Pius Dea: les chroniques des tyrans

Vous dessinez, écrivez ou faites des vidéos ? Présenter vos créations ici !
Répondre
Avatar du membre
mat-vador
Messages : 654
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par mat-vador » 03 septembre 2018, 21:02

Bonsoir,

je souhaiterais vous présenter un nouveau projet de fan fic basé sur une période sombre et méconnue de l'Ancienne République, inspirée du Legends.

Voilà un petit synopsis

Il était une fois dans une galaxie très lointaine, 11000 ans environ avant l'émergence de l'Empire Galactique

Plus de quatorze mille ans après sa création, la République Galactique en plein essor s'apprête à vivre les heures les plus sombres de son histoire. Son expansion bloquée par les conflits et les tensions incessantes avec les Alsakani, sa crédibilité grangrenée par des scandales de corruption, un individu à l'influence croissante se faisant passer pour un homme providentiel est sur le point de prendre le pouvoir.

Son nom sera le synonyme de crimes infâmes et de génocides commis à des échelles jamais atteintes auparavant au nom d'une croyance sectaire orthodoxe. Cet homme est Julius Contispex.

Découvrez l'histoire de la secte Pius Dea et de la dynastie des Contispex!

Voilà si vous avez des questions ou des remarques, n'hésitez surtout pas! Je commencerais à publier un petit extrait bientôt :cute: !

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 654
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par mat-vador » 05 septembre 2018, 07:31

Bonjour, je vous publie le début des chroniques du Pius Dea!

Pour rappel, voici les principales périodes qui seront traitées pour cette dictature qui s'étale sur près de mille ans (sacrée longévité! :D ):

-L'ascension du Pius Dea à la tête de la République en 11987 BBY
-Le Premier massacre commis par les fanatiques du Pius Dea contre les non humains sur Coruscant en 11966 BBY
-La première croisade du Pius Dea lancée contre les Hutts en 11965 BBY
-Le Schisme entre l'Ordre Jedi et la République en 11933 BBY
-La Grande Croisade du Nord contre les Zabraks et les Ithoriens
-Le génocide de Zarracine III en 11600 BBY
-La sixième guerre Alsakan réunissant une première coalition visant à renverser le Pius Dea
-L'apparition d'une foi religieuse appelée le Renoncement, visant à contrecarrer la doctrine idéologique du Pius Dea à l'intérieur même de la République.
-La bataille d'Uquine qui vit la chute finale du Pius Dea et l'emprisonnement de Contispex XIX en 10967 BBY durant la septième guerre Alsakan

cette liste est bien entendu non exhaustive. Si vous avez des suggestions concernant d'autres moments importants de la période Pius Dea que vous souhaitez que je traite, n'hésitez pas à m'en faire part.

Sur ce, bonne lecture!

1 ère partie: l'ascension de Contispex

Coruscant, monde capitale de la République Galactique
11 987 ans avant la bataille de Yavin IV

-Nous devons retourner à la pureté originelle.
Des clameurs désordonnées accueillirent la harangue de l'homme chauve et fin exalté revêtu d'une longue toge pourpre qui courait des épaules jusqu'aux chevilles. Le prédicateur releva les mains comme pour recueillir les encouragements de la foule, qui l'entourait en un demi cercle improvisé aux pieds des marches d'un large escalier qui menait à l'entrée principale d'un bâtiment imposant à l'architecture austère.
L'homme chauve se tenait sur une estrade permettant de les dépasser d'une bonne vingtaine de centimètres afin que tous ceux qui l'écoutaient n'en perdent pas la moindre miette.
-Depuis la création de la République, nous avons perdu notre chemin mes frères et mes sœurs. Nous avons laissé la luxure, le confort et la richesse nous aveugler. L'avidité et l’égoïsme ont remplacé le sens commun et l'esprit de solidarité.
À une vingtaine de mètres derrière le dernier rang des auditeurs, trois statues de marbre représentant des scribes encapuchonnés trônaient pour les recouvrer de leur ombre, à l'abri du soleil qui dominait les cieux de Coruscant.
S'appuyant sur la statue du milieu, un jeune homme encapuchonné ayant atteint à peine la vingtaine d'années regardait toute cette scène les bras croisés. De taille moyenne et d'un physique maigre, il passa la main au-dessus de son visage fin et imberbe pour retirer son capuchon du crâne. Des cheveux sombres nuit coupés courts en parsemaient le sommet, complété par une tresse qui pendait sur sa clavicule.
Cette coiffe et ses vêtements trahissaient son statut de padawan Jedi. Pour le moment, la foule ne s'apercevait pas de sa présence.
Mais les éclats de l'orateur continuaient d'attirer du monde et cela commençait à rendre Bekan Kalad bien plus nerveux. L'amas ne cessait de grossir et dans peu de temps, il ne tarderait pas à engloutir le jeune humain originaire d'Alsakan si celui-ci restait en position.
L'orateur était un adepte du Pius Dea, une secte méconnue et discrète qui prônait la vertu pour tous les citoyens de la République quelque soit leur rang social. Sa présence devant le bâtiment du Sénat n'était pas anodine, loin de là.
Elle était même récurrente depuis plusieurs mois. Ses paroles prosélytes échauffaient les esprits qui y étaient réceptifs. Bekan jugea bon de conserver un certain anonymat en remontant le capuchon brun sur sa tête.
-Nous devons faire entendre la voix de ceux et celles que la République a oubliés. Nous sommes les déshérités et nous devons raisonner ceux qui à nous inspirons l'indifférence. Nous devons les convaincre que leurs privilèges sont révolus.
Bekan se doutait à quoi ce genre de discours pouvait amener. Cela ne lui plaisait pas même s'il comprenait que certaines personnes puissent y adhérer. Les temps actuels devenaient plus que troublés.
Les tensions avec les Alsakani ne faiblissaient pas à cause de contentieux territoriaux issus de plusieurs siècles de guerre ponctués de trêves éphémères. Et les récents scandales de corruption qui éclaboussaient l'entourage du Chancelier Suprême Pers'lya ne contribuaient pas à apaiser l'ambiance.
Au contraire, Bekan et d'autres condisciples Jedi le percevaient. Quelque chose allait changer au sein de la République, un bouleversement si important que la Force en serait perturbée. À en juger par cette agitation, Bekan doutait que cela soit positif.
Devant l'entrée principale, des gardes républicains qui brandissaient des lances électriques commençaient à se regrouper craignant des débordements.
-Oui, frères et sœurs. Nous devons purifier la République, la rendre vertueuse et moraliser les politiciens qui vous ont volé!
Cette fois des cris d'approbation saluèrent l'orateur.
-Dehors les voleurs! Dehors Pers'lya! Démission! Démission!
D'autres gardes républicains prirent position sur les marches, protégés par des casques, des armures et des jambières, derrière des boucliers portatifs énergétiques. Des matraques électriques pendaient à leur ceinture, prête à l'emploi.
-Sacré spectacle, n'es-ce pas? Fit une voix soyeuse à l'oreille de l'apprenti Alsakani.
Bekan soupira, pas vraiment ravi d'avoir été surpris par son professeur, une Jedi twi lek à la peau verte d'une quarantaine d'années dont il n'avait pas perçu la présence. Ce n'était pas la première fois qu'elle testait sa réactivité.
Il croisa son regard malicieux et accorda un sourire désabusé.
-On peut dire ça, maître.
Maître Ri'ila Terka se rangea à ses cotés contre la statue et un observateur aurait pu les considérer comme un couple quelconque. Après tout, la non humaine semblait aussi jeune que son padawan qui la trouvait physiquement séduisante.
Bien entendu, il avait appris à rester concentré contrairement à d'autres qui se laissaient tromper par ces apparences. Sous son capuchon, les deux lekkus – des tentacules crâniens - pendaient sur ses épaules tandis qu'elle imitait son apprenti en croisant les bras aussi.
Bekan s'en aperçut rapidement, peu surpris. Elle aimait le taquiner.
-Comment s'est passé l'entretien avec l'ambassadeur d'Alsakan? Demanda-t-il.
Elle haussa les épaules.
-Aussi bien qu'on pouvait s'y attendre avec quelqu'un qui parle plus de guerre que de paix.
-Le Chancelier Suprême a pourtant retiré ses troupes du système d'Ambria en signe de bonne foi. Que leur faut-il de plus?
-Prendre l'avantage.
-Si j'ai bien compris, la flotte Alsakani continue donc de bloquer la Route Commerciale Perlemienne.
-J'en ai bien peur, padawan.
-Je sais où sera mon devoir en cas de pépin.
La twi lek posa une main sur son épaule avant de resserrer sa bure Jedi autour de son corps mince et athlétique. Elle se doutait malgré l'assurance qu'il affichait que ses origines alsakani pouvaient gêner sa bonne volonté.
-Tu n'as pas besoin de le dire.
-Peut-être aviez-vous besoin de l'entendre, maître.
Ri'ila fixa alors l'orateur qui excitaient de plus belle les badauds.
-Je sais que tu tiens à ta famille et que ce n'est pas évident pour toi d'être tiraillé entre tes origines et ta loyauté envers l'Ordre, la République. Tant que tes choix resteront guidés par la bonté, je te soutiendrais.
Bekan s'inclina devant son maître, qui l'avait prise sous son aile à Alsakan même à l'âge de treize ans.
-Merci maître, c'est ce que j'avais besoin d'entendre.
Elle l'entraîna par les épaules loin de la foule qui se densifiait peu à peu jusqu'à déborder sur l'avenue principale, gênant progressivement la circulation des véhicules.
-Il est temps d'aller retrouver le Chancelier Suprême pour l'escorter jusqu'au Sénat, indiqua la twi lek.
Bekan fit la moue en jetant un dernier coup d’œil vers le siège du Sénat.
-J'ai l'impression que cela ne sera pas une partie de plaisir, confia-t-il à voix basse.

Voilà j'espère que cela vous a plu! On va dire que c'est une petite mise en bouche! Si vous avez des questions ou des remarques, n'hésitez pas!

à la prochaine!

Avatar du membre
Ephasten
Messages : 31
Enregistré le : 19 août 2017, 16:20
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Alderaan
Affiliation : Jedi

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par Ephasten » 10 septembre 2018, 06:21

Salut,
j'aurais juste une petite remarque sur le style, car pour l'histoire j’attends de lire la suite.
Tes dialogues sont maitrisés, pas de problèmes. En revanche pour ce qui est de la narration, je te conseille d'user davantage de ponctuations. j'ai trouvé certaines phrases trop longues et trop riches en infos.
N'ait pas peur de scinder tes phrases, cela pourrait te permettre de transformer une simple mention en un bref développement d'ambiance, de le rapporter à l'humeur ou aux pensées de tes persos, ou une autre allégorie de ton choix.
Le rythme de ton texte est trop rapide, ce qui m'a incité à parfois lire en diagonale, ce qui est regrettable. Mon conseil serait de te poser, et de prendre le temps de raconter ton histoire. Si tu prends le train, je le prendrai avec toi.
Néanmoins je t'encourage, ce n'est jamais facile de produire un texte. Il y a tant de façon de raconter ce qui nous trotte dans la tête...
"Tu apprendras que beaucoup de vérités auxquelles nous tenons dépendent avant tout de notre propre point de vue." Obi Wan Kenobi.

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 654
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par mat-vador » 10 septembre 2018, 17:32

Salut Ephasten, merci de ton retour!

Pour la ponctuation, j'essaierai de faire attention
Ephasten a écrit :
10 septembre 2018, 06:21
Le rythme de ton texte est trop rapide,
Trop rapide? Tu veux dire que certaines phrases sont trop courtes?

Avatar du membre
Ephasten
Messages : 31
Enregistré le : 19 août 2017, 16:20
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Alderaan
Affiliation : Jedi

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par Ephasten » 11 septembre 2018, 15:29

Heu, justement non. Je m'explique: mes critiques concernent surtout le passage narratif entre les 2 premières répliques
Des clameurs désordonnées accueillirent la harangue de l'homme chauve et fin exalté revêtu d'une longue toge pourpre qui courait des épaules jusqu'aux chevilles. Le prédicateur releva les mains comme pour recueillir les encouragements de la foule, qui l'entourait en un demi cercle improvisé aux pieds des marches d'un large escalier qui menait à l'entrée principale d'un bâtiment imposant à l'architecture austère.
L'homme chauve se tenait sur une estrade permettant de les dépasser d'une bonne vingtaine de centimètres afin que tous ceux qui l'écoutaient n'en perdent pas la moindre miette.
Plusieurs choses à signaler.
Si quelqu'un veut lire ton texte à voix haute, sans aller jusqu'à faire de lecture à la Fabrice Luchini, il va vite se retrouver à bout de souffle. OK on lit dans sa tête, mais la ponctuation tempère la petite voix mentale (oui j’entends des voix dans ma tête, et alors!)qui me parle quand je lis. Sans ce frein, mes yeux parcourent la ligne en vitesse, et passe trop vite des infos qui méritent qu'on s'y attarde davantage. J'ai l'impression que tu as écris vite, donc je lis vite. Et si tu n'as pas pris le temps de mettre en valeur une info, c'est qu'elle n'en vaut pas la peine.
Or, en bon écrivain que tu es, je suis persuadé du contraire. Je suis sûr que tu as pris du temps pour imaginer la scène, et plus encore pour chercher à l'écrire correctement. C'est là toute la difficulté du métier.
Mon conseil, qui vaut ce qu'il vaut, est de te poser tranquillement et déjà de voir qu'elle sont les infos importantes à faire passer à ton lecteur. Pour les plus significatives, accordent leur une phrase ; les autres ne sont que des détails qui ajoutent de l'ambiance, du ressenti, de la description...
De plus ce passage est au début de ton texte. C'est là que généralement on se fait une idée de la qualité de ce qu'on lit, et que le décor et l'intrigue sont posés. Personnellement je relis toujours ce que j'écris à voix haute (ou alors la petite voix dans ma tête le lis à voix haute) j'imagine un conteur qui me la raconte.
Après on lit du Star Wars, le genre ne se prête pas trop à la plume d'un Victor Hugo. Ne t'en fait pas. Tu écris de bons dialogues, penses tes passages narratifs comme tel, et je penses que ça ira.
Tu as le principal: une très bonne imagination. Après ce n'est que de la pratique.
Voilà, je te dis tout cela en tant que confrère écrivain amateur, je ne détiens pas la vérité(autrement je vendrai plein de livres)mais je t'encourage dans la voie de l'écriture, tu verras, si ce n'est pas déjà le cas, tu découvriras plein de choses sur l'âme humaine en écrivant. Car de quoi écrivons-nous au fond, si ce n'est pas de ça?
Que la Force guide ta plume!
"Tu apprendras que beaucoup de vérités auxquelles nous tenons dépendent avant tout de notre propre point de vue." Obi Wan Kenobi.

Avatar du membre
darinze
Messages : 554
Enregistré le : 16 décembre 2015, 23:37
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Mexeluine
Affiliation : Indépendant
Localisation : 4° lune du système de Montpellier

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par darinze » 11 septembre 2018, 15:55

Ephasten est extrêmement pertinent dans ce qu'il vient d'écrire, je le plussoie.
daRinze, ClownTrooper de 1er ordre.

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 654
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par mat-vador » 11 septembre 2018, 17:12

Ok merci ^^ ! Je vais réecrire ce passage, enfin surtout mettre des ponctuations là où il faut que j'en mette.

Avatar du membre
darinze
Messages : 554
Enregistré le : 16 décembre 2015, 23:37
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Mexeluine
Affiliation : Indépendant
Localisation : 4° lune du système de Montpellier

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par darinze » 12 septembre 2018, 13:35

Après on lit du Star Wars, le genre ne se prête pas trop à la plume d'un Victor Hugo.
Mais quand même.
Si je compare l'insipide novélisation de l'épisode II par R. Salvatore et la sublime novélisation de l'Episode III par M. Stover, il faut comême reconnaître que le style d'un roman c'est comme la graisse de la chaîne du vélo: certes cela ne fait pas tout, mais bon sang qu'est-ce que ça fluidifie le mouvement!!!
daRinze, ClownTrooper de 1er ordre.

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 654
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par mat-vador » 12 septembre 2018, 20:27

Il est vrai que la novélisation de l'épisode III par Matthew Stover est de haute qualité!

Allez sur ce, je vous publie la suite!

Plusieurs millénaires après la création de la République, Coruscant s'était métamorphosée en une gigantesque oecuménopole. La jungle avait laissé la place peu à peu à des habitations de duracier et au permabéton de routes et d'avenues.
La faune primitive qui brillait de mille étincelles de vie avait été remplacée par les milles lumière d'une Cité Galactique qui ne dormirait plus jamais. Déjà quelques tours de plusieurs centaines de mètres pointaient vers le ciel, comme pour chercher à atteindre le sommet. Les citoyens avaient-ils conscience que l'apogée n'avait pas encore été atteinte?
Sans doute pensaient-ils que c'était déjà le cas. Ou sans doute les plus sceptiques devant le contexte actuel pensaient que cela n'arriverait jamais, ou que leur âge d'or avait été atteint bien avant. Ces derniers n'avaient pas peut-être tort. Plusieurs crises avaient en effet ponctué l'existence du régime politique.
Peu de temps après la naissance de la République, l'Ordre Jedi avait du affronter un premier schisme déclenché par un de ses renégats, un Jedi Noir du nom de Xendor qui avait exploré la voie du Coté Obscur. Ce n'était que le premier d'une série d'accrocs qui avaient manqué de mettre en péril l'existence de la République.
À chacune de ses épreuves, elle n'en ressortait que grandie.
Le Chancelier Suprême Pers'lya espérait qu'il ressortirait grandi de l'épreuve qui l'attendait au Sénat. Sa position était en jeu et il contempla par la grande baie de son bureau ce qu'il risquait de perdre à jamais. Cette magnifique vue urbaine de petites habitations qui s'étalait à l'infini lui manquerait si la session se passait mal.
Le bothan, une créature félinoïde originaire de Bothawui, soupira discrètement lorsqu'il entendit son secrétaire, un jeune duro, renverser plusieurs classeurs.
-Soth, ce ne sont pas de vulgaires conteneurs.
-Pardon monsieur, répondit le duro.
Le chef d'Etat de la République, lissa de sa main griffue la longue tunique blanche tâchée d'or qui recouvrait son pelage noir. La cape magenta qui pendait dans son dos, flotta lorsqu'il se tourna vers le duro penché, occupé à attraper les feuilles de flimsi éparpillés sur le marbre.
-Ce ne sont pas les dossiers auxquels je pense, j'espère?
-Non monsieur. Les dossiers que vous avez demandés tout à l'heure sont sur votre table.
Le duro indiqua une pile de trois classeurs superposés les uns sur les autres à un coin de table. Le bothan s'approcha et commença à feuilleter le contenu.
-Quand je partirai pour le Sénat, vous pourrez prendre votre après midi.
-Merci, monsieur.
-Après que vous ayez nettoyé un peu ce désordre.
-Euh oui, monsieur. Souhaitez-vous prendre du thé avant?
Le bothan retroussa les babines en guise de sourire.
-Ce n'est pas de refus. Voyez en passant s'il ne reste pas un morceau de rhyscake.
Le duro s'éclipsa et Pers'lya se détendit en admirant de nouveau le panorama urbain. Au loin, la silhouette de multiples cargos stellaires appontant ou décollant de la surface de Coruscant, obscurcit par intermittence les rayons du soleil.
Même si la galaxie n'avait pas été entièrement explorée et cartographiée, voilà un indice qui montrait que Coruscant demeurerait le centre de tout et pas seulement la capitale de la République. Même les Alsakani et les fiers corelliens ne pouvaient s'enorgueillir d'un tel prestige. Si les relations avec Corellia restaient cordiales, ce n'était pas le cas d'Alsakan.
Pers'lya ignorait quand le premier conflit avait éclaté mais la paix n'était jamais véritablement revenue entre les deux camps. Au contraire, les millénaires n'avaient fait que creuser un fossé de plus en plus large, les Alsakani s'estimant menacés par l'expansion d'une République à laquelle ils n'avaient pas adhéré.
Le dernier conflit avait pris fin plusieurs siècles auparavant, précédant un statu quo tendu qui prévalait jusqu'à maintenant. Une seule étincelle et la guerre pouvait éclater à nouveau. S'estimant menacés par de prétendues incursions de la République, les Alsakani avaient déployé leur flotte le long de la Route Commerciale Perlemienne, une voie hyperspatiale qui reliait Coruscant aux confins de l'Espace Sauvage et qui transitait par.. Alsakan.
Une démonstration de force destinée à impressionner la République et à rendre ses dirigeants plus réceptifs à leurs réclamations. Pers'lya désireux d'éviter une escalade avait alors engagé un retrait des forces militaires du système d'Ambria, sans en référer au Sénat.
Il avait envoyé le Maître Jedi twi'lek Ri'ila Terka, une amie de confiance, en informer l'ambassadeur d'Alsakan.
Elle devait revenir lui faire part de la réponse. Le mieux qu'il puisse en espérer était que les Alsakani ne s'enhardissent pas et entendent raison.
Le duro revint une dizaine de secondes après son départ, le souffle haché.
-Monsieur.. deux Jedi.. demandent.. à être reçus.
-D'abord, reprenez votre respiration Soth.
Le duro se redressa et laissa passer une minute avant de répéter une nouvelle fois.
-Faites les entrer, ordonna le bothan.
Une Jedi twi'lek au teint vert émeraude pénétra dans la pièce, précédé d'un jeune humain plus petit. Le bothan étendit les bras, ravi de la visite.
-Ri'ila, quelle joie de vous voir.
-C'est réciproque, Excellence.
Bekan Kalad les vit échanger une accolade chaleureuse avant que le bothan ne les invita à prendre place sur un large fauteuil.
-Dites moi, jeune homme, comment se passe votre formation? S'enquit le chef d’État auprès de l'Alsakani.
-Bien, répondit-il succinctement.
Bekan ne semblait pas disposé à en dire plus. Pers'lya jugea bon d'aborder un sujet plus préoccupant.
-Quelle a été la réponse de l'ambassadeur d'Alsakan?
Ri'ila Terka émit une grimace contrite, ses lekkus vibrant légèrement.
-Pas aussi satisfaisante que nous l'espérions. L'ambassadeur a répondu que le retrait des forces républicaines du système d'Ambria était destinée tout au plus à noyer le poisson et à endormir la vigilance des Alsakani.
-Ses exigences?
-Alsakan réclame le retrait de toutes les forces terrestres et spatiales de la République de Commenor, Belasco et Uquine.
Les oreilles équines de Pers'lya se couchèrent en arrière sous le coup de l'incrédulité.
-Je n'accepterai jamais cela!
-Hum, je n'ai pas terminé, signala la twi'lek. En outre, Alsakan réclame des dommages et intérêts pour le siège que la République a imposé à Cyrillia et demande que les Guilde Marchandes de Coruscant cèdent leurs biens sur l'ensemble de leur territoire.
Le regard de Pers'lya trahissait un abattement effaré. Et il y avait de quoi être effaré. Les noms des mondes mentionnés par la non humaine revêtaient une importance militaire stratégique majeure pour la République.
Ainsi Belasco se situait au confluent de quatre voie hyperspatiales qui menaient au cœur de l'espace républicain ou à la frontière de l'espace Alsakan. Accepter de retirer ses troupes d'un tel monde majeur aurait été un terrible aveu de faiblesse.
-Je dois en informer le Sénat, fit-il après un silence pesant.
-Il faudra s'attendre à des débats houleux, prévint Bekan, surtout si vous n'avez pas estimé nécessaire d'informer les sénateurs du retrait d'Ambria.
-Jeune homme, je pratique la politique bien plus longtemps que vous ne pratiquez la Force.
Ri'ila surprit son apprenti de se mordre la lèvre inférieure, sèchement remis à sa place.
-Bekan s’inquiétait à juste titre de la tournure que pourraient prendre les choses pour vous, Excellence.
-Nous avons aperçu une foule qui se rassemblait devant le Sénat, ajouta l'Alsakani, menée par un adepte du Pius Dea. On ne peut pas dire qu'ils soient fans de vous.
-Mais nous vous protègerons du mieux que nous pourrons, promit Ri'ila.
-Espérons que votre présence suffira à les dissuader de se porter à de nuisibles extrémités, maître Terka.
Le bothan se leva de son siège imités par ses hôtes. Il lança à son secrétaire qui n'avait pas bougé pendant tout l'entretien:
-Soth, ne vous occupez pas du thé. Nous partons tout de suite au Sénat.
-Bien monsieur.
-Vous avez quartier libre pour le reste de la journée.
-Merci monsieur, à demain.
Le duro rassemblait ses affaires tandis que Pers'lya quittait son bureau avec les deux Jedi. L'expression du bothan dissimulée par son pelage laissait poindre une once d'appréhension, celle d'un politicien qui allait se jeter dans une arène remplie de dianogas affamés. Sa journée ne pouvait pas commencer plus mal.

Et voilà, j'espère que cela vous aura intéressé! à la semaine prochaine, pour la suite!

Avatar du membre
Ephasten
Messages : 31
Enregistré le : 19 août 2017, 16:20
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Alderaan
Affiliation : Jedi

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par Ephasten » 17 septembre 2018, 06:45

Salut,
on lit du Star Wars, le genre ne se prête pas trop à la plume d'un Victor Hugo.
Je tenais juste à modérer mes propos en ne plaçant pas la barre trop haut. Toutefois les deux seuls livres Star Wars que j'ai lu ("Complots" de Paul S. Kemp et "Revan" de Drew Karpyshyn) ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable côté style, à mon grand regret. Je veux bien admettre que d'autres auteurs en sont davantage capables. Je ne demande pas mieux en tant que lecteur. Mais bon, c'est un vaste sujet.

Sinon bravo Mat-vador
la narration de ce passage et beaucoup plus fluide et agréable. J'attends donc la suite :D
Si je puis me permettre une remarque tout de même :oops:
À chacune de ses épreuves, elle n'en ressortait que grandie.
Le Chancelier Suprême Pers'lya espérait qu'il ressortirait grandi de l'épreuve qui l'attendait au Sénat.
Tu as voulu faire une analogie entre la résilience de la république et celle du chancelier (super, très bonne idée)mais n'emploie pas les mêmes mots. Le mieux je pense, est de trouver des synonymes très proches, ou bien d'exprimer une situation, une idée similaire. Ou alors c'est un parti pris de ta part, totalement voulu et assumé, ton style quoi; et là "himotep" je n'ai aucun conseil à te donner, juste j'aime ou j'aime pas. En l'occurrence, j'ai tiqué dessus. Mais ce n'est là que l'expression de mes goût personnels et ce ne sera pas le cas de tout le monde.
"Tu apprendras que beaucoup de vérités auxquelles nous tenons dépendent avant tout de notre propre point de vue." Obi Wan Kenobi.

Avatar du membre
mat-vador
Messages : 654
Enregistré le : 17 mars 2012, 13:10
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Corellia
Affiliation : Jedi Noir

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par mat-vador » 18 septembre 2018, 19:20

Ephasten a écrit :
17 septembre 2018, 06:45
Sinon bravo Mat-vador
la narration de ce passage et beaucoup plus fluide et agréable. J'attends donc la suite :D
Si je puis me permettre une remarque tout de même :oops:
À chacune de ses épreuves, elle n'en ressortait que grandie.
Le Chancelier Suprême Pers'lya espérait qu'il ressortirait grandi de l'épreuve qui l'attendait au Sénat.
Tu as voulu faire une analogie entre la résilience de la république et celle du chancelier (super, très bonne idée)mais n'emploie pas les mêmes mots. Le mieux je pense, est de trouver des synonymes très proches, ou bien d'exprimer une situation, une idée similaire. Ou alors c'est un parti pris de ta part, totalement voulu et assumé, ton style quoi; et là "himotep" je n'ai aucun conseil à te donner, juste j'aime ou j'aime pas. En l'occurrence, j'ai tiqué dessus. Mais ce n'est là que l'expression de mes goût personnels et ce ne sera pas le cas de tout le monde.
Je reconnais que c'est un peu mon style :roll: ! J'aime aller à l'essentiel, sans fioritures.. j'aime raconter beaucoup d'histoires en particulier celles liées au Legends et pas forcément connues du grand public, comme Legacy ou la période pré Kotor! Je suis plus dans l'action et les dialogues que dans les descriptions.

Avatar du membre
Ephasten
Messages : 31
Enregistré le : 19 août 2017, 16:20
Sexe : Masculin
Espèce : Humain
Planète natale : Alderaan
Affiliation : Jedi

Re: Pius Dea: les chroniques des tyrans

Message par Ephasten » 19 septembre 2018, 14:58

Comme j'essayais de le dire, je ne cherche absolument pas à changer ton style, et encore moins à te faire adopter le mien. On écrit tous d'une façon différente, que ce soit à la main(graphiquement) ou dans la façon de raconter. Il serait totalement stupide et présomptueux de ma part que de vouloir te changer.
Je n'ai pas beaucoup l'occasion de parler "écriture", alors je t'ai peut-être sauter dessus, mais n'y voit aucune mauvaise intention, au contraire, juste l'envie d'échanger sur la technique pure.
Sincèrement je suis admirateur de ta vitesse de production, moi je suis trop perfectionniste et je met des mois à sortir une histoire.
De plus, je trouve que l'univers SW se prête davantage aux films, animations, comics... qu'aux livres. ce n'est donc absolument pas un non-sens que tu sois
plus dans l'action et les dialogues que dans les descriptions.
au contraire. Un lecteur SW est là pour rêver, pas pour lire une dissertation de français, du moment que le style est correct, et c'est le cas pour toi.
"Tu apprendras que beaucoup de vérités auxquelles nous tenons dépendent avant tout de notre propre point de vue." Obi Wan Kenobi.

Répondre