Pulsar


Le pulsar est une étoile à neutron en rotation très rapide sur elle-même.

Continuité : Hors continuité


    Cette fiche n'est pas encore rattachée à une chronologie Star Wars.

  Un pulsar est une étoile à neutrons en rotation rapide sur elle-même, émettant des impulsions radioélectriques très régulières avec une période très courte, allant de quelques millisecondes à quelques secondes pour les plus lentes.

  Lorsqu'une étoile géante explose en supernova, son cœur devient une boule de matière extrêmement dense et de très faible diamètre (20 kilomètres environ), ce qu'on appelle une étoile à neutrons. Si l'étoile était en rotation sur elle-même, cette rotation est transmise à l'étoile à neutrons, qui tourne très rapidement sur elle-même.
  Comme n'importe quel objet astral, l'étoile à neutrons émet des rayonnements (X, gamma, etc...). Mais comme elle est en rotation sur elle-même, elle génère aussi un puissant champ magnétique. Ainsi, elle ne va pas émettre des rayons dans toutes les directions, mais seulement le long de son axe magnétique. C'est là qu'on parle de pulsar. Comme l'axe de rotation et l'axe magnétique sont décalés, le rayonnement forme un cône d'émission, qui, depuis la Terre, donne l'impression que le pulsar envoie des impulsions régulières.

Pulsar  En 1967, Anthony Hewish et son étudiante Jocelyn Bell Burnell, astrophysiciens britanniques, étudiaient les quasars. Ils captèrent alors un signal composé de brèves impulsions, se répétant de manière extrêmement régulière. Une telle régularité semblait indiquer que le signal était artificiel, mais il ne pouvait provenir de la Terre car les mesures indiquaient que son origine était un point fixe dans le ciel (donc impossible qu'il s'agisse d'un satellite). L'idée vint alors qu'il pouvait s'agir d'un message extraterrestre, et le signal fut donc appelé LGM-1, pour Little Green Men-1 (Petits Hommes Verts).

  En cherchant une autre explication, les chercheurs s'aperçurent que le seul objet capable d'émettre naturellement un rayonnement si régulier serait une étoile à neutrons en rotation sur elle-même.


Pulsar  L'objet fut alors identifié comme pulsating star (une étoile pulsante), soit en abrégé, un pulsar. Il fut nommé CP 1919 (pour Cambridge Pulsar à 19h19min d'ascension droite, ce qui correspond juste à une indication de position dans le ciel) puis PSR B1919 +21 (pour PulSaR à 19h19min en ascension droite et +21° de déclinaison, ce qui correspond toujours à des indications de position dans le ciel).
  La découverte valut à Anthony Hewish le Prix Nobel de Physique de 1974 (Jocelyn Bell étant une femme, elle fut mise de côté à l'époque, mais sa contribution à la découverte des pulsars est aujourd'hui pleinement reconnue et elle a reçu plusieurs prix scientifiques).
  
  On a découvert depuis une multitude de pulsars, dont PSR J1748-2446ad, situé à 180 000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Sagittaire. Il est capable d'effectuer 716 tours sur lui-même par seconde, un record imbattu.





Actualités en relation

Encyclopédie | Mise en orbite d'un pack de fiches astronomique

Peut-être que, comme moi, vous avez été surpris de découvrir que le site possède une section Astronomie. En effet, certaines fiches de Star Wars HoloNet sont consacrées à des objets bien réels de notre univers : étoiles, ast...


Informations encyclopédiques
Pulsar
Nom
Pulsar
Type
Etoile

Informations administratives
Auteur principal

Co-auteur(s)

Date de création
avant 2006

Date de modification
27/01/2021

Nombre de lectures
5 098


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources
Vous êtes en train de consulter une fiche de la section Astronomie de l'HoloNet. Contrairement aux autres fiches de l'encyclopédie, les fiches Astronomie se basent sur des faits réels et scientifiquement avérés. Notre prétention n'est pas ici de se poser en référence en matière de physique et d'astronomie, mais de présenter, dans la mesure de nos (maigres ^^) connaissances, quelques éléments scientifiques ayant un rapport de près ou de loin avec Star Wars.

Malgré tout le sérieux dont nous tentons de faire preuve en rédigeant ces fiches, ne perdez pas de vue que nous ne sommes pas des spécialistes de la question et que l'erreur est humaine, et ce même si toutes les sources utilisées sont supposées être "sérieuses". Pour information, voici la liste des diverses sources utilisées pour cette partie consacrée à l'astronomie :

    - Encyclopédie Quid
    - Encyclopédie Encarta
    - Site internet Futura Sciences
    - Site internet de la NASA
    - Site internet du téléscope spatial Hubble
    - Site internet de l'Agence Spatiale Européenne
    - Site internet du Centre National de la Recherche Scientifique
    - Site internet du Centre National d'Etudes Spatiales
    - Site internet 01univers
    - Site internet Astronomes

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, Infinities ; et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.