t’offrir.

Vima sentit son cœur battre plus fort dans sa poitrine. L’homme qui venait de l’aider semblait en réalité être convaincu d’être son ennemi. Et cette coalition semblait plus dangereuse que semblait le penser la République. Mais pourquoi n’en a-t-elle jamais entendu parler ? Peu importait. Malgré la méfiance de son compagnon de route envers les Jedi, elle devait en apprendre le plus possible sur les plans de Pendergast et prévenir sa mère du danger que ces bienfaiteurs galactiques représentaient. Avant de poursuivre la conversation avec Claton, Vima sortit son sabre de sa tunique et le posa à côté d’elle, le doigt sur le bouton d’activation. S’il tentait de faire quoi que ce soit, elle lui ferait regretter. Afin de bien lui faire comprendre qu’elle ne plaisantait pas, elle durcit son regard.

— Alors pourquoi m’as-tu aidé tout à l’heure ? Et j’ai besoin de savoir quel est leur plan.
— Écoutes Vima, je te prie de bien me croire. Je n’ai pas la moindre idée de ce qui est prévu, je ne suis pas dans toutes les confidences. Mais le simulacre de procès que t’as fait Croy tout à l’heure doit en donner un aperçu. J’admets que nous sommes en désaccord, mais tu ne connais rien de ce que la galaxie a souffert depuis ce temps. Mais je ne veux pas la mort d’innocents, je ne veux pas me mettre au niveau d’un massassi. Je veux que justice soit faite. Je veux que les Jedi soient légalement reconnus coupables. Leur combat n’est en réalité pas le mien. Je ne pouvais les laisser te faire ça.

Le regard de Claton passa de la colère à une expression confuse. Une larme lui coulait le long de la joue, et quand il eut fini, il avait détourné son regard. Il était gêné, probablement par son acte. Vima savait qu’il cachait quelque chose. Et si elle ne pouvait le percer à jour, elle ne pourrait lui faire confiance. Elle avait besoin de lui pour quitter cet endroit et rejoindre Coruscant. Mais en même temps pouvait-elle le conduire jusqu’au Jedi ? Une partie d’elle en était peu convaincue, mais une partie plus déraisonnable d’elle-même voulait le croire plus que sincère et faire du chemin à ses côtés. Non ! Elle ne pouvait pas céder à ses sentiments. Il n’y a pas de passion, il n’y a que la sérénité. Il fallait qu’elle garde l’esprit raisonnable pour le moment.

— Claton regarde moi. Tu me caches quelque chose, je le sens. Comment pourrais-je te faire confiance si tu ne me dis pas tout ? Qu’est-ce que tu as derrière la tête ?
— Rien d’hostile. C’est juste que... comment dire.... je n’ai... tu... tu es une belle... Jedi. Tu sembles irradié de beauté, euh de bonté. Je ne pouvais pas les laisser te faire ça, il fallait que je t’accorde une chance. S’il te plaît, ce n’est pas le moment pour ça, je pense. Il y a plus urgent, que de s’étendre sur cette question, d’accord ?

Les joues de Vima viraient aux cramoisies. La Force lui soufflait toute l’honnêteté des propos de ce charmant jeune homme. Elle savait qu’elle succombait à son charme et voulait tout faire pour lutter contre. Mais lui aussi semblait être sensible au sien. C’était une situation embarrassante, elle ne savait comment réagir dans une situation comme celle-là. Elle chassa une fois de plus ces pensées. Le seul avenir qu’elle devait envisager n’était pas celui avec ce jeune homme, mais bien celui des Jedi. Pensant qu’elle aussi trahissait ses sentiments, elle essaya de prendre l’air le plus sérieux et autoritaire qu’elle avait. Si elle devait s’en sortir, ce n’était certainement pas en restant là béate comme une jeune idiote.
— Très bien. Je te fais confiance pour le moment, tu me sembles plutôt sympathique. J’ai besoin de connaître les effectifs de la Coalition Pendergast. Il me faut aussi un moyen d’entrer en contact avec Coruscant.
— Des cargos, des chasseurs, j’ai cru aussi voir un croiseur de combat esquinté avec le blason de la Coalition. Comme je l’ai déjà dit, je suis loin de tout savoir et là je ne peux t’en dire plus. Si tu veux, il y a dans la pièce d’à côté un système de communication d’un vaisseau. C’est un bricolage, mais si tu arrives à accrocher un relais, ton message pourrait atteindre Coruscant. Je ne promets rien, mais c’est tout ce que je peux t’offrir pour le moment.
— Merci.

Sans en dire plus, Vima se dirigea jusqu’à l’endroit que lui désignait son compagnon. En voyant l’amas de ferraille et de fil qui pendait, elle comprit ce qu’il voulait lui dire. Quelqu’un avait démonté le système d’un vaisseau et avait essayé grossièrement d’en faire un poste fixe dans un appartement miteux. Si cette chose marchait, cela tiendrait plus d’un signe de la Force que des qualités de technicien de celui qui avait conçu ce truc. Elle étudia rapidement le système pour comprendre comment il fonctionnait et une fois fait elle paramétra la machine pour envoyer un signal jusqu’à Coruscant, à destination du Temple Jedi, là où devait se trouver sa mère. Après un long moment d’attente, la voie de sa mère sortit d’un haut-parleur de mauvaise facture.
— Oui ? Qui êtes-vous ?
— Maman. C’est moi, Vima. Je suis contente de t’entendre. Je suis désolée d’être partie comme ça et de te causer du souci.
— Ma chérie, qu’est-ce qui se passe ? Où es-tu ?
— Je ne sais pas, j’ai eu d’autres urgences. Je suis dans des ennuis, mais il y a plus urgents. Est-ce que tu connais la coalition Pendergast ?
— Vima, encore une fois tu ne prêtes pas assez attention à ce qui se passe. Si tu m’avais écouté, comme toute bonne apprentie, tu aurais su que oui. Je te rappelle que j’ai un rendez-vous avec leur chef dans deux jours pour négocier une entraide avec les Jedi afin de rétablir la paix dans des endroits reculés. Pourquoi une telle question ?
— Maman écoute. J’ai des informations que le Conseil ignore sur eux. Ils cachent quelque chose, certains d’entre eux m’ont enlevée et ont tenté de me tuer. Fais attention à toi. Maman ?

Vima n’entendit aucune réponse. Le signal avait été perdu pendant qu’elle parlait et elle n’avait aucun moyen de savoir si sa mère avait reçu son avertissement. Sa famille était en danger, elle se sentait si impuissante. Elle devait retenter de prendre contact avec elle pour être certaine que sa mère soit prudente lors de son entretien.



Rien n’y faisait. Vima n’arrivait pas à retrouver le signal. Le miracle était donc de courte durée.

— Vima ! Il faut qu’on parte. Des hommes de Croy viennent de franchir la porte de l’immeuble. Il nous faut faire vite si nous voulons disparaître !

_________________
"Oderint, dum metuant"
(Caligula)


Haut
 Hors-ligne Profil  
 
MessagePublié: 05 Mai 2017, 23:47 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 30 Mars 2015, 17:50
Messages: 733
Localisation: 92220, Bagneux
Sexe: Masculin
Espèce: Céleste
Planète natale: Korriban
Affiliation: Indépendant
Avec un peu de retard, j'ai lu ce chapitre. Pas grand chose à dire, c'est sympa. Vivement la suite !

_________________
Un trône est, si l'on ôte la soie et le velours, un échafaud tout fait.
Victor Hugo


Haut
 Hors-ligne Profil  
 
MessagePublié: 06 Mai 2017, 22:40 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Mars 2012, 13:10
Messages: 551
Sexe: Masculin
Espèce: Humain
Planète natale: Corellia
Affiliation: Jedi Noir
J'ai apprécié ce chapitre aussi! actions et révélations sont menées tambour battant!

juste une question: ton histoire sera une courte nouvelle ou une longue fan fic?


Haut
 Hors-ligne Profil  
 
MessagePublié: 09 Mai 2017, 19:05 
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Septembre 2009, 14:31
Messages: 1451
Localisation: Bakura, ou en vacances sur les plages de Togoria
Sexe: Masculin
Espèce: Humain
Planète natale: Bakura
Affiliation: Sith
Merci,cela fait plaisir.

Pour te répondre, ce sera assez "court". Il devrait y avoir 5 partie normalement, environ dans les longueurs de ces deux premières parties.

Par contre, la suite sera moins dans la révélation que la contemplation. Sans oublier un peu d'action.

_________________
"Oderint, dum metuant"
(Caligula)


Haut
 Hors-ligne Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers: