Droïde de guerre Devastator


Le droïde de guerre Devastator était un uroïde assassin construit par Ubrikkian Technologies et assez prisé chez les criminels.

Continuité : Legends


  Produit pour contrebalancer le succès phénoménal de Kellenech Technologies et de leur droïde sentinelle, Ubrikkian Technologies inventa le droïde de guerre Devastator. Il était considéré comme une version améliorée du droïde sentinelle et son design faisait plus penser à un droïde assassin qu'à un droïde garde, comme le constatèrent ceux qui se trouvèrent face à lui.

  Le droïde de guerre Devastator était une machine robuste et, de ce fait, très dangereuse. D'une allure humanoïde, il était protégé pour un bouclier en duracier qui recouvrait tout son corps. Bien que le modèle standard le présentait avec un fusil blaster, on rencontrait la plupart du temps les Devastator avec deux fusils en bandoulières ce qui augmentaient leur puissance de feu. Ainsi, ces droïdes avaient à leur disposition un large panel d'armes pour accomplir leur mission. La principale innovation de ce droïde qui fait qu'il était supérieur au droïde sentinelle était la présence dans sa structure de systèmes superflus qui réduisaient de manière significative les effets des différents dommages que le droïde pouvait encaisser. De cette manière, qu'importe s'il perdait un membre, un système important ou bien voyait ses capacités de combat réduite à 85 %, le droïde de guerre Devastator continuait à se battre.

Droïde de guerre Devastator

Le droïde de guerre Devastator
Image extraite du jeu vidéo Knights of the Old Republic


  Devant de telles capacités, la République déclara que le droïde de guerre Devastator était bien trop sophistiqué et dangereux pour qu'il soit mis en libre circulation dans le marché public, au grand désespoir d'Ubrikkian Technologies. En fait, seules les personnes et les organisations ayant obtenu l'aval du bureau de la République chargé de contrôler les armes pouvaient espérer obtenir des Devastator. Ubrikkian Technologies, qui espéraient avec ce modèle de droïde voir d'énormes profits ne vit jamais des derniers (les particuliers lui préféraient le droïde sentinelle beaucoup moins cher, malgré le fait qu'un Devastator valait 3 sentinelles) et l'entreprise fut obligée d'arrêter la production de ses droïdes juste après leur apparition.

  Mais Ubrikkian parvint tout de même à en vendre plusieurs dans la galaxie pour la somme de 12.000 crédits, les clients étant des mercenaires et des criminels. Ainsi, on pouvait en trouver dans la résidence de Davik Kang, le Seigneur du Crime de Taris affilié à l'Échange, ou bien dans la base des Vulkars Noirs sur Taris. Outre ces bandits, la République et l'Empire Sith en achetèrent même quelques-uns. On constata leur présence lors des guerres mandaloriennes, pendant la bataille de Dxun au cours de laquelle les forces républicaines menées par le Revanchiste et ses Jedi affrontèrent les Néo-Croisés. Quand aux Sith, on peut certifier qu'ils en utilisèrent plusieurs lors de leurs affrontements contre les Jedi au cours de la Guerre Civile des Jedi et même peu après. Une fois, sur Korriban, un Devastator qui avait ses récepteurs audio mal réglés devant trop sensibles au bruit, au point de devenir fou. Il s'enferma dans le tombeau de Marka Ragnos et il y construisit, on ne sait comment il trouva les pièces, une armée de droïdes. Le directeur de l'académie sith de Korriban, Uthar Wynn, laissa le droïde et ses créations afin qu'ils puissent constituer un défi pour tout apprenti sith. Beaucoup d'étudiants périrent en tentant de vaincre le Devastator et son armée, mais seul Revan alors sur le chemin de la rédemption parvint à défaire la machine devenue folle.


Actualités en relation

Edge Studio | Du contenu en pagaille à venir pour les jeux de rôle Star Wars

En plein Second Confinement de 2020 (souvenez-vous de ce titre lorsque qu'on fera des films dessus ah zut on me dit que c'est déjà fait), j'ai voulu vous faire un point sur le jeu de r...


Marvel | Sortie de Bounty Hunters #7

Confinement ou pas, Marvel sort aujourd'hui aux États-Unis Bounty Hunter #7 ! Toujours poursuivi par les chasseurs de prime 4-LOM et Zuckuss, Beilert Valance et son jeune protégé Cadeliah trouvent refuge dans un abri rebelle caché à la surface...


HoloNet | Mise en ligne d'un pack de fiches Star Wars Legends

Nouvelle semaine, nouveau pack ! Cette fois-ci, pas de thème particulier mais l'univers historique Légendes est à l'honneur avec pas moins de 35 fiches obligeamment fournies par Ravaak, Islerding Minor, Whiterevan, Firegantelet, Dark Reivilo et Boba Heet. Je...


HoloNet | Critique de Star Wars Tome 12 - Rebelles et renégats

Rebelles & Renégats est le douzième et avant-dernier tome de la série Star Wars débutée en 2015, paru chez Panini Comics en France le 21 octobre 2020. Je vous propose ci-dessous un avis sans...


Panini Comics | Sortie de Star Wars Tome 12 - Rebelles et renégats

C'est aujourd'hui que sort le 12e volume de la série Star Wars (2015) chez Panini Comics, qui est accessoirement aussi le premier des deux tomes consacrés à l'arc final de ce comics au long cours ! Mené tambour...


Informations encyclopédiques
Droïde de guerre Devastator
Nom
Droïde de guerre Devastator
Classe
Militaire
Constructeur
Type
Droïde assassin
Fonction
Combat, patrouille, assassinat
Armement
Affiliation
Variable

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
18/03/2009

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
44 129


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.