Review Luke Skywalker : Légendes

News postée par le 24/12/2018 à 17h48 (lue 3 154 fois)

Sorti chez Pocket le 13 décembre dernier, ce roman écrit par Ken Liu est un roman jeunesse publié aux Etats-Unis chez Disney Lucasfilm Press. En France, l’éditeur a fait le choix de le publier au format adulte (le format jeunesse ne se vendant pas très bien), et c’est donc avec un regard adulte qu’on se lance dans la lecture de ce roman. Si vous souhaitez l'acheter, vous le trouverez à 9,40€ dans vos libairies ou sur Amazon.

On commence par le synopsis :

Alors qu'un vaisseau cargo traverse la galaxie en direction de Canto Bight, l'équipage échange des histoires sur le légendaire Chevalier Jedi Luke Skywalker. Mais ces récits autour de cette figure emblématique et mystérieuse de la Rébellion sont-ils vrais, ou simplement de vastes épopées fabuleuses inventées, puis colportées et enrichies d'un bout à l'autre de la galaxie ? Skywalker est-il vraiment un héros, un Jedi célèbre, ou un charlatan savamment élaboré ?
L'équipage devra décider par lui-même quand il entendra les légendes de Luke Skywalker...

Mais concrètement, ça donne quoi ? Ça donne un roman avec une histoire présente dans les interludes, avec environ une quarantaine de pages, et le reste du roman est découpé en 5 légendes racontées par 5 personnes différentes, chacune donnant sa version de l’histoire de Luke Skywalker. Comme il est difficile de juger l’ensemble du livre, car il contient 6 histoires différentes, je vais le faire légende par légende.

 

L’histoire :

L’histoire est… Vraiment à destination des enfants. On n’y apprend rien. Il faut dire qu’en moins de 40 pages, c’est difficile de créer une histoire. Et puis forcément, n’oublions pas que le public visé est jeune, alors on retrouve un groupe de mousse embarqué sur un navire, ils vont à Canto Bight et pendant le trajet ils se racontent des légendes sur Luke Skywalker, chacun y allant de sa petite histoire plus ou moins folle. Chaque interlude permet à un nouveau membre du groupe de prendre la parole, mais il n’y a rien de plus dans l’histoire. Ils se rencontrent, discutent à table, continuent de discuter au lieu d’aller dormir (les vilains petits enfants !!!!), et puis une fois à Canto Bight, chacun se sépare et retourne sa petite vie. Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… Enfin… C’est presque ça dans le fond…

 

1re Légende : La Démystificatrice

La théorie du complot en version Star Wars. On y raconte une histoire où Luke Skywalker n’est au final qu’un gros arnaqueur, l’Étoile de la Mort n’existe pas, et rien de tout ceci n’est réel. On y détruit, gentiment, le mythe de la Résistance et de ses héros. Du coup, pour l’apprécier, il faut soit ne pas trop être dégoutté par les théories du complot qu’on trouve dans la vraie vie sur internet, soit avoir envie de découvrir une autre version de Star Wars. C’est intéressant, parce que si on se met à la place de la personne qui crie au complot, on peut vraiment se laisser prendre au jeu et y croire. Pour autant, avec un peu de recul, on se dit que c’est vraiment gros.

 

2e Légende : Le cimetière de Vaisseaux

Nous voilà à la bataille de Jakku avec un artilleur qui consomme clairement autre chose que du lait bleu. Il se retrouve sur Jakku, en mauvais état, est sauvé par un homme qui fait des trucs bizarres, se pose alors la question de savoir si c’est Luke ou pas… Et puis quand il retrouve les siens, il est interrogé et comme l’Empire ne le croit pas et qu’il est de toute façon trop fiévreux et trop incompréhensible, on le bourre de calmant et bon dodo. Du coup, son histoire… est-ce qu’il est défoncé, est-ce qu’il a vraiment bien vu… ? Est-ce que c’est vraiment intéressant ? Mouais...

 

3e Légende : Partie de pêche sous le déluge

C’est l’histoire de Luke, cette fois on sait que c’est lui, qui voyage au travers la galaxie pour apprendre de nouvelles choses sur la Force. Il arrive donc sur une planète où il demande à être initié à la Houle, et pour ça il doit aller à la pêche en faisant le tour de la planète à dos d’un animal volant qui, pour se fatiguer le moins possible, profite du vent et de ses courants pour planer le plus possible.

Si comme ça l’histoire ne donne pas vraiment envie, elle n’en reste pas moins intéressante, car on y trouve là, enfin, une vraie légende. Ce n’est pas une histoire de propagande ou de gars sous LSD, on à un Luke qui tente de parfaire son entraînement de Jedi, avec une vraie morale à la fin : On ne gagne pas à tous les coups, il faut parfois savoir dire stop. Et c’est chouette parce qu’en plus d’être vraie, l’histoire est racontée par une personne qui a vécu la scène et qui est dans le vaisseau, elle apporte quelque chose au personnage de Luke et sa quête de connaissance.

Seul hic, comme pour l’ensemble du livre, le récit est bien trop long et met bien trop de temps à entrer enfin dans le vif du sujet.

 

4e Légende : Moi, Droïde

Je peux m’arrêter au titre sil vous plaît ? Non parce que… Moi, Jedi, l’héritage de Corran Horn, c’est mon pied d’entrée dans l’univers magnifique de Star Wars, et je ne voudrais pas gâcher ce plaisir…

Bon, une chance, ce n’est pas la pire des légendes. On se retrouve là en compagnie de droïdes, vous vous doutez bien qu’on va y croiser R2-D2 et C-3PO, avec une mise en place de l’histoire qui s’éterniseeeeeeeee… Pour enfin voir arriver Luke en héros qui vient libérer les droïdes. C’est un peu un mélange de l’Épisode VI avec Luke qui envoie ses droïdes comme cadeau à Jabba, et Solo avec la rébellion et la libération des droïdes esclaves. Le tout dans une histoire où le contexte et le placement de l’intrigue prennent beaucoup trop de place.

 

5e Légende : Le conte de Lugubrious Mote

La taille importe peu, et c’est ce que cette légende va nous démontrer en nous apportant un peu de légèreté. En effet, l’histoire est racontée par….. Une sorte de pou. Pas vraiment un pou, mais une puce-taupière, celle qui se trouve sur la tête de Salacious Crumb, dans le palais de Jabba, et qui le guide à faire le bouffon pour le Hutt. Cette puce est là lorsque Leia tente de libérer Han Solo de la carbonite, et fait même une alliance avec elle. C’est ainsi que Lugubious Mote, la puce, va se retrouver sur la tête de Luke et va le guider à vaincre le Rancor à coup de croc dans la tête et de parole que le Jedi interprétera comme étant une aide de la Force.

Bref, un Ratatouille à la sauce de Star Wars (sans mauvais jeu de mots…) qui n’apporte rien plus qu’un peu de légèreté au roman, bien qu’encore une fois l’histoire comporte plus de pages que nécessaire.

 

6e Légende : Grand à l’intérieur

Forcément, après avoir été dans la peau d’un petit être, il fallait passer à une taille beaucoup plus énorme. C’est ainsi qu’après avoir fait la connaissance des limaces de l’espace dans l'Épisode V, l'auteur nous plonge dans l’estomac de la bête avec un Luke Skywalker qui cherche toujours des informations sur la Force et qui décide de faire taxi pour une biologiste, avant de se retrouver coincé dans une limace. Littéralement, puisque le récit va nous amener dans l’estomac, ou la faune et la flore vont se mélanger à l’acidité du lieu pour rendre la tâche plus difficile au jeune Jedi. Et comme on s’en doute, l’intérieur d’une limace de l’espace c’est granddddddddd, alors forcément, le récit s’étend en nombre de pages sans que l’histoire n’avance d’un pouce. Et puis quand on arrive aux 5 dernières pages, qu’il faut quand même conclure l’histoire et faire en sorte que Luke n’en sorte pas plus bête qu’il n’est entré, hop, tout se déclenche et le Jedi avance un peu plus dans sa connaissance de la Force.

On a fait le tour des histoires. Si je devais conclure, je dirais que pour un livre écrit par une même personne, les histoires sont vraiment inégales. L’histoire principale ne sert à rien, on peut la sauter sans être perdu ou sans rien perdre de l’histoire, et les nouvelles sont, d’une manière générale, bien trop longues. L’auteur prend son temps pour débuter chaque histoire et à la fin il se rend compte qu’il n’a plus le temps et qu’il doit clôturer son histoire. Tout s’enchaîne vite alors.

Pour les nouvelles, deux sont vraiment intéressantes, la 3 et la 6 (bien que longues, je vous ai dit que ce livre avait un souci de longueur ?) parce que Luke est présent et qu’il est là dans le but d’approfondir sa connaissance de la Force. Il voyage donc au travers de la galaxie, découvre des gens et ce sont eux, ou presque, qui nous racontent l’histoire. Pour le reste… Le ton est plus léger, si vous avez vraiment un regard d’enfant vous pourrez rigoler sur certaines (celle de la puce), mais sinon… Il n’y a pas vraiment d’intérêt.

Je terminerai en parlant du roman. Oui, c’est un roman « adulte », mais Pocket a porté un soin tout particulier à l’édition. On y retrouve en effet à l’intérieur des planches illustratives, une par légende, en noir et blanc (elles sont en couleurs dans l’édition VO) qui sont vraiment magnifiques (bien plus que la version VO). Et c’est une chouette décision de la part de l’éditeur.



Partager cet article




A propos de l'auteur : Ewan

Arrivée sur cette planète que nous appelons Terre en 1991, j'ai été initiée très jeune aux arts Jedi. Sûrement trop jeune à l'époque, il aura fallu attendre quelques années après l'Episode I pour que je me plonge réellement dans cette saga.

Passionnée très vite, impressionnée aussi par la quantité de romans à lire, je me suis tournée vers le web pour combler mon manque de culture. Aujourd'hui, c'est avec joie que je maltraite quelques pauvres newseurs pour le site SW:HoloNet et, qui sait, peut-être qu'un jour j'aurai la joie de te compter parmi nous !










Poster un commentaire

Vous n'êtes pas connecté à votre Compte HoloNet. Vous pouvez néanmoins écrire un commentaire en mode déconnecté, mais votre commentaire ne sera pas immédiatement publié (validation par un Admin).