Solo : Le caméo de fin expliqué

News postée par le 23/05/2018 à 15h55 (lue 10 573 fois)
Message d'avertissement : cette actualité contient des spoilers.

Un spoiler est une information qui dévoile tout ou partie de l'intrigue, et qui pourrait vous gâcher le plaisir de la découverte.

Le nouveau spin-off de la saga Star Wars, Solo : A Star Wars Story vient tout juste de sortir en France, six mois à peine après la sortie des Derniers Jedi.

Parmi les différentes questions que se posera le spectateur en sortant de salle, l'une d'elle risque fort bien de revenir au devant des discussions : qu'est-ce que le gros caméo qui apparait vers la fin du film vient faire dans Solo ?

Avant de nous pencher sur cette question, rappelons d'abord qu'il s'agit d'un point particulièrement spoilant du film. On vous invite donc à rebrousser chemin si vous souhaitez vous préserver la surprise du caméo.

Toujours là ? Fort bien.

Alors n'y allons pas par quatre chemins : comme nous l'avions rapporté en début de semaine dernière, Dark Maul est bel est bien dans le film, incarné à nouveau par Ray Park (La Menace Fantôme), avec la voix de Sam Witwer (qui doublait Maul dans The Clone Wars et Star Wars Rebels).

Il apparait effectivement pour une courte scène où l'on apprend qu'il est devenu un personnage important de la pègre galactique. C'est Qi'ra, alors qu'elle vient de tuer Dryden Vos et de lui succéder à la tête de son organisation criminelle, l'Aube écarlate, qui contacte Maul vers la fin du film. Celui-ci lui demande alors de le rejoindre sur Dathomir ...

Voilà pour son caméo. Si vous vous êtes contentés ces dernières années de suivre les films Star Wars sans spécialement s'intéresser au reste des récits diffusés dans les comics, séries etc., vous devez vraisemblablement vous demander par quel prodige Maul est-il vivant.

Et bien c'est tout banal : il n'a pas été tué dans l'Episode I. Le Zabrak survécut à ses blessures et parvint à se hisser jusqu'à une pile d'ordure ; de là il fut transporté vers Lotho Minor, une planète-décharge.

C'est dans les sales et obscures entrailles de cette planète qu'il résida pendant près de dix ans, affaibli et gagné petit à petit par la folie. Pour se déplacer, il se fabriqua des jambes artificielles (façon araignée, avant des les remplacer par deux jambes "classiques") avec la ferraille des épaves trainant un peu partout.

C'est à l'époque de la Guerre des Clones que Maul renait véritablement. Ses aventures pendant le conflit sont racontées à partir de la saison 4 de la série d'animation The Clone Wars. Pour faire court, il rencontre son frère (Savage Opress), reprend des forces avec l'aide de la magie de Mère Talzin, une puissante sorcière de Dathomir à la tête des Soeurs de la Nuit, croise quelques fois la route d'Obi-Wan Kenobi, etc...

Surtout, et c'est peut-être là le plus important par rapport aux événements de Solo, Maul contribua à cette époque à forger le Collectif des Ombres, une alliance entre Maul (secondé par Opress), la Death Watch, le Cartel des Hutts, le Soleil Noir, et le Syndicat Pyke.

Ni républicain ni séparatiste, l'éphémère Collectif des Ombres éclata bien assez vite, en proie à d'inévitables dissensions internes. Le coup fatal fut porté à l'organisation par Dark Sidious en personne (ci-dessus), qui se rendit à Mandalore, la capitale proclamée du Collectif. Il tua Opress et humilia Maul, sans pour autant l'achever, en profitant plutôt pour torturer son ancien apprenti et le garder prisonnier.

La suite immédiate du parcours de Maul est alors à suivre dans la série de comics Dark Maul : Fils de Dathomir, qui se déroule toujours pendant la Guerre des Clones. On y apprend que Sidous tente de se servir du Zabrak afin de piéger Mère Talzin, sa rivale. Après moult péripéties, le Seigneur Sith parvient à ses fins, tandis que Maul prend la fuite avec l'aide de rescapés de la Death Watch (ci-dessous).

C'est environ 9 ans après cette dernière apparition que se situe le caméo de Maul dans Solo : A Star Wars Story. En plein milieu de l'époque impériale, l'ancien apprenti Sith semble donc être revenu au sommet du monde criminel de la galaxie, sommet brièvement côtoyé à l'apogée du Collectif des Ombres.

Nous savons néanmoins que cela ne durera pas, puisque qu'environ 5 ans après Solo, nous retrouvons Maul dans la série Star Wars Rebels, bloqué pendant "plusieurs années" sur la planète Malachor après le crash de son vaisseau. Tout le long de sa présence dans Rebels, et jusqu'à sa mort, des mains d'Obi-Wan, aucune grosse allusion n'est faite à ses connections avec le monde criminel.

Il mentionne toutefois à Qi'ra d'aller le rejoindre sur Dathomir, sa planète natale, celle des Soeurs de la Nuit et de Mère Talzin. On sait que c'est là que Maul a laissé le puissant Sabre noir quelque part entre les événements de The Clone Wars et de Rebels. Ce n'est pas cette arme qu'il allume en tout cas dans Solo.

Bref, pour le meilleur comme pour le pire, il semble donc que Lucasfilm n'en a certainement pas terminé avec Maul. Que ce soit via des suites plus ou moins directes à Solo ou à travers de nouveaux produits dérivés, il y a encore bien des lacunes à combler dans l'histoire de ce personnage !

N'hésitez pas en tout cas à nous dire ce que vous pensez de tout ceci, de la réapparition du personnage sur le grand écran ainsi que sur son histoire et son parcours !

Solo : A Star Wars Story, sorti ce 23 mai 2018, est réalisé par Ron Howard (Apollo 13, Da Vinci Code).



Partager cet article




A propos de l'auteur : Night Alchemist

Né en 1991, rédacteur actu depuis début 2013 et apôtre des musiques Hard rock sur le site depuis toujours, je suis de la génération ayant grandi avec la Prélogie Star Wars, la trilogie du Seigneur des Anneaux et Harry Potter.

Doté d'un sens de l'humour aussi légendaire que douteux, passionné d'art, d'histoire ancienne, de SF et de fantasie, j'officie sur l'Holonet en qualité de newseur généraliste. J'aime aussi beaucoup les pandas et la couleur jaune ^_^ ...










Poster un commentaire

Vous n'êtes pas connecté à votre Compte HoloNet. Vous pouvez néanmoins écrire un commentaire en mode déconnecté, mais votre commentaire ne sera pas immédiatement publié (validation par un Admin).




Solo
Cette actualité fait partie du minisite Solo : Toutes les dernières informations sur Solo : A Star Wars Story. scénario, actu, acteurs, tournage, fiches, photos et vidéos.

Les dernières actus Star Wars

Espace publicitaire


On en parle sur le forum


par Ismaren le 28 mai 2018, 12:25

Argumentation plus que pertinente Night. Tu m'as presque convaincu et je rejoins presque ton point de vue. En revanche, je persiste à dire que l'effet d'annonce autour du personnage d'Enfys Nest est un rebondissement scénaristique qui ne suit pas une continuité logique et nuit au film. Pour Solo, l'effet reste le même, il passe davantage pour le gentil que pour le vaurien, mais ce ne sont que ses tout débuts, il est vrai. Il ne peut pas gagner à tous les coups #IndianaJones
Le prochain film nous racontera comment il a eu son petit veston noir ^^

Sinon le film se fait pas mal basher et le trouvant bien mieux que les épisodes VII et VIII qui ont trouvé des accueils bien plus chaleureux, même s'ils ont divisé il est vrai, ça me fait un peu de peine (pas trop non plus, parce que je m'en moque quand même un peu). Le pauvre Solo divise à peine, tout le monde semble s'accorder sur le fait que c'est un mauvais, voire très mauvais pour certain, film. Je suis assez d'accord sur le fait que c'est un film dont on aurait pu croire qu'il aurait pu sortir directement en DVD, mais c'est alors un très bon film DVD.

PS: Coaxium!! Eurêka! Merci, j'avais complètement oublié comment ça s'appelait :roll:


Ismaren


par Raventorn le 28 mai 2018, 14:32

Très bon argumentation Night, très convaincant.
J'étais déjà d'accord au début ^^, je suis content de voir qu'on est plusieurs sur la même longueur d'onde. J'ajouterais toutefois que Han, à la fin du film, fait quand même preuve d'un certain côté badass, je pense que vous voyez de quoi je parle.

Ça va dans le sens de la complexité du personnage : il rêve de liberté, et devant Enfys c'est le destin qui s'impose à lui, il n'a pas vraiment le choix. Ça ne fait pas de lui un héros, mais quelqu'un qui a bon fond. Et même s'il a bon fond et qu'il ne veut pas s'engager dans quelque chose qui le dépasse et qu'il ne comprend pas encore, il est prêt à faire certaines choses pour garder sa liberté. :)


Petit commentaire sur la musique. Je suis un grand fan de Powell pour ses musiques de dingue sur de nombreux dessins-animés que j'adore. Je trouve que sa composition pour Solo, même si elle manque d'un thème fort, est très rafraîchissante et va parfaitement avec le rythme effréné du film. Sur toutes les pistes, il n'y en a qu'une de Williams, et on la reconnaît tout de suite ^^, ne serait-ce que parce que le choix des instruments à vent est différent. Mais je suis vraiment content de cette bande-son :) C'est un point positif à souligner, on a tendance à toujours trop s'attarder sur le négatif ou le moins bon.


Raventorn


par Lod Dorz le 31 mai 2018, 10:36

Comme bien d'autres ici je suis allé voir ce fameux 2nd spin-off. Contrairement aux autres productions Star Wars, cette fois je ne me suis pas précipité à la 1ère séance. Non, j'ai même attendu une petite semaine avant d'aller le voir. Sans doute une conséquence de la déception liée à l'épisode 8 associée à la surcharge médiatique Starwarsienne de ces dernières années... Bref j'ai vu Solo: A Star Wars Story, et je suis ressorti diverti, d'un sympathique film d'action qui n'a rien révolutionné. En tant que fan de SW, je reste quand même sur ma faim.

Le scénario :

La particularité de ce flm est qu'on connaissait pratiquement l'histoire avant d'aller voir le film : rencontre avec Chewie, rencontre avec Lando, raid de Kessel en 12 parsecs, acquisition du Faucon. CQFD.
Étant donné ce constat, je croisais les doigts pour qu'un twist final vienne ajouter une vraie surprise. En vain.
La chère et tendre qui trahi Han ? C'était visible à 10 km et ça ne pouvait pas être autrement. Il fallait une trahison, on le comprend dès les premières répliques de Beckett.
Et ne venez pas me parler de ce vieux Zabrak... je me serai bien passé de ce fichu caméo qui n'amène rien de plus que de la confusion pour les novices en Star Wars.

J'ai donc trouvé l'histoire très (trop) simple comme bon nombre d'entre vous, pourtant le tout est assez efficace.


Les personnages :
Han Solo: difficile de marcher dans les pas de Ford, pourtant Alden Ehrenreich fait de son mieux. Dans l'ensemble, il a su incarner le côté encore "tout frais" de Han, qui découvre la vie et se fait pigeonner, avec ce sourire encore naïf. J'ai été plutôt convaincu.

Lando :Glover est impeccable dans le rôle mais j'attendais plus de punch-lines de sa part.

Qi'ra :Personnage trop prévisible, actrice tout juste correcte. Rien à ajouter.

Beckett : j'ai beaucoup aimé le personnage du mentor. C'est assez classique mais Harrelson l'incarne très bien.

Chewabacca :convainquant, féroce, impeccable. Un point c'est tout.

Drydens Vos : un méchant un peu insipide mais qui a l'avantage de ne ressembler à aucun autre.

Enfys Nest :bien qu'on pouvait voir le coup arriver, je trouve le personnage et son identité plutôt bien choisi. Le personnage permet de faire un lien entre les idéaux des rebelles et ceux de Han, lequel est (toujours) partagé entre son for intérieur d'homme qui se revendique libre et solitaire et son besoin profond de contribuer au bien des autres. Enfys est un révélateur du caractère de Solo, au même titre que Qi'ra.

Et un dernier pour la fin : L3-3T
Les commentaires de Rancor Malade et d'Ismaren quant au personnage de L3-3T m'ont bien fait sourire.
Lucasfilm/Disney reproduit ici le même schéma qu'avec ces scènes dans l'épisode 8 qui suggère une prise de conscience quant au traitement des animaux et la consommation de viande. J'avais d'ailleurs posté le même genre de propos à ce sujet.
On constate donc que Disney se permet des discours moralisateurs déguisés sous des traits humoristiques, souvent stupides et incohérents.
J'ai apprécié le caractère émancipateur et militant de L3-3T (tout comme j'ai aimé les porgs du 8), mais elle s'est retrouvé vecteur de pensées qui n'ont rien à faire dans un Star Wars. Aucune finesse sur ce point.
Bien que j'estime ces causes comme très importantes, elle n'ont rien à faire dans un film de divertissement pour enfant, et encore moins quand cela devient incohérent avec l'univers : des droïde qui se rebellent c'est aussi stupide qu'un wookie qui ne mange pas de viande.


La musique :
Pas grand chose à dire hormis les reprises des thèmes originaux. Pour ma part, la vraie bonne nouveauté c'est le thème d'Enfys Nest.


Les scènes d'action :
S'il y a un point fort pour ce film c'est bien celui de l'action ! La scène sur le train est vraiment propre, efficace et violente (je l'aimais bien Val...). Pareil pour le raid de Kessel qui a vraiment son identité visuelle, c'est réussi.
Il y a également cette scène dans le hall d'embarquement du spatioport. Oppressante et diablement efficace !
Il n'y a que celle de la course poursuite en speeder sur Corellia que j'ai trouvé... molle... Faut bien trouver quelque chose à redire quand même ;)


Pour moi, le tout contribue à faire un film d'action franchement sympa, qui se regarde avec plaisir.
Quelques clichés faciles et surtout un étrange constat : pour un opus vendu comme un film d'action humoristique, j'ai trouvé l'humour bien discret... pas vous ?


Lod Dorz


par Ismaren le 31 mai 2018, 11:05

"Lod :
Quelques clichés faciles et surtout un étrange constat : pour un opus vendu comme un film d'action humoristique, j'ai trouvé l'humour bien discret... pas vous ?


Et ce n'est pas plus mal. Un humour comme dans le VIII, ou pire encore à la Marvel où chaque réplique est désormais une vanne, où la punchline débile est devenue le seul moyen de communication et de (dé)construction des personnages et de l'intrigue, non merci. Cet humour discret et assez bien dosé est pour moi, pour un film estampillé Disney de 2018, une bonne surprise et un point fort du film. Faire rire c'est bien, mais on ne peut pas faire du Men In Black avec du Star Wars (cf. Finn qui se balade totalement abasourdi dans les couloirs d'un vaisseau avec une combinaison rempli d'un liquide qui déborde sans que personne ne n'en inquiète autour de lui).


Ismaren


par Lod Dorz le 31 mai 2018, 11:28

@ Ismaren :
Au sujet de l'humour, je ne fais qu'un simple constat. Le duo Lord & Miller avait initialement été embauché pour faire un film comique, comme ils sont connus pour en faire. Ron Howard devait prendre le flambeau et rester dans la même veine si je ne m'abuse. Donc on est en droit de s'attendre à un film bon enfant et bien marrant.
Pour tout dire, les épisodes de la T.O me font bien plus rire alors qu'ils n'ont pas été vendus comme films comiques.

Pourtant c'est certain que si l'humour Marvel est devenu la norme du drôle chez Disney, je préfère ne pas avoir trop de blagues.


Lod Dorz


par Night Alchemist le 05 juin 2018, 12:26

Quasiment deux semaines après la sortie du film, le bilan des courses est assez amer pour Disney et Lucasfilm puisque Solo est un flop commercial. Le nouveau spin-off a si peu intéressé le grand public que Disney pourrait même ne pas rentabiliser le film et perdre au moins 50 millions.


Night Alchemist


par darinze le 05 juin 2018, 14:17

Vont-ils se poser les bonnes questions après cela, d'abord, et vont-ils y répondre, ensuite?
Rien n'est moins sûr.


darinze


par Rancor Malade le 05 juin 2018, 16:59

Boarf, succès, pas succès du film, pour ma part c'est pas vraiment pertinent. De très bons films sont sortis sans prétention qu'être de bons divertissement et n'ont pas fait un tabac au box-office, ça n'empêche pas qu'on peut les trouver excellents. Quelques exemples pour ma part: Scott Pilgrim, Pacific Rim, Warcraft...

Bref, juste un petit retour sur la BO de John Powell, histoire que Raventorn se sente moins seul. Ecoutez cette BO, ça vaut la peine. C'est pas "la" musique de film de ouf avec des thèmes hyper prenants, mais purée ça déménage. On dirait que John Powell est entré dans le studio d'enregistrement, il est allé faire causette avec John Williams et il lui aurait "Ecoute, John. C'est bien joli cette musique que tu fais, mais maintenant, il faut des percussions. Et pas qu'un peu. Un monstre pack de percussions!" Et BAM! C'est parti! Ajoutez quelques ch?urs aigus dans les passages où apparaissent Enfys Nest et toute sa bande, qui ne sont pas sans rappeler certains morceaux de TCW par Kevin Kiener, et emballez, c'est pesé! On se sent comme dans un croisement entre Hans Zimmer et John Williams, particulièrement dans le morceau "Reminiscence Therapy" (le raid de Kessel dans le film), qui regroupe à lui seul le plus grand nombre de thèmes de John Williams pour Star Wars en une seule piste (génériques de fins exceptés, of course), au rythme effréné de Powell. Là où Giacchino restait vraiment dans la ligne de J. Williams pour Rogue One, en y ajoutant l'émotion qu'il maitrise mieux et s'essayant au passage à une petite mais excellente marche (le morceau "Rogue One"), John Powell décide de nous exploser tout ça, et passe à la vitesse lumière pour donner au film une cadence à 12 parsecs par secondes. Par contre, contrairement à Raventorn, j'ai dû regarder sur la pochette de l'album pour voir que c'était la première piste qu'avait composée et dirigée John Williams, donc pour le coup, je trouve que la BO a une bonne continuité.

Pour revenir une dernière fois sur le personnage de LG-37:

Mettons d'abord de côté le fait que c'est un droïde.
Premier constat: Le problème vient du fait qu'elle est, de sa première apparition jusqu'à sa mort, une militante. C'est ça qui est malhabile, car on est, dès lors, obligés de lui flanquer un antagoniste, et par conséquent lui donner du poids. Ça serait bien plus pertinent de nous mettre d'entrée un personnage issus de la communauté LGBT (de préférence une lesbienne, parce que jusqu'à preuve du contraire, le public de Star Wars est majoritairement masculin, si on veut que ça passe encore auprès du public c'est ce qu'il y a de plus sûr... "Docteur Aphra," dites-vous? ;) ).
Second constat: C'est un droïde. Un machine. Elle a été construite par quelqu'un, ce dernier l'a donc programmé... Bon, je m'arrête là, on sait tous ce qu'est un droïde. C'est donc le pire choix pour représenter la communauté LG-BT, limite on les insulte en leur disant qu'ils dysfonctionnent.


Rancor Malade


par Raventorn le 07 juin 2018, 08:02

Ahah merci Rancor de rebondir sur la musique, on pourrait en parler des heures ^^

Je suis à 100% d'accord avec toi : Powell apporte une certaine fraîcheur et un style propre, qui se démarque davantage de WIlliams que ce qu'avait proposé Giacchino (néanmoins, ce dernier n'avait que très peu de temps pour composer à la place de Desplat pour rappel). Et dans son style propre, en effet, les percussions ! Quand je dis qu'on reconnaît la piste de Williams facilement de celles de Powell, c'est surtout grâce aux instruments qui sont assez différents.

J'écoute énormément de musique de film, et j'en suis venu à reconnaître Williams quasi-instantanément, à quelques exceptions près. C'est beaucoup plus dur pour d'autres comme Zimmer par exemple. Je lui reproche des fois de pas trop se creuser la tête d'un film à l'autre, mais il sait changer de style (cf ses musiques de film VS celles de dessins-animés, c'est assez incroyable ce qu'il pond pour ces derniers :) )

Powell et Giachinno ont tous les deux composé des musiques de dessins-animés (pas que pour Disney), et Powell a un style beaucoup plus marqué que Giachinno. Typiquement, les passages tribaux avec Enfys Nest me rappellent énormément ce qu'il a proposé pour Dragons 1 et 2. Quant aux percussions importantes, ça rejoint pas mal les goûts de Zimmer, et les deux compositeurs ont d'ailleurs travaillé ensemble sur Kung Fu Panda (le 2 ou 3, je ne sais plus...)

Tout ça pour dire que même s'il n'y a pas de nouveaux thèmes marquants pour Solo (car le thème de Solo est assez sobre finalement je trouve), il y a un emballage vraiment intéressant des thèmes connus de Star Wars, et surtout une musique trépidante au rythme très soutenu qui colle parfaitement au film :)


Raventorn


par Rancor Malade le 18 juin 2018, 08:42

Raventorn :Quand je dis qu'on reconnaît la piste de Williams facilement de celles de Powell, c'est surtout grâce aux instruments qui sont assez différents.


J'ai constaté que j'avais écouté la playlist classée par artiste et que je n'écoutais que les morceaux de Powell? Boulet que je suis! Du coup j'ai écouté celui de John Williams (et d'autres noms dans le champ "compositeurs" :?: ), c'est vrai qu'on reconnait le style d'entrée! A coté des autres, elle a comme un petit coup de vieux, mais sympa, un peu nostalgique.


Rancor Malade