Star Wars Resistance : Le bilan de la rédaction HoloNet

News postée par Night Alchemist le 10/02/2020 à 17h49 (lue 4 891 fois)

La seconde et dernière saison de la série d'animation Star Wars Resistance s'étant récemment achevée, il est temps pour la rédaction de Star Wars HoloNet de faire un petit bilan à son sujet.

Pour ce faire, Raventorn, Dark Sekot et moi-même, Night Alchemist, nous vous proposons de découvrir ci-dessous notre modeste avis sur l'ensemble de Resistance.

Bonne lecture !

 

L'avis de Raventorn

La série Star Wars Resistance s'achève donc, après deux saisons, fin janvier 2020. Pour donner un avis pertinent sur cette seconde saison, je vais la comparer à mon ressenti de la première saison.

Souvenez-vous, on commençait la série en suivant Kazuda Xiono, récemment recruté par Poe Dameron en tant qu'espion de la Résistance. La mission de Kaz était d'espionner les agissements du Premier Ordre depuis la station Colossus, dirigée par le capitaine Imanuel Doza. Kazuda est placé sous la tutelle du chef mécanicien Jarek Yeager, et se fait plusieurs amis au fil des épisodes, notamment Neeku Vozo, Tamara Ryvora, et la fille du capitaine, la pilote Torra Doza de l'Escadron Ace.

Malgré un ton enfantin, la première saison marquait une évolution certaine des personnages, dans un contexte encore peu connu qui précédait l'Episode VII, un contexte de guerre froide entre la Résistance et le Premier Ordre. Il y avait donc, pour ma part, une certaine excitation à en apprendre plus sur cette période, et à voir davantage de Premier Ordre. La saison 1 était généreuse sur ce point, puisque le Premier Ordre était le fil conducteur de l'intrigue. On avait de nombreuses "guest stars", comme Poe Dameron, BB-8, Phasma, Ello Asty, et Leia Organa ; et cette saison 1 marquait également le retour des espèces connues de l'univers Star Wars, pour la plupart absentes des épisodes VII et VIII.

D'épisode en épisode donc, nous avions une réelle évolution de l'intrigue, avec un fil conducteur clairement identifié : le Premier Ordre cherchait à prendre le contrôle de la station Colossus en payant les pirates de Kragan Gorr pour attaquer et créer un climat d'insécurité. Cette évolution vers des épisodes plus sérieux était bienvenue, même si le caractère naïf et maladroit à l'excès de Kazuda venait souvent gâcher tous les efforts déployés par ailleurs.

Enfin, nous avions une vraie fin à saison 1, avec la fuite du Colossus, un antoganiste vaincu (le major Elric Vonreg) et trois méchants encore clairement identifiés : Phasma, Pyre et Tierny. Et un "rebondissement" intéressant, à savoir le départ de Tamara - une des protagonistes - pour le Premier Ordre.

Malheureusement, avec la saison 2, il m'a semblé qu'une mise à zéro de toutes les évolutions a été faite. En effet, tout au long des 19 épisodes, il est impossible d'identifier un fil conducteur : les intrigues sont minimalistes et se limitent au temps d'un épisode. Pendant une saison complète, on ne suit que le Colossus qui cherche à fuir Pyre et Tierny, à se ravitailler, et de temps en temps, il y a confrontation. Aucune ambition donc, et on sait d'avance que Tamara va revenir auprès de ses amis car... car c'est une série destinée à un public plutôt jeune.

Au-delà de cette absence de fil conducteur, on retrouve un Kazuda toujours aussi maladroit, alors que le personnage avait pris de l'ampleur dans la saison 1. Neeku Vozo est relégué au second plan et sert principalement d'intervention comique ; Jarek s'éloigne de la scène principale pour rejoindre Imanuel Doza au rang des "superviseurs", et Torra prend la place laissée vacante par Tamara.

Les autres habitants du Colossus sont complètement passifs ; des personnages comme Synara San, Tante Z ou Hype Fazon - qui apportaient quelque chose d'original dans la saison 1 - sont devenus banals. On peut déplorer la transparence totale des pilotes de l'escadron Ace, à l'exception de Torra. Hype, qui avait une vraie personnalité dans la saison 1, est ridicule ici et suit le troupeau. Un demi épisode met l'accent sur Freya Fenris, un autre demi épisode sur Griff Halloran, et c'est tout. Bo Keevil n'aura même pas eu le droit à 5min d'attention sur deux saisons.

Cinq ou six épisodes sortent du lot et sont un peu meilleurs, mais ce n'est pas suffisant pour tirer la série vers le haut. On notera la mutinerie des pirates qui redonne un vrai rôle à Synara et fait évoluer le personnage (avant de le laisser en plan jusqu'à la fin...). Les possibilités étaient pourtant nombreuses, puisque contrairement à l'ambiance huis clos de la saison 1, le Colossus explore de nombreuses planètes dans cette seconde saison.

Le lien avec la postlogie est fait dès le début avec un passage sur D'Qar. Un mauvais choix, car après cela, la série bat difficilement de ses propres ailes. Il faut attendre les épisodes sur Aeos Prime et ceux qui ramènent la Résistance au premier plan pour retrouver un peu d'intérêt dans cette série qui ne trouve pas son rythme.

Car en effet, ce que j'attendais de cette saison 2, était qu'on se plonge dans le conflit entre la Résistance et le Premier Ordre, car on avait une année complète à explorer entre les épisodes VIII et IX. Au lieu de cela, on se cantonne à un destroyer stellaire, et à une brève apparition de Kylo Ren et Hux. C'est trop maigre et frustrant.

Vous l'aurez compris, c'est une saison 2 décevante pour moi, qui n'a pas su repartir sur la bonne dynamique installée en fin de saison 1. Quelques bons épisodes tout de même, mais qui sont étouffés par un manque d'ambition dans l'intrigue et le développement des personnages. Dommage !

 

L'avis de Dark Sekot

2 saisons pour une quarantaine d'épisodes, qu'en tirer ? Focus sur quelques éléments choisis.

L'animation. Elle est fluide, de bonne qualité, même si je n'aime pas ce genre type cell-shading beaucoup trop clair. Je déplore le vide des décors, j'ai le sentiment que chaque série se vide un peu plus. Rebels avait déjà des paysages sans fioriture, des zones d'habitation dépeuplées, mais là, c'est le néant. Même le marché comprend vaguement une dizaine de silhouettes à peine, toutes recyclées à la première occasion. Dommage, car je ne vois aucune raison pour que Resistance soit moins élaboré à l'arrière-plan que les premières séries d'animation 3D, au début des années 2000. Là, on a des paysages dignes du monde virtuel de Code Lyoko (en termes de remplissage, car l'animation des personnages est, elle, digne d'un bon cartoon).

Les personnages. Comme dans la saison 1, ils évoluent à peine, et surtout en fin de saison, ce qui est dommage car une bonne dynamique (potentielle) avait été initiée en fin de saison 1. La plupart des personnages sont transparents, la palme revenant à l'escadron Ace. Si Tam Ryvora et Torra Doza prennent de l'ampleur et sont fascinants, Jarek Yeager est totalement délaissé, tout comme Tierny (un personnage avec un potentiel énorme, digne d'un Kallus qui resterait fidèle à ses convictions). Imanuel Doza, au passé impérial, n'est absolument pas exploité et sa femme sort de nulle part. Pyre n'a aucune autre fonction que de représenter le camp des méchants (là où Vonreg avait un minimum de charisme). Neeku est insupportable de candeur (c'est Candide fait Nikto, et j'ai détesté ce livre).

Le caméo de Hux est anecdotique, je ne l'aurais même pas reconnu s'il n'avait pas été nommé. Jace Rucklin devient l'archétype du fanatique converti, sans profondeur supplémentaire. Synara San est complètement oubliée après un épisode qui aurait dû en faire enfin un membre majeur du groupe. Et, enfin, le héros est le plus mauvais personnage. Certes Kaz montre parfois une progression, surtout dans les derniers épisodes (sa volonté de rejoindre le combat de la Résistance), mais il est systématiquement maladroit et criard, un pilote de talent qui détruit tous ses vaisseaux, un espion couard qui hurle à la moindre occasion, un piètre tireur… On parle d'un pilote de la Nouvelle République, pas d'un ado ! Finalement, on a quelques personnages fascinants et beaucoup qui sont superficiels ou mal traités, comme s'il ne fallait pas trop creuser, comme s'il fallait absolument resté cantonné au public cible des 5-8 ans.

L'intrigue. J'en attendais beaucoup. Après la révélation que le Colossus tant désiré par le Premier Ordre soit un vaisseau, j'espérais savoir ce qu'il avait de spécial. Et rien. Si, un jumeau, le Titan, mais pas d'autre information. Ce serait seulement pour avoir un vaisseau de plus, pour une faction capable de transformer une planète en arme ? Tant d'effort pour que Kylo Ren abandonne la traque en épisode final sans véritable raison ? En fin de compte, il n'y a pas de réponse, ni de fil rouge si ce n'est la fuite éperdue du Colossus. L'intrigue de la plupart des épisodes oscille entre le simple et le simpliste, avec des résolutions de crise qui se font sans difficulté, sans liens entre eux, ce qui fait qu'on n'arrive jamais à savoir où les scénaristes veulent nous emmener. La mutinerie de Kragan Gorr est balayée sans que personne ne le mentionne plus. Les personnages ne s'interrogent pas sur le devenir des Aeosian, du Titan, se posent des questions au sujet de Tam uniquement dans les épisodes où elle apparait… Autant d'occasions gâchées de créer un véritable fil rouge à suivre.

Avis global. Je serais tenté de qualifier la série de franc succès : la cible des jeunes enfants est atteinte, avec un divertissement parfaitement calibré pour elle. Une animation fluide, des personnages expressifs (vocalement), une histoire simple. En revanche, les tranches d'âge supérieures ont été totalement oubliées, là où Rebels ou The Clone Wars avaient su grandir au fil des saisons (comme leur public). Pour tout dire, je serais même surpris qu'un collégien y adhère. Pour ma part, cette série a été une déception d'épisode en épisode, dont la simplicité a été une plaie pour me motiver à en rédiger des fiches. Malheureusement, l'enfant en moi semble avoir 10 ans, pas 5, et c'est trop vieux pour en profiter. Je vais me faire une cure de Rebels pour oublier.

 

L'avis de Night Alchemist

La série Star Wars Resistance se termine presque aussi rapidement qu'elle était arrivée, après deux saisons assez discrètes diffusées sur Disney XD et Disney Channel. Bien qu'elle n'ait certainement pas autant fait parler d'elle que ses aînées The Clone Wars ou Rebels, la série avait néanmoins le mérite de venir défricher une époque de la chronologie Star Wars encore assez mal connue : l'époque des nouveaux films.

Pour ce faire, Resistance nous embarque - dans la première saison - à bord d'une station de ravitaillement située sur Castilon, une planète maritime en bordure de la galaxie, peu avant le début du Réveil de la Force ; on y suit les aventures de Kazuda Xiono, jeune pilote de la Nouvelle République engagé par la Résistance afin de surveiller les agissements du Premier Ordre qui semble vouloir mettre main basse sur la station alors qu'un nouveau conflit galactique semble imminent… A la toute fin de la saison 1, puis durant la saison 2, Star Wars Resistance rattrape puis dépasse les événements du Réveil de la Force et des Derniers Jedi : la station - le Colossus - s'échappe de Castilon et l'on suit alors les différentes péripéties de l'équipage pour tenter de survivre et de faire fonctionner le gros rafiot, pendant que les héros sont pourchassés par la flotte du Premier Ordre (renforcée par quelques défections de chez les gentils, dont Tamara Ryvora, la camarade mécanicienne de Kaz, passée chez l'ennemi dans le final de la première saison).

Malgré la situation plus que tendue, Resistance se termine bien entendu très bien : Kaz et ses amis repoussent les assauts du Premier Ordre, Tamara rejoint les gentils après s'être rendue compte que les méchants sont vraiment très méchants, et le Colossus s'installe sur une nouvelle planète océanique paradisiaque, avec la bénédiction des autochtones au grand coeur. Que retenir de tout cela ?

Et bien … c'est vrai que ça ne vole pas bien haut. Rien n'est foncièrement raté dans Star Wars Resistance, mais rien ne brille non plus. La vocation de la série à rester attachée au Colossus et à ses habitants est innovante pour la saga ; elle nous permet de nous familiariser véritablement avec les différents habitants de la station et de nous y attacher. Mais ce même principe autorise la série à passer à côté du reste de la galaxie, ce qui paraît quand-même dommage tant celle-ci nous reste obscure et mal connue.

Il reste donc une petite série sympathique, colorée, et somme toute bien inoffensive. Resistance s'inscrit a minima dans l'univers des nouveaux films et nous raconte une histoire attachante à défaut d'être un incontournable de la saga.



Partager cet article




A propos de l'auteur : Night Alchemist

Né en 1991, rédacteur actu depuis début 2013 et apôtre des musiques Hard rock sur le site depuis toujours, je suis de la génération ayant grandi avec la Prélogie Star Wars, la trilogie du Seigneur des Anneaux et Harry Potter.

Doté d'un sens de l'humour aussi légendaire que douteux, passionné d'art, d'histoire ancienne, de SF et de fantasie, j'officie sur l'Holonet en qualité de newseur généraliste. J'aime aussi beaucoup les pandas et la couleur jaune ^_^ ...










Poster un commentaire

Vous n'êtes pas connecté à votre Compte HoloNet. Vous pouvez néanmoins écrire un commentaire en mode déconnecté, mais votre commentaire ne sera pas immédiatement publié (validation par un Admin).