Sommet d'Eriadu [-32]


Sommet qui eut pour conséquence la taxation des voies marchandes

Continuité : Légendes


  Suite à l'attaque du cargo droïde Revenu en orbite de Dorvalla par la bande du capitaine Arwen Cohl, des mercenaires engagés par un groupement terroriste appelé le Front Nébula, la Fédération du Commerce demanda une requête au Sénat Galactique : soit la République intervenait immédiatement pour régler le problème, soit elle accordait à la Fédération du Commerce une augmentation de ses effectifs armés et de son arsenal. Cette mégacorporation avait en réalité perdu dans cette histoire de piraterie un grand nombre de lingots d'auronium - pots-de-vin versés par les systèmes distants pour s'attirer les faveurs de l'organisation commerciale - ainsi qu''une cargaison entière de lommite et l'un de ses navires marchand.

Causes du Sommet :

A cette époque, les puissants cartels industriels et commerciaux, qui quelquefois s'entraidaient, avaient beaucoup d'influence au Sénat et y comptaient de nombreux alliés. Et pour cause, les pots-de-vin et les dessous de table étaient monnaie courante au sein de l'assemblée galactique, engendrant une corruption qui ne cessait de croître telle une maladie purulente au sein de la République.
De plus, les zones de libre-échange n'avaient encore de libre que leur nom, car partagées uniquement entre les géants capitalistes au détriment d'organisations commerciales plus modestes. Bien qu'ayant contribué à ouvrir des voies marchandes, à faire décoller économiquement des centaines de mondes et faire fleurir des régions entières de la galaxie, ces conglomérats commerciaux exerçaient sur leurs "empires" un hégémonisme parfait.  Ainsi, ils écrasaient la petite concurrence, isolaient les mondes ne voulant pas faire affaire avec eux, violaient les traités marchands et contrôlaient quelque peu les prix des marchandises. Une mentalité et des actes à l'origine d'un mécontentement quelque peu généralisé, certes sourd mais bouillonnant, risquant d'éclater en de petites insurrections, voire en de véritables rébellions.

  Le Chancelier Valorum, conscient que cet évènement n'était que le revers de la médaille, demanda conseil à son ami le sénateur Palpatine. Celui-ci avoua que céder à la deuxième proposition ne l'inquiétait pas, car cela éviterait à la République de redevenir une force armée, ce que ne souhaitait pas du tout Valorum, et prétexta ensuite que les Neimoidiens étaient avant tout des entrepreneurs, non des guerriers. En échange de cet accord, Palpatine proposa que la République puisse taxer les voies marchandes, une question déjà abordée maintes fois et qui n'avait aboutie à rien. Valorum, sachant très bien qu'une telle proposition risquait d'être immédiatement refusée et qu'elle pouvait nuire à sa carrière, décida tout de même de la dévoiler lors d'une séance du Sénat, en réponse aux attentes de la Fédération du Commerce. Les représentants de celle-ci réagirent très vivement, ainsi que divers de leurs alliés comme Wat Tambor, Ainlee Teem, Po Nudo, Toonbuck Toora et quelques autres délégués. Refusant de façon catégorique une taxation, les Neimoidiens rappelèrent que, grâce à leurs soins, au courage de leurs  capitaines de navires qui avaient risqué leur vie, les routes hyperspatiales en direction des systèmes reculés étaient ouvertes et que leurs précieuses denrées pouvaient être acheminées jusqu'au Noyau.

  Bail Antilles, quant à lui, s'opposa à cet éventuel arrangement, insistant sur le fait que la Fédération devait alors éviter les secteurs dangereux, le temps qu'ils trouvent un moyen de lutter contre le terrorisme. Une idée irréalisable, car les mondes en question seraient privés de compagnie de fret pendant une durée indéterminée.
La situation devenait de plus en plus désavantageuse, mais heureusement, Palpatine sauva la mise en proposant que les diverses factions puissent en discuter librement lors d'un sommet, avant que l'idée ne soit soumise à une commission et n'échappe ainsi à leur contrôle. Les planètes de faible importance pourraient donc s'exprimer sans vraiment avoir à craindre des représailles de la part des ligues marchandes. La planète Eriadu fut choisit pour cette importante rencontre, les dirigeants s'en retrouvant très honorés, et le Chancelier Suprême indiqua qu'il y participerait en vue de montrer l'implication du Sénat dans cette affaire. Néanmoins, le Front Nébula n'y était pas convié, le sommet lui étant même interdit, ce qui irrita l'organisation terroriste en conséquence.

  Quelques jours plus tard, Valorum fut victime d'une tentative d'assassinat raté de la part de cette organisation. Convalescent, il décida d'envoyer une mission diplomatique constituée de Jedi et de Judicaires au quartier général du Front Nébula sur Asmeru, pour s'assurer en fait que les terroristes se tiennent tranquilles et ne perturbent pas le sommet. Cette mission tourna au désastre quand les vaisseaux de la République se rendirent compte qu'ils étaient tombés dans un piège, mais les Jedi et les Judiciaires réussirent à s'en sortir malgré des pertes conséquentes. Peu auparavant, Valorum dut traiter avec les Maisons Royales des Secteurs Senex et Juvex, leur accordant à nouveau le droit de commercer avec la République en échange d'un minimum de soutien logistique et du droit de traverser de leur territoire.

Déroulement du Sommet :

  La modeste planète Eriadu, redoublant d'efforts, prépara donc un accueil digne d'une telle importance, les douanes et la sécurité en alerte permanente, laissant la Fédération du Commerce s'occuper de la protection de ses propres représentants. Le jour J, les sénateurs et les divers représentants concernés par le sommet s'installèrent à leurs places attribuées dans le hall de conférence, attendant le début des négociations, tandis que la rencontre était suivie de très près par les médias et par une foule de curieux.
  Mais le Front Nébula avait réussi à infiltrer le bâtiment avec l'aide de nombreux collaborateurs, et les hommes de Cohl se tenaient prêt à ouvrir les hostilités. Cependant, les Jedi Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi, sur le qui-vive, interceptèrent les mercenaires puis les terroristes, pensant en premier lieu que la vie du Chancelier était en péril. En fait, cette interception des hommes de Cohl par les Jedi était une diversion très avantageuse pour le dénommé Havac, chef du parti radical du Front Nébula, caché dans la section réservée aux médias. Ce dernier pu mettre son plan à exécution, à l'aide de sa télécommande camouflée en caméra, avant que la fanfare ne prenne fin, alors que les Jedi étaient bien trop occupés à dénicher le sniper embusqué.

  A partir du moment où le danger s'était révélé, un bouclier déflecteur s'était activé pour offrir une protection aux membres du Directoire de la Fédération du Commerce. Malheureusement pour eux, retenus à l'intérieur de ce champ énergétique alors qu'ils s'y croyaient à l'abri, les membres du Directoire furent piégés et ne pouvaient plus du tout fuir. Animés tel des pantins par un ordre de Havac, le commandant droïde infiltré dans le cordon de sécurité relaya la directive à ses compagnons, et les treize droïdes de combat se retournèrent soudainement contre leurs propriétaires. A l'horreur générale, ils les tuèrent froidement devant toute l'assemblée, les criblant de tirs de blasters sans que personne ne puisse intervenir. Bizarrement, le vice-roi Nute Gunray et le sénateur Lott Dod s'en étaient sortis indemnes, puisque dérangés un cours instant auparavant par un problème de navette avec la sécurité du spatioport, et purent quitter la planète sans sans subir d'interrogatoire de part leur statut diplomatique.

Conséquences du Sommet :

  Au final, le Sommet d'Eriadu prit donc fin avant même d'avoir commencé. L'enquête révéla par la suite que le projet d'assassinat était tenu secret au sein des plus hautes sphères du Front Nébula, et les prisonniers révélèrent que leur cible était belle et bien Valorum, alors qu'il en était tout autre. Le but ultime de ce traquenard était apparemment de faire croire que la Fédération du Commerce était l'instigateur de cette tentative, ce qui aurait entraîné de façon irrémédiable un démantèlement du cartel commercial. Une solution bien plus intéressante, mais Havac, désormais mort, avait apparemment une cible directe qui lui tenait plus à cœur.
  Après cet évènement tragique, les sénateurs paraissaient largement décidés sur la marche à suivre; la taxation fut votée et la Fédération du Commerce disposait désormais d'une toute nouvelle armée droïde. Mais tout ne semblait être qu'une grande mascarade : le vol des lingots avait été prévu par Nute Gunray, le sénateur Palpatine semblait de mèche avec les terroristes, la fin du Directoire était préparée depuis longtemps par Dark Sidious, ce qui faisait du vice-roi le seul dirigeant de la Fédération et un pantin idéal pour le Seigneur Noir des Sith, et avec le Front Nébula en déroute, Sidious pouvait espérer que l'organisation terroriste n'enrayerait plus ses actions. A posteriori, la taxation des voies commerciales reliant les systèmes éloignés au Noyau allait servir les plans de Dark Sidious, notamment en faisant accuser Valorum de corruption et en provoquant le blocus de Naboo.
Informations encyclopédiques
Sommet d'Eriadu [-32]
Nom
Sommet d'Eriadu [-32]
Classe
Evènement important
Date
-32
Lieu
Acteurs
Conséquences
Taxation des voies marchandes
Assassinat des membres du Directoire de la Fédération du Commerce

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
15/09/2014

Nombre de lectures
9 801


Note de la fiche
Cette fiche n'a encore recueilli aucune note.

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Légendes, Canon, The Star Wars, Infinities ; et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.