Marcheur du Vide


Les marcheurs du Vide étaient des sortes d'oiseaux rapides qui parcouraient les déserts d'Abafar à la recherche d'eau et de nourriture.

Continuité : Canon


  L'expression poétique de marcheurs du Vide désignait une catégorie d'oiseaux rares probablement endémiques sur la planète Abafar. Ces créatures curieuses semblaient à mi-chemin entre l'autruche et le dinosaure. Dotées de deux longues pattes de trois doigts, fines mais puissantes, qui leur permettaient de courir à une vitesse impressionnante, elles avaient une peau épaisse, blanche ou grisâtre, parcourue de stries orange jusqu'à la queue ; ces deux couleurs dominaient aussi sur sa petite tête courte et ovale, que soutenait un cou flexible d'une longueur peu commune.

  L'extrémité du crâne était pointue, tout comme le bec proéminent de ces oiseaux. Ce bec émettait des cris caractéristiques. Les deux yeux noirs possédaient des paupières violacées. Le marcheur, comme son nom l'indique, était capable de marcher longuement et très rapidement afin de parcourir le désert, appelé le Vide ou le Néant, qui couvrait presque exclusivement Abafar. Pour cela, il utilisait ses pattes puissantes, portées par des muscles saillants. Il n'était pas particulièrement gêné par la chaleur régnant sur ce monde.

  Ces oiseaux incapables de voler étaient plutôt affectueux et peu craintifs. Ils avaient l'instinct grégaire, vivant en troupeaux de plusieurs milliers d'individus. Sur Abafar, ils effectuaient de temps en temps des migrations impressionnantes, ce qui occasionnait des secousses. Ils étaient à la recherche de nourriture et surtout d'eau, les seules ressources qui leur étaient nécessaires. On ne sait pas, en revanche, s'ils étaient herbivores ou non ; mais sur Abafar, il leur était sans doute difficile de trouver de quoi se nourrir, car la faune et la flore y étaient pauvres voire inexistantes.

  Quelques troupeaux de marcheurs vivaient sur Abafar à l'époque du déclin de l'Ancienne République. Ils s'abreuvaient régulièrement dans un point d'eau aménagé près de la ville Pons Ora. Vers la fin de la Guerre des clones, ces créatures firent une rencontre inattendue. En effet, le D-Squad, équipe constituée de droïdes astromécanos dont R2-D2, de WAC-47 et du colonel zilkin Meebur Gascon, qui venait de s'emparer d'une puce d'encodage séparatiste, avait été contraint d'atterrir en catastrophe sur Abafar. Leur navette, endommagée par des comètes, gagna la surface avec fracas, laissant ses occupants à la merci du désert plat et vide couvrant la quasi-exclusivité de ce monde.

Marcheur du Vide

Les marcheurs vivent en troupeaux sur Abafar.
(Star Wars: The Clone Wars: A Sunny Day in the Void)


  R2 et les autres droïdes s'activèrent alors pour trouver du secours ; Meebur Gascon, lui, ne cessa de se plaindre de sa situation, et espérait qu'un miracle survînt pour qu'il pût quitter cette planète désolée. Après quelques débats avec les robots, il finit par être abandonné par les astromécanos, qui partirent dans une direction inconnue, mais WAC-47 resta auprès de lui dans le désert. Alors qu'ils commençaient à désespérer de retrouver la civilisation un jour, ils aperçurent tout à coup un troupeau de marcheurs du Vide fonçant vers eux.

  Gascon sauta de joie, car cela signifiait que la vie subsistait sur Abafar. Les créatures arrivèrent par milliers, avançant sans réfléchir, et à grande vitesse, dans ce désert sans relief. Le Zilkin eut alors l'idée de monter sur l'un de ces oiseaux de façon à savoir où ils se dirigeaient ; WAC en fit de même. Ils s'accrochèrent donc à deux de ces créatures en pleine course, et s'en servirent comme montures. Les marcheurs ne furent nullement effrayés ; au contraire, ils semblaient se plaire de rencontrer des êtres vivants.

  Affectueux, la monture de WAC se frotta même contre le petit droïde en signe de confiance. Toujours est-il que Gascon avait vu juste : les oiseaux, après leur folle épopée, s'arrêtèrent près d'une ville aménagé dans le désert, Pons Ora, afin de se désaltérer. Satisfait, Gascon se doutait qu'il était judicieux de suivre ces animaux, qui avaient un instinct de survie développé. Les innombrables créatures purent se désaltérer à loisir, tandis que WAC et Gascon en descendirent pour explorer Pons Ora, où ils retrouvèrent les astromécanos.

Marcheur du Vide

WAC-47 et Meebur Gascon s'aident de marcheurs pour retrouver la civilisation.
(Star Wars: The Clone Wars: A Sunny Day in the Void)

Informations encyclopédiques
Marcheur du Vide
Nom
Marcheur du Vide
Nom original
Void Strider
Origine
Habitat
Désert

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
30/09/2013

Date de modification
09/10/2019

Nombre de lectures
18 973


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Légendes, Canon, The Star Wars, Infinities ; et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.