Padmé Amidala Naberrie


Padmé Amidala fut une jeune reine de Naboo puis une sénatrice durant la Guerre des Clones. Elle épousa Anakin Skywalker et donna naissance aux jumeaux Leia et Luke.

Continuité : Legends


  

I. Une enfance paisible et studieuse (-46 à -32)



  Padmé Naberrie naquit dans un petit village de montagne de Naboo quarante-six ans avant la Bataille de Yavin. Ses parents, Ruwee et Jobal vivaient modestement et avaient déjà une fille de quatre ans, Sola. Alors que Padmé était encore très jeune, son potentiel élevé fut repéré et les Naberrie décidèrent alors de quitter leur village pour s'installer dans la capitale, Theed, où leurs deux filles pourraient recevoir la meilleure éducation possible. Padmé vécut une enfance heureuse, auprès de parents aimants et Sola, qui était pour elle autant une sœur qu'une amie intime. Ruwee et Jobal Naberrie lui inculquèrent la générosité, la compassion et le sens du dévouement. Les Naberrie possédaient une modeste demeure dans Theed dont ils firent un foyer chaleureux, ainsi qu'une résidence secondaire, Varykino, dans la Contrée des Lacs, où Padmé fit plusieurs retraites durant son enfance.

  A l'âge de sept ans, Padmé rêvait de suivre les traces de son père et de travailler comme lui au sein du Mouvement d'Aide aux Réfugiés. Dans le cadre de l'œuvre humanitaire, la fillette se rendit sur Shadda-Bi-Boran pour participer à la délocalisation des autochtones avant que leur soleil n'explose. La jeune Padmé s'attacha tout particulièrement à l'un des enfants, N'a-kee-tula, mais malheureusement celui-ci ne tarda pas à mourir, incapable comme la plupart des siens de s'adapter ailleurs que sur leur monde natal. La jeune Padmé en conçut un grand chagrin et ressentit sans doute pour le première fois de sa vie un fort sentiment d'impuissance.

  Peu après, Padmé découvrit la politique à l'école et elle y vit un moyen d'agir. Elle fut dès lors persuadée que ce n'était qu'au niveau politique que les choses pouvaient être changées. A l'âge de huit ans, la fillette entra donc dans le Programme de la Législature pour les Jeunes et devint apprentie législatrice à onze ans. Ce fut dans le cadre de sa formation qu'elle rencontra à douze ans un jeune garçon du nom de Palo pour qui elle éprouva ses premiers émois. L'amourette tourna vite court : alors que le garçon préférait se tourner vers une carrière artistique, Padmé se vit bientôt confier de grandes responsabilités et se consacra dès lors corps et âme à la politique.

  En tant qu'Apprentie Législatrice, Padmé participa notamment à un sommet sur Alderaan. Durant cet atelier politique d'une semaine, la jeune fille (alors âgée de douze ans) eut pour mentor une autre Apprentie originaire de Thesme, Silya Shessaun de cinq ans son aînée. Les deux jeunes filles furent rapidement unies par une profonde amitié et demeurèrent en étroite correspondance durant les années qui suivirent.

  Puis, elle devint à l'âge de douze ans conseiller sénatorial et Princesse de Theed . Ce poste correspondait chez d'autres cultures au poste de maire d'une ville, ici la capitale de Naboo. Suivant la tradition Naboo, Padmé Naberrie prit alors un nom d'Etat, celui d'Amidala. Durant son mandat de Princesse de Theed, Padmé se distingua par sa sagesse et la fermeté de ses convictions politiques, en opposition avec la politique du monarque de Naboo de l'époque. De ce fait, les opposants au régime politique du roi Veruna se rallièrent autour de la jeune fille. Deux ans plus tard, le roi Veruna abdiqua au terme d'un règne prolongé de treize ans, suite à un scandale. Encouragée par ses partisans, Padmé se présenta alors pour lui succéder et entama sa campagne politique, assurant des meetings à travers Naboo. Sa popularité et son opposition à la politique du roi Veruna lui assura une victoire écrasante. En effet, elle fut élue au terme d'un vote électronique global qui dura moins de quatre minutes.

  

II. Reine de Naboo (-32 à -24)



  C'est ainsi qu'à quatorze ans, Amidala devint reine de Naboo. Même si elle n'était pas la plus jeune reine qu'ait connu Naboo, on la considérait comme très capable que ce soit sur Naboo ou sur Coruscant. Dès le début de son règne, Amidala montra son attachement aux traditions de sa planète par son maquillage traditionnel et ses tenues somptueuses et recherchées. En effet, selon la tradition Naboo, son visage était entièrement maquillé en blanc, ce qui formait un contraste saisissant avec les deux grains de beauté stylisés rouges sur ses joues soulignant la symétrie et la marque du souvenir, également rouge, qui barrait sa lèvre inférieure et qui rappelait la souffrance de Naboo avant la Grande Ere de Paix. Amidala marquait ainsi son attachement aux traditions et à la paix. Le capitaine Panaka, le nouveau responsable de la sécurité royale, encouragé par son traditionalisme, insista auprès de la jeune reine pour restaurer une très ancienne tradition : la reine serait toujours accompagnée de suivantes pour lui servir à la fois de compagnes, de doublures et de gardes du corps au besoin. La prudente Padmé accepta cette mesure de précaution qui lui permettait en outre de pouvoir se déplacer incognito dans Theed.

  Panaka recruta alors cinq jeunes filles pour leur ressemblance avec la reine, Sabé, Eirtaé, Saché, Yané et Rabé, ainsi que pour leurs qualités intellectuelles et physiques. Il leur fit suivre un entraînement au combat au corps à corps et au maniement des armes légères, auquel la reine obtint de participer sous son vrai nom. Au cours de cet entraînement, Padmé noua des liens très forts avec ses suivantes et lorsqu'elle leur révéla sa véritable identité, elle gagna leur amitié et leur fidélité. Les suivantes, qui portaient des tenues simples avec des capuches tombantes pour cacher leur ressemblance avec la reine et contraster avec la splendeurs des vêtements de celle-ci, lui rendaient différents services. Outre la protection de la reine, elles avaient différentes attributions plus quotidiennes : elles aidaient la reine à s'habiller et se coiffer, la conseillaient sur des questions de protocole, etc.

  Six mois après son élection, Amidala dut faire face à une situation de crise. En effet, la Fédération du Commerce avait entrepris le blocus de Naboo pour protester contre la taxation des routes commerciales. Amidala garda son sang-froid face à la menace et contacta Coruscant dans l'espoir que le Sénat leur évite une guerre qui serait catastrophique pour la pacifique Naboo et contraire à toutes les valeurs de ce monde. Alors que le sénateur Palpatine lui assurait que le Chancelier avait envoyé des ambassadeurs pour débouter les Neimoidiens, la communication fut interrompue. Sentant une attaque imminente, Panaka mit en place un leurre. Alors que Sabé se déguisait en Amidala, la reine devenait la suivante Padmé. Les volontaires des modestes Forces Royales de Sécurité de Naboo furent rapidement submergés et la Fédération du Commerce s'empara du palais et de ses occupants. Les Neimoidiens capturèrent la fausse reine et sa suite dans l'intention de lui faire signer un traité qui légaliserait leur occupation de la planète. Devant la refus de la reine, "Amidala" et son entourage furent transférés vers un camp d'internement, mais ils s'échappèrent grâce à l'intervention des ambassadeurs Jedi : Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi. Sur le conseil de Padmé, la "reine" accepta de se rendre sur Coruscant pour plaider sa cause au Sénat. Les Jedi et une partie de la suite d'Amidala quittèrent Naboo à bord de sa Nef royale sous le feu ennemi et ne durent leur survie qu'à l'astuce d'un droïde astromécano nommé R2-D2.

Padmé Amidala Naberrie


  Malheureusement, l'hyperdrive de la nef royale fut endommagé et les Jedi décidèrent de se poser sur Tatooine, une planète désertique contrôlée par les Hutts. Curieuse de découvrir ce monde inconnu, Padmé imposa sa présence à Qui-Gon Jinn en prétextant un ordre de la reine. Ce fut là, dans l'atelier de Watto, que la jeune fille rencontra un jeune esclave du nom d'Anakin Skywalker. Padmé était loin de se douter que désormais leurs destins seraient liés. Sur Tatooine où prévalait la loi du plus fort et où l'esclavage existait toujours, Padmé comprit sans doute ce qu'impliquait l'inexistence de la démocratie et fut plus attachée que jamais à ses valeurs politiques. Malgré sa désapprobation, Qui-Gon misa tout ce qu'ils possédaient sur la victoire hypothétique d'Anakin lors de la dangereuse course de la Boonta. Contre toute attente, le jeune garçon remporta la victoire et gagna sa liberté, ce qui lui permettait de pouvoir se présenter devant le Conseil des Jedi pour obtenir le droit d'être formé. Mais alors qu'ils se dirigeaient vers Coruscant, l'enthousiasme d'Anakin fut rattrapé par le froid de l'espace et l'absence de sa mère. Bien qu'elle soit personnellement préoccupée à cause d'un message inquiétant de Sio Bibble, Padmé fit de son mieux pour le réconforter. L'enfant lui offrit alors un porte-bonheur en ivoire de jabor qu'il lui avait fabriqué et qui devint un de ses plus précieux trésors.

  Sur Coruscant, "Amidala" fut accueillie par le Chancelier Valorum et le sénateur Palpatine. La jeune fille cessa bientôt d'être Padmé pour redevenir la reine de Naboo et lorsqu'Anakin vint lui dire adieu, il ne reconnut pas son amie dans la majestueuse souveraine. Prétextant que Padmé s'était absentée dans le cadre d'une mission qu'elle lui aurait confiée, la souveraine reçut Anakin et lui transmit les encouragements de sa "suivante" pour sa rencontre avec le Conseil Jedi. A son grand désespoir, Amidala comprit très vite que la situation dramatique dans laquelle se trouvait son peuple était loin d'être une question capitale pour le Sénat, gangrené par la corruption et les lenteurs de la bureaucratie. Pour beaucoup de sénateurs, Naboo n'était qu'une petite planète qui ne jouissait d'aucune influence sur Coruscant et dont le représentant était un politicien peu ambitieux et modeste. Amidala eut à peine exposé son cas devant le Sénat que le représentant de la Fédération du Commerce récusa ses affirmations. Alors que le débat s'envenimait, Valorum demanda l'ajournement de la séance et proposa la création d'un comité pour estimer le sérieux de la situation. Mais Amidala avait douloureusement conscience que, pendant que les sénateurs débattraient durant des mois en discussions stériles, son peuple souffrirait et mourrait. Manipulée par Palpatine et frustrée face à l'immobilisme du Sénat, Amidala déposa alors une motion de censure à l'encontre du Chancelier Valorum.

  Plus tard, Amidala accueillit avec une certaine indifférence la nouvelle que Palpatine faisait partie des favoris pour succéder au Chancelier, persuadée que c'était maintenant que Naboo devait être libérée et qu'elle devait pour cela prendre les choses en mains elle-même. Elle repartit donc pour son monde, en compagnie des Jedi, de Jar Jar Binks et d'Anakin. A bord de la nef royale, Qui-Gon Jinn lui fit part de ses doutes. En effet, en tant que Jedi, son rôle était de la protéger, non de mener une guerre pour elle. Mais Amidala ne comptait pas sur l'aide des Jedi mais sur celle de l'autre peuple de Naboo, ayant découvert par Jar Jar Binks que les Gungans possédaient une Grande Armée. Elle était déterminée à rencontrer les Gungans et à conclure avec eux une alliance pour chasser la Fédération du Commerce de leur planète commune. Avant de quitter son vaisseau, Amidala changea une nouvelle fois d'apparence avec Sabé et lorsque sa suivante montra des difficultés à convaincre Boss Nass, Padmé choisit de révéler à tous qu'elle était la véritable reine Amidala. Impressionné par sa franchise et convaincu de sa détermination, le chef des Gungans accepta alors de l'aider.
  
Padmé Amidala Naberrie

  
  Ensemble, ils mirent au point un plan pour mettre fin au blocus de la Fédération du Commerce. Pendant que l'Armée Gungan attirerait les armées droïdes loin de la capitale, Padmé et ses hommes s'infiltreraient dans le palais par des passages secrets et captureraient le vice-roi Nute Gunray. Une fois celui-ci prisonnier, ils étaient convaincus de pouvoir obtenir la désactivation des droïdes à partir du vaisseau du vice-roi. Le plan manqua d'échouer lorsque Padmé et Panaka furent capturés et conduits devant le vice-roi dans la salle du trône, mais une apparition de Rabé dans sa tenue de reine guerrière créa une diversion qui permit à la véritable reine de s'emparer de blasters dissimulés dans le trône royal. Après avoir éliminé ses droïdes de guerre, Amidala captura le vice-roi et le força à mettre fin au conflit. Mais la victoire sur la Fédération eut un coût et Amidala fut attristée d'apprendre la mort de Maître Qui-Gon Jinn des mains d'un Sith. Afin d'assister aux funérailles du Maître Jedi, Palpatine, fraîchement élu Chancelier Suprême, et le Conseil Jedi arrivèrent sur Naboo. Suite à la Bataille de Naboo, Amidala fut plus populaire que jamais : elle avait libéré son peuple et conclu une alliance historique avec les Gungans. Au cours des années suivantes, elle régna avec sagesse sur Naboo et fut réélue sans surprise pour un second mandat de quatre ans.

  A la fin de son second mandat, Amidala jouissait d'une telle popularité que le peuple de Naboo demanda que soit voté un amendement à la constitution pour lui permettre de régner plus longtemps, comme ce fut le cas du roi Veruna. Mais la jeune femme éprouvait un trop grand respect pour la démocratie pour accepter une telle chose et refusa de se représenter. Sa mère, Jobal Naberrie, éprouva un immense soulagement à cette nouvelle et eut l'espoir que sa fille cadette vivrait enfin sa vie de femme en se mariant et en ayant des enfants. Elle estimait en effet que sa fille avait consacré une grande partie de sa vie à la politique et qu'elle méritait de prendre sa retraite. Quand à Padmé, il semble qu'elle voulait enfin vivre sa vie et connaître l'amour. Le bonheur simple de sa sœur Sola lui rappelait que l'on pouvait mener aussi une vie heureuse en se mariant et en fondant une famille. Elle adorait ses nièces Ryoo et Pooja et désirait avoir ses propres enfants. Mais lorsque la nouvelle reine de Naboo, Jamillia, lui demanda de représenter Naboo au Sénat de la République, la jeune femme accepta aussitôt, convaincue de pouvoir se rendre utile aux Naboo et à la démocratie en se rendant sur Coruscant.

Padmé Amidala Naberrie



III. Sénatrice du Secteur de Chommell (-24 à -19)



  A 22 ans, Padmé commença une nouvelle vie en représentant 366 mondes d'un secteur lointain et isolé du Noyau, dont sa planète natale. Panaka étant au service de la nouvelle reine, Padmé avait pour chef de la sécurité le neveu de celui-ci, le capitaine Typho. Ce dernier choisit de garder une méthode qui avait fait ses preuves en recrutant de nouvelles suivantes : Cordé, Dormé et Versé. En remerciement de ses années au services de Naboo, la reine Jamillia lui fit construire un croiseur royal de type-G pour ses voyages et lui accorda le privilège que la coque du croiseur soit chromée, couleur réservée aux transports royaux sur Naboo. Padmé avait pour suppléant un représentant gungan, Jar Jar Binks. Au cours des années qui s'étaient écoulées depuis la Bataille de Naboo, Padmé était devenue une jeune femme très séduisante. N'étant plus reine, elle pouvait désormais porter des robes moins imposantes et ne fardait plus son visage avec ostentation. Padmé préférait porter des robes simples et élégantes, ainsi que plus féminines, et des coiffures moins élaborées que durant son règne.

  Alors que celle qu'on appelait désormais la sénatrice Padmé Amidala entamait son mandat, la République connut une crise majeure. En effet, un ancien Jedi, le Comte Dooku, critiquait la corruption de la République et ralliait des systèmes stellaires sous sa bannière, créant ainsi la Confédération des Systèmes Indépendants. Pour préserver la République face à la crise du séparatisme, Palpatine, dont le mandat arrivait à son terme, obtint une extension de celui-ci tant que durerait la crise. De plus en plus de systèmes rejoignaient la Confédération des Systèmes Indépendants tandis que certains sénateurs loyalistes demandaient que soit voté la création d'une armée de la République pour renforcer les maigres forces de sécurité Judiciaires. La sénatrice Padmé Amidala, qui partageait son temps entre Naboo et Coruscant, faisait partie du parti loyaliste à la République et était également une des opposantes les plus fermes à la loi sur la création d'une armée de la République. Aux yeux de beaucoup de personnes, elle incarnait l'opposition à ce projet de loi.

Padmé Amidala Naberrie


  Convaincue que le vote de cette loi s'assimilait à une déclaration de guerre et que seule la voie diplomatique pouvait mettre fin à la sécession au sein de la République, Padmé était profondément engagé dans cette cause. Son rôle de premier plan inquiétait ses parents et régulièrement sa mère tenta de faire comprendre à sa fille avec plus ou moins de subtilité qu'elle devrait quitter la vie politique pour vivre sa vie de femme. Quand à Sola Naberrie, elle était persuadée qu'une fois ce problème réglé, Padmé trouverait une autre cause tout aussi importante pour elle et qu'elle s'y consacrerait corps et âme au détriment de sa vie personnelle.

  Vingt-deux ans avant la Bataille de Yavin, Padmé se rendit sur Coruscant pour participer au vote. Par prudence, le capitaine Typho décida d'utiliser le procédé qui avait fait ses preuves durant le blocus de Naboo. Alors que Typho et Padmé, déguisée en pilote et secondée par le fidèle R2-D2, pilotaient des chasseurs N-1, une des suivantes de la sénatrice se faisait passer pour elle à bord du croiseur. A peine Typho eut-il exprimé son soulagement sur le déroulement du voyage qu'une bombe explosa alors que les passagers descendaient du vaisseau. Padmé se précipita vers sa doublure, une jeune femme du nom de Cordé, juste à temps pour recueillir ses derniers mots. La jeune femme fut très touchée par sa mort et celle des membres de sa suite, assassinés lors d'un attentat contre sa personne.

  Alors que Palpatine annonçait devant le Sénat que la sénatrice de Naboo avait trouvé la mort dans un attentat, provoquant une vive émotion et des applaudissements, une Padmé bien vivante s'avança vers le centre du Sénat dans sa nacelle. La jeune femme appela au calme et se déclara plus fermement que jamais opposée au vote d'une loi qui mènerait à la guerre. L'intuition de Padmé lui souffla alors que les commanditaires de cette tentative d'assassinat n'étaient pas à rechercher parmi les partisans de la loi mais au contraire parmi ceux qui, logiquement, ne chercheraient pas sa mort. Plus tard, Padmé et d'autres Loyalistes se rendirent dans le bureau du Chancelier Suprême où se trouvaient déjà plusieurs Maîtres Jedi. Alors que Maître Yoda lui disait être heureux de sa survie, Mace Windu l'informa que leurs soupçons se tournaient vers des mineurs d'épice des lunes de Naboo mécontents. Mais ni Padmé, ni Typho ne pensaient que ceux-ci puissent être derrière un acte aussi violent.

  A la surprise générale, la sénatrice déclara alors que pour sa part elle soupçonnait le Comte Dooku d'être l'instigateur de l'attentat. Mace Windu et Ki-Adi-Mundi récusèrent totalement une telle hypothèse, persuadés que l'ancien Jedi était incapable d'une telle perfidie. Quant à Yoda, il ne prit pas position, sachant que les choses ne sont pas toujours telles qu'elles paraissent être, mais il était par contre persuadé d'une chose : Padmé était toujours en danger. Palpatine demanda alors aux Maîtres Jedi d'assurer sa protection. L'indépendante Padmé se montra très réticente, mais finit par céder devant l'apparente inquiétude du Chancelier, pour qui elle éprouvait une grande amitié, et le choix d'un Jedi de sa connaissance : Obi-Wan Kenobi.

  Bien qu'on lui ait forcé la main, Padmé fut ravie de retrouver le Maître Jedi qu'elle n'avait pas vu depuis près de dix ans. Elle ne jeta d'abord qu'un regard rapide au Padawan qui l'accompagnait, mais lorsqu'elle le regarda plus attentivement pour le saluer, Padmé eut la grande surprise de reconnaître en lui le petit garçon de Tatooine. Anakin Skywalker était à présent un jeune homme séduisant et athlétique qui avait du mal à dissimuler sa joie de la revoir et l'attirance qu'il ressentait pour elle. Padmé fut amusée de son trouble, puis leur affirma qu'elle n'avait pas besoin de protection supplémentaire mais de connaître les instigateurs de l'attentat. Alors qu'Obi-Wan lui déclarait que cela ne faisait pas partie de sa mission, Anakin intervint et, avec l'enthousiasme de la jeunesse, affirma qu'ils trouveraient les instigateurs de l'attentat.

Padmé Amidala Naberrie


  Durant la nuit, Padmé fut gênée par le regard scrutateur que le Padawan portait sur elle et choisit de voiler la caméra de sa chambre. Pour le rassurer, elle prit R2-D2 avec elle pour qu'il surveille sa chambre à intervalles réguliers. Mais le petit droïde ne put voir les deux kouhuns venimeux qui la menaçaient et Padmé ne dut sa survie qu'à l'intervention des deux Jedi. Les Jedi poursuivirent et neutralisèrent la chasseuse de primes responsable des deux attentats contre Padmé, mais celle-ci travaillait pour un de ses collègues et ignorait l'identité du véritable commanditaire des attentats. Zam Wesell fut éliminée avant d'avoir pu révéler le nom du chasseur de primes. La menace qui planait sur sa vie était de plus en plus évidente et, à contrecœur, Padmé accepta de rentrer sur Naboo avec Anakin pour se mettre en sécurité pendant qu'Obi-Wan mènerait l'enquête et que la fidèle Dormé se ferait passer pour elle à Coruscant. Accompagnés de R2, Padmé et Anakin se firent passer pour des réfugiés et utilisèrent un transport du Mouvement d'Aide aux Réfugiés qui les emmena jusqu'au spatioport de Theed.

  Jusqu'à leur arrivée au palais de Theed, Padmé et Anakin se parlèrent beaucoup, de leurs vies et de leurs rêves. La jeune femme lui confia même qu'elle avait été prête à quitter la vie politique et laissa même échapper qu'elle espérait un jour pouvoir fonder une famille. Lors de son entrevue avec la reine Jamillia, Padmé lui fit un rapport de la situation concernant les Séparatistes et l'informa qu'elle avait l'intention de se rendre dans la Contrée des Lacs où elle serait en sécurité. Anakin fut visiblement vexé qu'elle prenne les choses en main sans lui demander son avis, mais Padmé estimait être plus à même de trouver une cachette sur sa propre planète. Ensuite, les deux jeunes gens se rendirent chez la famille Naberrie où Anakin fit la connaissance de ses parents, Ruwee et Jobal, de sa sœur aînée Sola et de ses nièces, Ryoo et Pooja. Pour ne pas inquiéter ses parents, Padmé choisit de minimiser le danger qui planait sur elle, mais son père la connaissait bien et il préféra interroger le Jedi qui, au grand déplaisir de Padmé, la dépeignit dans une situation critique.

  Sa soeur la taquina durant le repas en déclarant qu'Anakin était le premier petit ami qu'elle ramenait chez leurs parents. Les dénégations trop vives de Padmé et les regards brûlants que lui lançait le Jedi ne firent que renforcer l'opinion de Sola : des sentiments amoureux étaient en train de naître entre ces deux êtres. Plus tard, Sola tenta de faire comprendre à Padmé qu'ils étaient en train de tomber amoureux, mais sa soeur nia, persuadée que Sola s'imaginait des choses. Mais un sourire de sa mère fit chanceler les certitudes de Padmé. Padmé et Anakin se rendirent ensuite dans la demeure secondaire des Naberrie dans la Contrée des Lacs. Varykino était un lieu magnifique et dans ce cadre romantique, les deux jeunes gens se rapprochèrent de plus en plus et échangèrent un premier baiser. Mais lorsque Anakin avoua à Padmé l'intensité de sa passion, la jeune femme choisit d'être raisonnable pour deux et se montra très ferme envers lui : il n'y avait aucun avenir possible pour eux. Il était un Jedi, elle un personnage politique important et leur devoir passait avant tout. Lorsque le jeune homme lui suggéra de s'aimer en secret, Padmé ne put envisager cette possibilité. Elle était trop franche, trop honnête pour vivre dans la dissimulation et elle était convaincue qu'une telle situation finirait par les détruire.

Padmé Amidala Naberrie


  Depuis plusieurs mois, Anakin était torturé par des cauchemars concernant sa mère, et après une nuit plus agitée que jamais, il décida de retourner sur Tatooine. Padmé décida de l'accompagner et ils se rendirent tous deux sur la planète désertique où ils s'étaient rencontrés. Là, ils découvrirent que Shmi Skywalker n'était plus esclave et qu'elle avait épousé un fermier du nom de Cliegg Lars. Malheureusement, ils apprirent de la bouche de son époux qu'elle avait été enlevée par des pillards Tuskens plusieurs semaines auparavant. Persuadé qu'elle était toujours en vie, Anakin partit dans une quête désespérée pour la retrouver. Le lendemain matin, le Padawan ramena le corps sans vie de sa mère et avoua à Padmé qu'il avait massacré toute la tribu d'Hommes des Sables pour venger la mort de sa mère. La jeune femme tenta de le réconforter en lui disant qu'il était naturel de céder à la colère, sans saisir le danger que cela représentait pour un Jedi. Peu après les funérailles de Shmi, R2-D2 leur transmit un message alarmant d'Obi-Wan depuis Géonosis. Anakin brûlait d'envie de partir le sauver mais reçut l'ordre formel de rester auprès de Padmé. L'audacieuse jeune femme décida alors d'aller sauver le Maître Jedi, ce qui permettait à Anakin de ne pas désobéir aux ordres du Conseil Jedi en l'accompagnant.

  Mais leur tentative de sauvetage fut un échec total et Padmé faillit connaître une fin atroce dans l'usine de droïdes de Géonosis. Elle fut heureusement sauvée par R2-D2, mais fut aussitôt capturée, ainsi qu'Anakin, par les Séparatistes. Le Comte Dooku tenta de la convaincre de rejoindre la Confédération, mais la sénatrice demeura ferme et exigea la libération d'Obi-Wan. A la suite d'un procès fantoche et vite expédié, Anakin et Padmé furent condamnés à mort. Persuadée que la fin était proche, Padmé avoua alors la profondeur de ses sentiments au jeune Jedi et ils échangèrent ce qu'elle pensait être un dernier baiser. Puis ils furent conduits dans l'arène où, décidée à vendre chèrement sa peau, Padmé lutta contre le nexu chargé de la tuer. Alors que tout semblait perdu pour les trois condamnés, 200 Jedi arrivèrent dans l'arène et les aidèrent à combattre l'armée droïde des Séparatistes dans ce qui devint la Bataille de Géonosis. La jeune femme prit une part active dans ces "négociations musclées".

  Pendant l'absence de Padmé, Jar Jar avait été habilement manipulé pour qu'il propose une mention accordant les pleins pouvoirs à Palpatine. Le premier acte de celui-ci avait été de créer une Grande Armée de la République et Maître Yoda était allé chercher des troupes de soldats clones qui arrivèrent à temps pour aider les survivants de l'arène de Géonosis. Alors qu'ils pourchassaient le Comte Dooku dont la capture, Padmé en était persuadée, mettrait fin au conflit, la jeune femme tomba de la canonnière TIO/BA qui la transportait avec Anakin et Obi-Wan. Quand elle arriva finalement au hangar de Dooku avec d'autres troupes, ce ne fut que pour voir celui-ci s'enfuir dans son voilier solaire. Elle retrouva ensuite Anakin, qui avait perdu son bras droit lors de son duel contre le leader séparatiste. Après la Bataille de Géonosis, Anakin fut chargé de ramener la sénatrice sur Naboo. Là, à Varykino, les deux jeunes gens se marièrent en secret avec pour seuls témoins un prêtre, R2-D2 et C-3PO.

Padmé Amidala Naberrie



IV. La tourmente de la Guerre des Clones (-22 à -19)



  Le jeune bonheur de Padmé et d'Anakin fut rapidement rattrapé par la réalité. La Bataille de Géonosis n'avait été que le prélude à une longue guerre entre les mondes loyaux à la République et les Séparatistes. Très vite, les Jedi furent chargés de diriger les troupes clones, les Chevaliers et les Maîtres en tant que généraux tandis que les Padawans recevaient le grade de commandant. Bien qu'il n'était encore que Padawan, Anakin partit sur le front aux côtés de son Maître Obi-Wan Kenobi. Les instants volés des deux jeunes époux n'en furent que plus rares à cause de l'éloignement de la guerre.

  Padmé Amidala trouva un certain réconfort grâce à la présence de C-3PO, le droïde qu'Anakin avait construit enfant et qu'il lui avait confié. Le droïde de protocole était ravi de mettre en pratique ses fonctions premières, et à mesure que se déroulait la Guerre des Clones, Padmé le considéra de plus en plus comme un membre à part entière de sa délégation sénatoriale. Autant par affection pour Anakin et C-3PO que pour intégrer le droïde dans la société policée de Coruscant, elle le fit recouvrir d'un revêtement doré brillant. Malgré l'éclatement de la guerre, Padmé demeura l'avocate de la diplomatie, mais sa voix avait bien du mal à se faire entendre alors que résonnaient les canons de la guerre. De plus, sa propre vie était plus menacée que jamais. En effet, la Confédération des Systèmes Indépendants, et plus précisément l'un de ses leaders, le vice-roi Nute Gunray, avait placé une prime faramineuse sur la tête de la sénatrice de Naboo.

  Plus que jamais, Padmé partageait son temps entre Coruscant et Naboo, étroitement protégée par le fidèle capitaine Typho. Ses retrouvailles avec son époux étaient rares et intenses, car il était constamment envoyé sur les fronts de combat les plus cruciaux. Cependant, ils parvinrent à entretenir une correspondance secrète durant toute cette période troublée. La fidélité affirmée de Padmé et de sa planète à la République fit de Naboo une cible pour les Séparatistes. Si Naboo fut épargnée par les combats, elle fut à plusieurs reprises choisie par leurs adversaires pour tester de nouvelles armes biologiques. Dix semaines après le début du conflit, les Séparatistes infectèrent une des lunes de Naboo, Ohma-D'un, avec ce qui fut appelé le Gaz des Marais. Heureusement, Obi-Wan parvint à mettre la main sur l'antidote avant que celui-ci devienne une menace d'envergure. Deux ans plus tard, Naboo fut également choisie pour cible pour une autre arme biologique, la TriHexalophine 1138, mais le vaisseau transportant la toxine fut abattu avant d'atteindre Naboo.

  Quatre mois après la Bataille de Géonosis, Maître Yoda voyageait à bord du yacht naboo de Padmé lorsqu'il ressentit une perturbation dans la Force. En effet, le sanctuaire sur Ilum, source de cristaux pour sabres laser, était attaqué par la Confédération. Padmé, désireuse d'apporter son aide aux Jedi, accepta de conduire Yoda sur la planète glaciale. Malgré les conseils de prudence du capitaine Typho, elle se rendit également sur la planète et participa au sauvetage du Maître Jedi Luminara Unduli et de sa Padawan Barriss Offee.

  Durant le conflit qui s'éternisait, la jeune femme fut à la fois très inquiète pour la vie de son époux et fière de ses exploits au service de sa chère République. Pilote d'exception, Anakin Skywalker acquit rapidement une grande célébrité et devint une figure héroïque des nouvelles de l'HoloNet, qui l'avait surnommé le Héros sans Peur.

Padmé Amidala Naberrie


  Vingt avant la Bataille de Yavin, un scientifique du nom de Talesan Fry conçut un briseur de code. Lorsqu'elle apprit que Fry avait demandé la présence des Maîtres Jedi Obi-Wan Kenobi et Siri Tachi, et qu'un sénateur devait représenter la République, Padmé Amidala se porta volontaire, autant pour avoir l'occasion de passer du temps avec son époux que pour accomplir son devoir de sénatrice dans une délicate mission diplomatique qui pouvait conduire à la fin du conflit. Lorsque Anakin tenta de lui ordonner de se dessaisir de la mission, Padmé ne crut pas sérieusement que son mari lui demandait de passer outre son sens du devoir et crut à un moment de faiblesse. Padmé obtint le concours de Fry, mais le groupe fut alors attaqué par un chasseur de primes, à la solde de Passel Argente, du nom de Magus. Ils rejoignirent la base républicaine d'Azure, mais ils avaient été suivis par les Séparatistes, qui attaquèrent la base. Padmé et Talesan Fry partirent de leur côté, mais furent attaqués par Magus. Siri Tachi récupéra leur capsule de sauvetage, mais Magus les attaqua de nouveau. La Jedi tenta alors une manoeuvre audacieuse qui permit la capture du chasseur de primes. Malheureusement, Siri fut mortellement blessée dans la manœuvre et mourut dans les bras d'Obi-Wan.

  Deux ans et demi après la Bataille de Géonosis, Anakin accéda au rang de Chevalier Jedi et lui offrit alors, dans le plus grand secret, sa tresse de Padawan que l'on venait symboliquement de lui couper. Padmé reçut ce présent avec émotion et fierté. En échange, elle lui offrit alors R2-D2 pour qu'il devienne son droïde astromécano attitré. Deux mois plus tard, Anakin bénéficia d'une permission et retrouva son épouse à Varykino pour de tendres retrouvailles. Malgré les propos optimistes du Jedi, Padmé sentait que la guerre n'était pas encore terminée, même si la République l'emporterait bientôt, que le calme ne reviendrait pas facilement dans la galaxie. Malheureusement, Obi-Wan écourta leurs retrouvailles pour entraîner Anakin à la poursuite d'Asajj Ventress. Même si son mari était convaincu d'avoir tué la Jedi Noire au prix d'une nouvelle blessure de guerre, la jeune femme savait qu'il devait partir accomplir son devoir. Même si les retrouvailles entre Padmé et Anakin furent de courte durée, elles ne furent pas sans conséquences. En effet, Padmé découvrit bientôt, avec un mélange de joie et d'appréhension, qu'elle portait désormais l'enfant d'Anakin.

  Son mariage étant toujours un secret, et en raison de sa position politique importante, Padmé dut dissimuler son état aux yeux de tous en portant des tenues masquant sa silhouette. Si la nouvelle de sa grossesse s'était repandue, la nouvelle reine de Naboo, Apailana, l'aurait sans aucun doute démise de ses fonctions au Sénat. Seules ses fidèles suivantes Moteé et Ellé connaissaient son secret et savaient sans doute également qu'Anakin Skywalker était le père de son enfant à naître. Elle en informa sans doute également le discret et perspicace capitaine Typho. Mais comme elle avait tu son mariage, elle cacha sa grossesse à sa famille. Mais elle savait que tôt où tard, elle ne pourrait plus cacher son état. De nombreuses questions la torturaient : comment Anakin accueillerait cette nouvelle qui risquait de compromettre son avenir ? Que ferait-elle quand l'enfant sera né ? En cette période d'incertitudes où des rumeurs couraient sur la mort d'Anakin, Padmé était incapable de réfléchir à l'avenir.

Padmé Amidala Naberrie



V. La chute de la République (-19)



  Outre la Guerre des Clones qui déchirait la galaxie, la République se trouvait dans une situation troublée. Amendement après amendement, Palpatine grignotait la Constitution de la République et affaiblissait le Sénat. Mais Padmé avait bien trop de soucis personnels entre les dangers que couraient Anakin sur le front et la dissimulation de sa grossesse pour en mesurer l'importance. Ce ne fut que lorsque le Chancelier Palpatine fut enlevé par le Général Grievous sur Coruscant que le Conseil Jedi rappela Anakin. Padmé fut heureuse de revoir son époux après une séparation de cinq mois et inquiète de sa réaction face à l'annonce de sa grossesse, qui mettait en péril leur secret. Mais Anakin fut ravi par cette nouvelle et manifesta son désir de cesser de cacher leur amour. Rassurée par la présence d'Anakin, Padmé put enfin réfléchir à l'avenir. Elle envisageait de rentrer à Varykino avant l'accouchement pour préparer la chambre du bébé. Elle envisageait également d'y mettre au monde leur enfant, dans cette maison où ils avaient toujours été heureux et qui avait vu naître leur amour.

  Mais comme pour sa mère trois ans plus tôt, Anakin était hanté par des cauchemars où il voyait Padmé mourir en accouchant. En l'apprenant, la jeune femme se montra d'abord inquiète pour la survie de son enfant, puis tenta de rassurer son époux : même dans les bas-fonds de Coruscant, plus aucune femme ne mourait en couches. Mais Anakin devint dès lors obsédé par ses visions et déterminé à trouver un moyen de la sauver. Padmé aimait profondément Anakin et elle aimait aussi le fait qu'il soit un Jedi malgré toutes les difficultés que cela engendrait pour eux. Elle était fière qu'il soit un des défenseurs de la galaxie et pour rien au monde elle n'aurait voulu qu'il renonce aux Jedi pour elle. En effet, le sens du devoir et l'amour de la démocratie étaient profondément ancrés chez Padmé ainsi que la notion de sacrifice personnel, elle qui avait longtemps fait passer son devoir avant sa vie privée. Mais l'amour et l'admiration qu'elle portait à Anakin, ainsi sans doute que son manque d'expérience sentimentale, firent que la jeune femme ne perçut pas les faiblesses de caractère de son époux comme sa colère, sa possessivité envers elle et son arrogance. Au contraire, ses traits de caractère devaient le faire paraître que plus humain à ses yeux...

  De même, Padmé ne se rendit pas compte du mépris que son époux éprouvait à l'égard de sa profession, qui représentait un véritable sacerdoce pour elle. En secret, le Jedi avait espéré la voir démissionner juste après leur mariage et trouvait son travail inutile et dangereux. Le mépris d'Anakin pour les politiciens n'avait fait que croître durant la guerre tandis que grandissait l'influence de Palpatine sur lui. En effet, le Chancelier avait su s'attirer la sympathie et la fidélité du jeune Jedi en le flattant et lui accordant un accès direct à son bureau dès qu'il désirait lui parler. Padmé était également loin de se douter que Palpatine n'ignorait rien de leur mariage grâce à la trahison de Panaka. Depuis le blocus de Naboo, Padmé éprouvait un grand respect pour Palpatine, qu'elle considérait comme un second père et dont elle écoutait les conseils avisés, et pensait qu'il était un partisan sincère de la démocratie. Ce ne fut que lors d'une réunion avec plusieurs sénateurs loyalistes autour de Bail Organa et Mon Mothma que la sénatrice de Naboo comprit que le Chancelier avait réussi à accaparer un trop grand pouvoir, fragilisant ainsi la démocratie. La menace se cristallisa lorsque fut promulgué le décret sur les gouverneurs de secteur, qui menaçait le système démocratique lui-même en accaparant des pouvoirs dévolus au Sénat.

Padmé Amidala Naberrie


  Alors que les sénateurs Organa et Mothma envisageaient d'entamer une lutte secrète et organisée contre Palpatine, l'idéaliste Padmé préféra tenter une dernière approche diplomatique et proposa de réunir les sénateurs pour destituer légalement le Chancelier. Elle répugnait en effet à participer à une guerre civile et surtout à cacher des choses à Anakin, qui éprouvait un grand respect pour le Chancelier. Padmé fut très fière d'Anakin en apprenant sa nomination au Conseil des Jedi, mais son mari ne partageait pas son enthousiasme, blessé dans son orgueil qu'on lui ait refusé le rang de Maître Jedi à cause de sa jeunesse et de sa connexion avec Palpatine. Comprenant que les Jedi se méfiaient eux aussi du Chancelier, Padmé lui fit part de ses doutes sur l'avenir de la République en lui cachant néanmoins l'existence d'un parti d'opposition et lui demanda d'user de son influence sur Palpatine pour lui demander de chercher désormais une solution diplomatique à la guerre, puisque le leader de la Confédération, Dooku, était mort. Pour la première fois, le jeune couple connut des tensions et leurs divergences d'opinions apparurent.

  Lors d'une nouvelle réunion avec certains de ses collègues Sénateurs, Padmé émit des doutes sur la réussite de leur action et proposa de demander l'aide des Jedi, d'un Jedi en particulier. Alors qu'elle voulait surtout cesser de cacher des choses à l'homme qu'elle aimait, Padmé se rendit compte avec consternation que l'homme de confiance dont elle parlait n'était pas Anakin, mais Obi-Wan Kenobi. Elle comprit dès lors que la guerre et la situation politique les avait conduits sur deux chemins séparés, mais gardait encore l'espoir de voir les choses s'arranger. A son insu, Palpatine amenait Anakin à douter d'elle et lorsque Padmé se rendit dans le bureau du Chancelier à la tête de la Délégation des 2000, elle eut la surprise de trouver Anakin à ses côtés. Malgré le fait que son mari marquait ainsi où allait sa fidélité et qu'ils étaient dans des camps opposés, Padmé fit preuve de son calme légendaire et présenta alors le Manifeste des 2000 au Chancelier. En dépit des assurances de Palpatine, elle ne crut pas un instant qu'il renoncerait au pouvoir qu'il était parvenu à se faire octroyer. Elle savait désormais qu'elle avait perdu confiance en deux de ses plus précieux soutiens.

  La nuit suivante fut une des plus éprouvantes que connut Padmé : en effet, des volutes de fumées s'échappaient du Temple Jedi. Bien qu'elle n'ait pu obtenir aucune information à ce sujet, il était évident que les Jedi avaient de gros problèmes et elle passa la nuit à s'inquiéter pour son époux, qu'elle savait être sur place. Devant une telle incertitude, sans compter que leur dernière entrevue avait été houleuse, la courageuse Padmé craqua et pleura longuement. Ce ne fut qu'à l'aube qu'elle fut soulagée de son angoisse lorsque le chasseur d'Anakin se posa sur sa véranda. Son mari lui raconta alors que le Temple avait été attaqué en représailles car les Jedi auraient tenté de tuer Palpatine et de renverser la République. Sans émotion, il lui annonça également que les Jedi qui refuseraient de se rendre seraient exécutés et qu'elle-même devait rompre avec ses amis du Sénat.

  Derrière ces paroles, Padmé sentit avec horreur que son mari la menaçait et que la destruction de la République était en marche. Elle fut sidérée et inquiète de la facilité avec laquelle Anakin s'était retourné contre ceux qu'il considérait jusqu'ici comme sa famille. Il est fort probable que dans son for intérieur, Padmé se soit alors demandée s'il pourrait se retourner aussi facilement contre elle si elle déviait de la voie qu'il avait choisi. Elle l'implora alors de quitter Coruscant, de partir quelque part où ils seraient seuls, en sécurité, loin de Palpatine et de sa politique de plus en plus dictatoriale. Mais Anakin ne comprit pas ses craintes ou refusa de les comprendre, arguant qu'ils seront en sécurité une fois qu'il aurait mis fin à la guerre en tuant les leaders séparatistes sur Mustafar. Alors qu'il partait, elle ne put s'empêcher de pleurer, sentant inconsciemment que l'homme qu'elle avait aimé et épousé était mort cette nuit-là.

Padmé Amidala Naberrie


  Bientôt, un Palpatine défiguré convoqua le Sénat en session extraordinaire durant laquelle il ne cessa de porter des accusations contre les Jedi, prétendant que ceux-ci avaient tenté de le tuer, mais aussi de renverser le Sénat. Avec amertume, Padmé comprit vite où il voulait en venir et n'éprouva aucune surprise quand il instaura l'Empire Galactique. Plus pour elle-même que pour Bail Organa à ses côtés, Padmé remarqua tristement que c'était sous les applaudissements que mourait la liberté. Lorsque le sénateur d'Alderaan voulut déposer une motion pour mettre fin à cette folie, elle l'arrêta sur le champ : Palpatine avait déjà fait arrêter certains de leurs partisans et il était certain qu'il ferait de même avec tous les membres de la Délégation des 2000. Elle lui conseilla alors de voter pour l'Empire et de conseiller à Mon Mothma de faire de même, de se soumettre en apparence pour poursuivre la lutte secrète qu'ils avaient esquissé. Bail Organa s'inquièta alors de la propre situation de Padmé, qui avait présenté en tête le Manifeste des 2000, mais celle-ci était pratiquement convaincue de mourir avant d'éventuelles représailles... Car une grande partie de son être était déjà morte avec la République, avec l'ancien Anakin.

  Dans la soirée, Obi-Wan Kenobi vint chez elle, et en le voyant en vie, Padmé ressentit une joie intense. Mais lorsqu'il lui demanda où se trouvait Anakin, elle prétendit l'ignorer. Obi-Wan lui apprit alors que Palpatine était un Seigneur Sith et qu'Anakin avait basculé du Côté Obscur. Anakin était devenu dangereux et avait massacré jusqu'aux enfants du Temple Jedi : il devait être mis hors d'état de nuire. Sous le choc, Padmé fit un malaise et demanda au Jedi de partir car elle ne l'aiderait jamais. Elle ne pouvait croire qu'Anakin ait changé à ce point, qu'il ait commis de tels crimes même si elle avait eu l'impression d'être mariée à un inconnu ses derniers jours, même si elle se rappelait douloureusement du massacre de toute la tribu de pillards Tuskens responsables de la mort de sa mère, mêmes les enfants innocents. Pour en avoir le coeur net, Padmé décida alors de partir à bord de son esquif afin de rejoindre Anakin sur Mustafar et, malgré les protestations de Typho, elle s'en alla seule avec C-3PO. A son insu, Obi-Wan se glissa à bord et, tandis qu'ils se dirigeaient vers Anakin, elle se laissa aller à son désespoir. Toute sa vie, Padmé avait affronté bravement les difficultés qu'elle rencontrait, sans jamais se laisser abattre, mais à présent ses larmes semblaient ne plus pouvoir s'arrêter de couler... Jamais elle n'avait été aussi malheureuse qu'à la veille de donner la vie.
  
Padmé Amidala Naberrie


  Lorsqu'elle atterrit sur Mustafar, elle se jeta dans ses bras, soulagée de retrouver Anakin vivant et amoureux. Elle lui parla de ses inquiétudes, de ce que lui avait dit Obi-Wan sur lui, et en prononçant ces mots, elle eut l'impression d'être enfin soulagée du poids qui pesait sur son cœur. Mais contrairement à ses attentes, il ne nia pas les accusations de son ancien Maître. Padmé eut l'impression qu'Anakin était désormais un inconnu. Il n'éprouvait aucun remords pour ses crimes et pour avoir provoqué la mort de sa chère République. Horreur ultime, il prétendit même avoir fait tout cela, toutes ces choses contraires aux valeurs de Padmé, à ce à quoi elle avait consacré toute son existence, pour elle. Malgré tout, elle l'aimait toujours et en larmes, elle le supplia à nouveau de partir avec elle, avant que les choses n'empirent, mais l'homme qui était désormais le Seigneur Sith Dark Vador refusa. Il voulait rester près du pouvoir et suggéra même qu'une fois que Palpatine aurait exercé sa main de fer, qu'une fois qu'il serait un tyran détesté de tous, ils pourraient régner, elle et lui, côte à côte.

  Profondément choquée, Padmé recula et lui dit alors qu'Obi-Wan avait raison : il avait changé. Malgré ses menaces, elle ne pouvait le suivre sur cette voie. Elle ne pouvait renier tout ce qu'elle était, tout ce en quoi elle croyait comme il l'avait fait. Une dernière fois, elle le supplia de revenir du côté du bien, mais il l'accusa alors de l'avoir trahi. Padmé suivit son regard et vit avec horreur Obi-Wan se dresser sur la passerelle de son esquif. Aveuglé par le Côté Obscur, persuadé qu'elle l'avait trahi, Vador utilisa alors la Force pour étrangler celle au nom de qui il avait vendu son âme, malgré ses supplications. Quand il relâcha son étreinte, Padmé s'effondra sur le sol comme une poupée de chiffon. Pendant que les deux hommes se livraient un combat féroce, R2-D2 et C-3PO transportèrent tant bien que mal le corps inanimé de Padmé à bord de l'esquif. Entre-temps, Obi-Wan avait triomphé de son adversaire, en le blessant mortellement - du moins le croyait-il. Le Jedi fit discrètement décoller l'esquif naboo alors qu'atterrissait la navette du nouvel Empereur. Obi-Wan se rendit ensuite sur une base secrète dans la ceinture d'astéroïdes de Polis Massa, où l'attendaient Yoda et Bail Organa afin que soient prodigués des soins médicaux à la jeune femme de toute urgence.

Padmé Amidala Naberrie


  Bien que les droïdes médicaux ne se l'expliquaient pas, Padmé se mourait. En réalité, son mal n'était pas physique : la jeune femme avait été sévèrement touchée au cœur et à l'âme. Parce qu'il était prêt à tout pour la protéger, Anakin était devenu un monstre qui avait tué leur amour et détruit tout ce en quoi elle croyait : la démocratie et la liberté. Elle n'était déjà presque plus qu'une coquille vide. Bien qu'elle ait perdu toute envie de vivre, Padmé s'accrocha encore à l'existence, suffisamment longtemps pour mettre au monde l'enfant d'Anakin, dernier vestige de leur amour. Alors que le travail avait commencé, elle donna ses dernières volontés à Obi-Wan, qui tenait sa main déjà si froide. Si l'enfant était une fille comme le voulait Anakin, elle devrait s'appeler Leia. Mais ce fut le petit garçon qu'elle avait espéré que lui présenta Obi-Wan. Trop faible pour le prendre dans ses bras, elle lui caressa tendrement la joue et murmura avec un dernier sourire le nom de Luke. Puis, Padmé mit au monde une fille, Leia, à qui elle adressa un premier et unique regard avant de glisser dans la main d'Obi-Wan son plus précieux trésor, le pendentif que lui avait offert Anakin bien des années auparavant et qui ne l'avait jamais quitté depuis lors. Elle lui murmura alors qu'il y avait toujours du bon en Anakin. Puis, Padmé Amidala Naberrie s'éteignit, alors que sur Coruscant, Dark Vador était revêtu de sa tristement célèbre armure noire.


VI. L'héritage de Padmé (-19 à 36)



  Suite au décès de Padmé, Yoda et Obi-Wan décidèrent de séparer les jumeaux et de les cacher de la malveillance de l'Empereur et de Dark Vador. Le corps de Padmé fut rendu aux Naboo, sans doute par Bail Organa et sur les conseils de Yoda, on fit croire qu'elle était toujours enceinte et que l'unique enfant qu'elle portait était mort in utero avec elle. La mort de Padmé fut un immense choc pour la population de Naboo qui lui accorda des funérailles d'Etat. Des milliers de Naboo assistèrent à ses funérailles et pleurèrent celle que tous considéraient comme la plus grande souveraine qui ait jamais régné sur Naboo. La famille Naberrie au complet fit partie du triste cortège funéraire, les adultes regrettant sans doute que Padmé n'ait pas mis fin à sa carrière politique pour mener une vie paisible sur Naboo. Tous ignoraient que la jeune Pooja Naberrie, âgée alors de sept ans, succéderait un jour à sa tante comme sénatrice du Secteur de Chommell.

  Outre son décès, sa grossesse cachée troubla les Naboo mais comme le voulait leurs traditions, il fut décidé que sa vie privée serait respectée et aucune enquête ne fut ouverte pour découvrir l'identité du géniteur de l'enfant. La version officielle de l'Empire était que Padmé avait été assassinée par les Jedi durant les événements qui avaient vu l'instauration de l'Empire. La reine Apailana, qui régnait alors sur Naboo, récusa en privé cette explication et entama une lutte secrète contre l'Empire, notamment en refusant d'impérialiser les noms des organes de son gouvernement et en accueillant en secret des Jedi. Elle devint quelques années plus tard la victime de la Grande Purge Jedi.

  Au Sénat, l'amie de longue date de Padmé, Silya Shessaun tenta d'obtenir une enquête officielle sur le décès de son amie mais fut déboutée. Silya comprit alors la réalité du nouveau régime et, bien qu'elle cachait ses sympathies pour les opposants de Palpatine, elle fut doucement contrainte de quitter son poste au profit d'un partisan de l'Empire. Mais ceux qui avait connu et aimé Padmé n'étaient pas les seuls à s'interroger sur les circonstances de sa mort. Malgré les ordres de Vador, un Inquisiteur Impérial du nom de Malorum s'intéressa au sort de Padmé et de son enfant et se rendit de son propre chef sur Naboo pour en apprendre plus. Il interrogea Ryoo Thule, la grand-mère maternelle de Padmé et comprit qu'elle était persuadée que l'enfant de Padmé avait survécu. Avant de succomber aux tortures infligées par Malorum, Ryoo Thule supplia Ferus Olin de protéger le secret de Padmé. Bien qu'ignorant la teneur de ce secret, le Jedi exauça le vœu de la mourante en mettant Malorum hors d'état de nuire, définitivement.

Padmé Amidala Naberrie


  Quant aux jumeaux, ils grandirent loin l'un de l'autre, dans des milieux radicalement différents. En ce qui concerne Leia, elle fut confiée au sénateur Bail Organa et à la reine Breha Antilles Organa et reçut une excellente éducation. Bien que les Organa aient désiré ardemment adopter une petite fille depuis que les fausses couches répétées de la reine lui avaient interdit toute nouvelle grossesse, Leia eut une enfance ennuyeuse et solitaire et passait plus de temps avec des droïdes qu'avec ses parents adoptifs, qui se consacraient aux affaires politiques. Sans le savoir, Leia avait hérité de sa mère sa petite taille et ses cheveux bruns, ainsi que son sens du devoir, son courage et son amour de la démocratie. Comme Padmé, Leia croyait en la diplomatie et au pacifisme, mais elle savait que parfois, pour défendre ses idéaux, il fallait se battre. A seize ans, Leia Organa succéda à son père adoptif en devenant la plus jeune sénatrice jamais élue. Quant à Luke, il fut confié au beau-frère d'Anakin et à sa femme, Owen et Beru Lars. Il eut une enfance modeste dans le ferme hydroponique isolée sur l'inhospitalière Tatooine. Biggs Darlighter fut son seul véritable ami, ses autres camarades voyant plutôt en lui un paysan naïf et mal dégrossi. Ce ne fut qu'à la mort de Yoda que Luke apprit l'existence de sa soeur et il comprit alors qu'il s'agissait de Leia. Peu avant la Bataille d'Endor, il demanda à celle-ci si elle se souvenait de sa mère et, étrangement, celle-ci répondit par l'affirmative. Elle se souvenait d'une femme très belle mais triste, et d'une cachette dans un arbre.

  Padmé étant morte presque immédiatement après la naissance de sa fille, il est donc impossible que Leia l'ait connu enfant. Il est probable que le fait que Leia soit née juste avant la mort de Padmé ait provoqué la transmission des bribes de souvenirs ou des sensations au nouveau-né par le biais de la Force. Au cours des années suivantes, Luke et Leia tentèrent de découvrir des informations sur leur mère. C-3PO et R2-D2, qui ironiquement avaient appartenu aux deux générations, fouillèrent pour eux les bibliothèques d'Obro-Skai. Les jumeaux contactèrent également les esprits de tous ceux qui avaient pu la connaître, mais n'obtinrent aucune réponse. Luke parla alors d'une conspiration du silence. Durant de nombreuses années, Leia Organa fit face à des pseudo-mères : en effet durant la période se situant entre l'installation de Leia Organa Solo sur Coruscant et la Crise de la Flotte Noire, soit entre sept et seize ans après la Bataille de Yavin, plus de 200 femmes se présentèrent en prétendant être leur mère. Leia fut peinée et fâchée de cette débauche de prétendantes, dont certaines n'avaient pas l'âge requis ou n'étaient parfois même pas humaines. En outre, Leia était persuadée que sa mère était morte depuis de nombreuses années. Les membres de l'équipe de sécurité appelaient ces femmes les Mamies Aliénées.

Padmé Amidala Naberrie


  Peu avant l'éclatement de la Crise de la Flotte Noire, Luke Skywalker fut contacté par une jeune femme, Akanah, qui prétendit que sa mère était une Fallanassi du nom de Nashira. Il tenta de sonder Leia et les jumeaux se fâchèrent sur ce sujet. Leia avait abandonné tout espoir de découvrir un jour l'identité de sa mère et bientôt, Luke dut se ranger à son avis en comprenant qu'Akanah s'était servie de lui.

  Trente-cinq ans après la Bataille de Yavin, R2-D2 projeta involontairement un hologramme dans lequel Anakin racontait à Padmé le rêve où il la voyait mourir en accouchant alors que Luke le réparait. Dès lors, Luke et Leia surent que leur mère était la sénatrice Padmé Amidala. Au cours de l'année suivante, Ghent que Luke avait chargé de trouver les secrets que cachait le petit droîde, projeta aux membres de la famille Skywalker d'autres holos de Padmé.

  Le Nid Obscur tenta d'utiliser cette récente découverte pour semer le doute au sein de la famille Skywalker en prétendant que l'épouse de Luke, Mara, avait été impliquée dans le meurtre de Padmé à l'époque où elle était la Main de l'Empereur. Ces allégations devaient servir Lomi Plo, le Reine du Nid Obscur qui avait la capacité de se rendre invisible aux personnes en proie au doute. Avant son ultime affrontement contre le Nid Obscur durant la Guerre de l'Essaim, Luke Skywalker put voir l'enregistrement de R2-D2 sur la mort de sa mère et put partir combattre Lomi Plo et Raynar Thul l'esprit tranquille.


Actualités en relation

Panini Comics | Sortie de l'intégrale L'Ère de la République

C'est la sortie Star Wars francophone de la semaine : l'intégrale de L'Ère de la République parait aujourd'hui chez Panini Comics ! Il s'agit ici d'un volume regroupant les deux publications parues sous le titre...


Notre critique de Star Wars : L'Ombre de la Reine

L'Ombre de la Reine est un roman d'Emily Kate Johnston paru en mars 2019 aux États-Unis et le 3 décembre dernier en France chez Pocket. C'est le deuxième roman de Johnston qui a déj...


Pocket | Sortie de L'Ombre de la reine

Il ne fait décidément plus aucun doute que les fêtes de fin d'année approchent à vitesse lumière ! Une semaine seulement après la sortie tonitruante et très à propos de Thrawn : Trahison, Pocket dégaine aujourd...


HoloNet | Critique de Thrawn : Trahison

Thrawn : Trahison de Timothy Zahn, paru ce 26 novembre chez Pocket, conclut donc la première trilogie de l'univers Star Wars canon dédiée au plus célèbre des Chiss, le Grand Amiral Thrawn. Après Thrawn et...


Notre avis sur le recueil The Clone Wars: Stories of Light and Dark

Star Wars The Clone Wars : Stories of Light and Dark est un recueil jeunesse de 11 nouvelles publié le 25 août 2020 par Disney Lucasfilm Press. Chaque nouvelle est écrite par un auteur différent sur le modèle de...


Informations encyclopédiques
Padmé Amidala Naberrie
Nom
Padmé Amidala Naberrie
Espèce
Date de naissance
46 AvBY
Lieu de naissance
Date de décès
19 AvBY
Lieu de décès
Taille
1,65 m
Fonctions
Reine de Naboo
Sénatrice de Naboo
Armes
Blaster ELG-3a
Diplomatie
Vaisseau
Affiliation
Interprété par

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
avant 2006

Date de modification
09/11/2020

Nombre de lectures
201 918


Note de la fiche
5 membres ont noté la fiche "Padmé Amidala Naberrie" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire
Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala Naberrie fut la reine de Naboo avant d'en devenir la sénatrice. Ambassadrice distinguée et talentueuse oratrice, elle épousa Anakin Skywalker dans le secret et donna naissance aux jumeaux Luke Skywalker et Leia Organa.

Continuité : Canon


  Padmé Naberrie - ou reine Amidala - marqua l'histoire de la galaxie comme ayant été une fervente défenseuse des valeurs de la République Galactique, que ce soit en tant que souveraine ou sénatrice de Naboo. Ses talents d'oratrice et de négociatrice faisaient d'elle une ambassadrice de choix. Ses mots étaient sa meilleure arme, même si utiliser un blaster ou une autre arme ne lui faisait pas peur. En effet, Padmé n'était pas de ceux qui restaient dans un bureau à attendre que les choses se règlent d'elles-mêmes : elle était une femme de terrain, qui savait piloter et ne manquait pas de courage pour affronter ses peurs et protéger les siens.

  Après quatre ans à porter la couronne de Naboo, Padmé accepta de continuer à servir sa planète depuis le Sénat. Elle s'illustra pendant la Guerre des Clones et resta fidèle à ses principes, même dans une époque aussi troublée ou la frontière était mince entre le devoir et l'excès. Après avoir renié ses sentiments pour le jeune Jedi Anakin Skywalker, elle l'épousa finalement dans le plus grand secret. Elle tomba enceinte dans la dernière année du conflit, et accoucha dans l'anonymat presque total de deux jumeaux, Luke Skywalker et Leia Organa. Elle perdit finalement la vie, succombant au chagrin provoqué par la trahison de son mari qui avait basculé du Côté Obscur de la Force et précipité la chute de la République.

Padmé Amidala Naberrie

La reine Amidala de Naboo


1. Jeunesse



  Fille de Ruwee et Jobal Naberrie, Padmé naquit sur Naboo au sein d'une famille modeste en -46. La jeune fille accompagna son père qui œuvrait dans l'humanitaire et construisait des habitations et autres édifices un peu partout un peu partout dans la galaxie. A sept ans, elle participa à l'évacuation de Shadda-Bi-Boran, planète dont le soleil était en train de mourir : une expérience traumatisante puisque les habitants ne s'adaptèrent pas à leur nouveau monde et perdirent tous la vie progressivement.
  A huit ans, Padmé s'engagea dans le programme législatif pour la jeunesse et découvrit ainsi très tôt le monde de la politique : cette expérience sociale lui permit de perdre sa naïveté - ce qui était un élément important de la culture naboo - sans toutefois abîmer son idéalisme. Elle devint par la suite conseillère sénatoriale.

  À l'âge de douze ans, alors qu'elle suivait un programme d'éducation civique, Padmé connut son premier amour. Mais tandis que celui-ci choisissait une voie d'artiste, la jeune fille s'engagea définitivement dans la politique. Nombre des valeurs que Padmé s'efforça de suivre au cours de sa vie et de faire respecter tout au long de sa carrière lui furent inculquées par ses parents.

2. Reine de Naboo



  À l'âge de 14 ans, Padmé Naberrie fut élue reine de Naboo et prit le nom d'Amidala. Ce nom la suivrait longtemps, bien après la fin de son règne, puisqu'elle serait encore appelée à de nombreuses occasions Padmé Amidala.

  Padmé portait la robe rouge emblématique de la culture naboo : celle-ci n'avait pas qu'une fonction cérémonielle mais servait également de protection, puisqu'elle était résistante aux tirs de blaster. D'autre part, nombre des bijoux et parures qu'arborait la reine recelaient des gadgets en tout genre. À la demande du capitaine Panaka de la sécurité royale naboo, le système des Suivantes fut réinstauré pour assurer la sécurité de la jeune reine : ainsi, Padmé Amidala se retrouvait tout le temps accompagnée de cinq jeunes femmes qui lui étaient totalement dévouées - Eirtaé, Rabé, Sabé, Saché et Yané - qui la suivaient partout et partageaient une partie de ses secrets. Une des Suivantes tenait un rôle très particulier auprès de la reine : Sabé. Si la vie de Padmé était menacée, la reine et sa Suivante échangeraient leur place.
Enfin, Padmé suivait auprès de Panaka un entraînement militaire poussé, ce qui faisait d'elle une adversaire diaboliquement précise avec son pistolet Blaster ELG-3a en mains.

2.1 Le blocus de Naboo



"Nous devons continuer à privilégier la négociation."
La reine Padmé Amidala suite à la coupure des communications sur Naboo


  Moins d'un an après son couronnement, la reine Amidala dut faire face à une terrible crise. Pour protester contre la taxation des voies marchandes, une décision politique récemment prise par le Chancelier Finis Valorum, la Fédération du Commerce mit soudainement en place un blocus autour de Naboo. Une telle manœuvre était un moyen pour le vice-roi Nute Gunray de faire pression sur le Sénat et d'exiger le retrait de la loi, qui pénaliserait fortement les transactions financières effectuées dans les systèmes distants. En réalité, le blocus de Naboo faisait partie du plan à plus long terme de Dark Sidious, qui tirait les ficelles de sa marionnette Gunray depuis l'ombre.

  Alors que l'armée droïde de la Fédération progressait vers la capitale Theed en rencontrant peu de résistance, la reine Amidala contacta le Sénat de la République pour demander l'aide du Chancelier et du sénateur Palpatine. La réponse de Valorum fut largement insuffisante puisqu'il assura seulement à Padmé que deux Jedi avaient été envoyés pour conduire des négociations avec les Neimoidiens afin d'éviter un conflit ouvert. Les négociations échouèrent cependant - car Gunray n'avait jamais eu l'intention de reculer - et Naboo fut complètement envahie.
  Comme convenu par le système des Suivantes, Padmé et Sabé échangèrent leur place. La vie de la reine n'était pas directement menacée puisque la Fédération avait besoin d'elle pour signer un traité, afin de légitimer l'occupation de Naboo par la Fédération aux yeux du Sénat. Évidemment, la reine refusa. Alors que Padmé (déguisée en Suivante) et la suite de la reine (Sabé) étaient transférées vers un camp d'internement, les Jedi Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi - accompagnés du Gungan Jar Jar Binks - les libérèrent des droïdes de combat. Tous embarquèrent dans la Nef royale et décollèrent immédiatement, parvenant ainsi à franchir le blocus et quitter Naboo.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, déguisée en Suivante, sauvée par Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi des droïdes de la Fédération


2.2 Escale sur Tatooine



"- Tu es esclave ?
- Je suis une personne, et mon nom est Anakin !
- Oh, pardonne-moi. C'est que tout paraît si étrange ici. Je suis un peu dépaysée.
"
Padmé lors de sa rencontre avec Anakin Skywalker chez Watto


  Cependant, l'hyperdrive du vaisseau avait été endommagé par les tirs de barrage des vaisseaux de la Fédération ce qui força la Nef Royale à se poser sur Tatooine, un monde de la Bordure Extérieure aux mains des Hutts. Une décision qui ne plaisait pas vraiment à Panaka, mais les Jedi n'avaient pas eu le choix.
  Pendant qu'Obi-Wan effectuait des réparations sur l'hyperdrive de la Nef Royale, Padmé - toujours déguisée en Suivante - insista pour accompagner Qui-Gon Jinn et Jar Jar Binks jusqu'à Mos Espa dans l'espoir de pouvoir y acheter les pièces nécessaires à la réparation du vaisseau. Le Maître Jedi n'était pas favorable à ce qu'une Suivante l'accompagne, jugeant la situation trop risquée. Padmé n'apprécia pas l'arrogance de Qui-Gon, mais garda son opinion pour elle, même si son agacement se lisait aisément sur son visage. D'autre part, il ne faisait aucun doute que Qui-Gon avait deviné qui Padmé était réellement, mais le garda pour lui.

  Dans la boutique de Watto, Padmé rencontra Anakin Skywalker, un jeune esclave, pendant que Qui-Gon négociait avec Watto. Elle apprécia immédiatement le garçon, qui, par sa naïveté, parlait avec son cœur, sans filtre. Cette immersion dans un monde aussi pauvre fit prendre conscience à la jeune reine que Naboo était un environnement privilégié ; sur Tatooine, c'était la loi du plus fort, et l'esclavagisme était encore une pratique courante. Padmé songea que ce devrait être la mission des Jedi et de la République de libérer les esclaves des mondes reculés de la galaxie.
  Watto refusa finalement d'être payé en crédits républicains, ce qui rendait impossible l'achat de la pièce manquante, que lui seul possédait sur Tatooine. Dans le même temps, Padmé et Qui-Gon furent informés par le gouverneur Sio Bibble, resté sur Naboo, que la situation se dégradait sur place : la nourriture venait à manquer, les déportations et exécutions se faisaient plus nombreuses. Était-ce la vérité ou simplement un mensonge pour forcer la reine à reprendre contact avec sa planète et ainsi révéler sa position ? Quoi qu'il en soit, il fallait se dépêcher de quitter Tatooine et rejoindre Coruscant, mais la situation était bloquée.
  Avec une tempête de sables qui approchait et qui les empêchait de rejoindre la Nef Royale, stationnée loin de Mos Espa pour ne pas attirer l'attention, Padmé, Qui-Gon et Jar Jar acceptèrent de passer la nuit chez Shmi Skywalker, la mère d'Anakin, sur invitation de ce dernier.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé accompagnant Qui-Gon Jinn et Jar Jar Binks à Mos Espa


  Après discussion autour d'un dîner chaleureux, il apparut aux Jedi que la seule façon d'obtenir la pièce qu'il leur manquait pour réparer leur vaisseau était de parier durant la course de modules qui se tiendrait prochainement, la Boonta Eve. Padmé trouvait cela inconscient de miser tous leurs espoirs sur un jeune garçon, aussi talentueux soit-il, avis que partageait Obi-Wan, resté à bord de la Nef Royale. Néanmoins, Shmi savait au fond d'elle que seul son fils, qui possédait des talents rares, pouvait les aider à quitter Tatooine.
  Qui-Gon s'entretint donc avec Watto le lendemain, et obtint du marchand qu'Anakin s'inscrive à la course, en mentant toutefois sur l'origine du module qui serait aligné sur la ligne de départ. En cas de victoire du Jedi, Watto accepta de lui céder la pièce qu'il convoitait, tout en conservant les gains, moins les frais d'inscription. Le lendemain, juste avant le début de la course, Qui-Gon misa de plus son vaisseau contre la liberté d'Anakin. Quand Padmé apprit que le jeune garçon n'avait jamais vraiment terminé une course, elle fut grandement inquiétée, ce qu'elle dissimula mal : elle ne partageait pas l'optimisme du Maître Jedi.

  Padmé, Qui-Gon, Jar Jar et Shmi s'installèrent dans les gradins de l'arène de Mos Espa pour regarder la course. En dépit de l'incertitude du départ, le talent d'Anakin fit la différence : malgré le sabotage de Sebulba, le jeune esclave remporta la course, et fut libéré. Après des adieux déchirant, Anakin suivit Qui-Gon, Padmé et Jar Jar jusqu'à la Nef Royale où Obi-Wan finalisait les réparations.
  Après une brève confrontation du Maître Jedi avec Dark Maul, le vaisseau naboo quitta enfin Tatooine et mit le cap sur Coruscant. En trajet, Padmé, toujours dans son costume de Suivante, découvrit avec tristesse les messages d'appel à l'aide du gouverneur Sio Bibble. Son attention se reporta ensuite sur Anakin, emmitouflé dans une couverture, qui était triste d'avoir laissé sa mère derrière lui. Le garçon offrit à Padmé un médaillon qu'il avait sculpté afin qu'elle ne l'oublie pas : la reine en fut sincèrement touchée, mais l'assura qu'elle n'avait pas besoin de cela pour se rappeler de lui.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé réconfortant Anakin après le départ de Tatooine


2.3 Contre-attaque



"On ne m'a pas élue pour que je laisse mon peuple souffrir et mourir pendant que vous discutez de cette invasion en commission. Si cette assemblée est incapable de réagir, je lui suggère de changer de présidence."
La reine Amidala devant le Sénat Galactique


  Une fois sur Coruscant, Padmé reprit le costume de reine. Quand Anakin vint demander de ses nouvelles, il ne la reconnut pas dans son costume d'apparat avec le visage maquillé : elle l'assura cependant de la profonde sympathie de Padmé et lui souhaita bonne chance. Puis vint la séance critique dans la rotonde du sénat où la reine Amidala devait défendre la cause de son peuple. Elle informa donc l'assemblée de l'invasion de la Fédération du Commerce, ce que les sénateurs concernés démentirent avant d'exiger l'envoi d'une commission d'enquête, proposition que le chancelier Valorum approuva.
  Néanmoins, la reine Amidala refusa d'attendre à ne rien faire qu'une commission soit envoyée. Sur les conseils avisés du sénateur Palpatine de Naboo, elle proposa de mettre au vote une motion de censure à l'encontre du chancelier Valorum afin que le sénat réagisse face à la souffrance de son peuple.

  Malgré la bonne nouvelle apportée par Panaka, comme quoi le sénateur Palpatine était pressenti pour succéder à Valorum, Padmé Amidala avait amèrement constaté que la République ne fonctionnait plus et était gangrénée par la corruption. Elle souhaita de tout cœur que Palpatine ramène la compassion au Sénat, mais elle ne pouvait pas attendre son élection pour agir contre la Fédération. Elle décida donc de retourner sur Naboo pour partager le sort de son peuple, toutefois décidée à ne pas signer la parodie de traité du vice-roi Gunray.
  Mais la reine ne retournerait pas seule sur Naboo : elle serait accompagnée de Qui-Gon, Obi-Wan, Anakin et Jar Jar. Ce dernier lui avait d'ailleurs donné une idée : pour libérer Theed, elle avait besoin d'une armée, et elle comptait donc demander l'aide de Boss Nass. Ce fut donc à Otoh Gunga que l'équipage de la Nef Royale se rendit. Padmé révéla la supercherie pour s'adresser directement à Boss Nass : c'était une de ses Suivantes qui lui servait de doublure pour garantir sa sécurité. Elle s'agenouilla donc devant l'imposant Gungan et implora son aide. Non sans amusement, Boss Nass accepta : la victoire était dorénavant possible.

Padmé Amidala Naberrie

Le sénateur Palpatine conseillant la reine Amidala lors d'une réunion du Sénat


"Même si nous ne sommes pas toujours d'accord, nos deux sociétés ont toujours vécu en paix. La Fédération a détruit tout ce que nous avions mis tant de temps à bâtir. Si nous n'agissons pas rapidement, tout sera perdu à jamais. Aidez-nous je vous en prie. Ou plutôt je vous en supplie."
La reine Amidala s'adressant directement à Boss Nass


  Sur les plaines où se déroulerait le gros de la bataille, Padmé expliqua le plan en présence des Jedi, de Panaka et des Gungans. Pendant que les Gungans attireraient l'armée droïde loin de Theed, un commando s'introduirait dans le palais de la capitale. Des pilotes s'empareraient de chasseurs N-1 pour attaquer le vaisseau de contrôle de la Fédération pendant que le reste de l'équipe chercherait à capturer le vice-roi pour mettre fin à l'invasion. Peu de temps après, la bataille de Naboo commença.
  Pendant que l'armée gungan engageait l'armée droïde, le commando de la reine et de Panaka força l'entrée du palais. Tout se déroula comme prévu - la très grande majorité de l'Escadron Bravo put décoller - à l'exception de l'arrivée de Dark Maul qui bloquait l'accès vers les étages. Alors que Qui-Gon et Obi-Wan engageaient le Zabrak dans un duel mémorable, le reste du commando se divisa en deux. Chaque couloir étant défendu par des droïdes, Padmé, Panaka et quelques autres décidèrent d'utiliser leur blaster ascensionnel pour gagner du temps, pendant que l'autre groupe empruntait le chemin plus classique.

  Le vice-roi Gunray fut finalement appréhendé au prix de nombreuses vies, et le vaisseau de contrôle des droïdes détruit, permettant ainsi à l'armée gungan de se sortir d'une bien mauvaise posture. Obi-Wan, de son côté, parvint à vaincre Dark Maul, malgré la mort de son maître. Naboo était libre.
  La reine Amidala assista aux funérailles de Qui-Gon Jinn sur Coruscant, aux côtés des membres du Conseil et du nouveau Chancelier Palpatine. Padmé retourna ensuite sur Naboo pour célébrer la victoire et la nouvelle alliance entre son peuple et les Gungans, sans qui l'issue du conflit aurait été bien différente.

Padmé Amidala Naberrie

Le commando mené par la reine, stoppé par Dark Maul dans le hangar


3. Sénatrice de Naboo


3.1 Des débuts compliqués



"L'esclavage est une plaie, Chancelier, qui entache tout ce que représente la République."
La sénatrice Padmé Amidala s'adressant au Chancelier Palpatine sur Coruscant

  Après le blocus de Naboo, la reine Amidala poursuivit son règne. Elle était tellement appréciée qu'à la fin de son deuxième mandat, en -28, le peuple souhaita que la constitution soit amendée afin qu'elle puisse être réélue, ce que Padmé refusa. Après la période dite de l'Occupation, le règne n'avait toutefois pas été de tout repos. En effet, la reine avait dû revoir son idéal pacifiste suite à l'invasion de la Fédération du Commerce, et avait entamé la construction d'un canon à ions pour défendre Naboo, projet qui avait cristallisé les divergences entre elle et Panaka.
  En -28, pendant les élections, Padmé se retira avec ses Suivantes Sabé, Saché, Yané, Rabé et Eirtaé dans la contrée des lacs pour profiter du calme et de la beauté des paysages. La reine Réillata fut finalement élue pour son deuxième mandat, ce qui força enfin Padmé à se demander ce qu'elle ferait par la suite. Certaines de ses Suivantes avaient déjà des projets, à l'image d'Eirtaé, Yané et Rabé ; Saché allait quant à elle rejoindre le nouveau gouvernement.

  Padmé Amidala s'apprêta une dernière fois des habits d'apparat de la reine pour la passation de pouvoir au palais de Theed, où Sio Bibble remit le sceptre du pouvoir à Réillata. La nouvelle reine demanda finalement à Padmé à ce qu'elle représente Naboo et le secteur de Chommell au Sénat de la République. Pas par ambition personnelle mais plutôt par sens du devoir, Padmé accepta avec l'approbation de l'ensemble de sa suite, à l'exception peut-être de ses parents qui auraient aimé la revoir davantage.
  Ses Suivantes furent remplacées par Dormé, Versé et Cordé, qui serait sa nouvelle doublure. Quarsh Panaka avait pris sa retraite, et sa femme Mariek allait prendre sa place de capitaine aux côtés de Padmé, ainsi que son neveu Gregar Typho et le jeune capitaine Tonra des Forces de Sécurité. Sabé, quant à elle, entreprendrait une mission chère à Padmé qu'elle ne pouvait plus assurer : se rendre sur Tatooine pour affranchir des esclaves, et en particulier retrouver Shmi Skywalker.

  Les six premières semaines d'intégration au Sénat furent des plus compliquées pour Padmé, qui devait apprendre à laisser son identité de reine derrière elle pour devenir la figure plus ouverte qu'était la sénatrice Amidala. Cependant, une partie des sénateurs étaient hostiles à Padmé, et ce pour plusieurs raisons : la dernière fois qu'elle était venue dans la rotonde, elle avait provoqué le départ du Chancelier Valorum. Mais plus que cela, les sénateurs expérimentés craignaient que Padmé, qui avait été reine, ne se batte davantage pour sa planète Naboo que pour le reste de la République. Et cela Padmé mit du temps à le comprendre. D'autant plus que durant les six premières semaines, son image fut ternie par des médias à la solde de la Fédération du Commerce : en effet, Nute Gunray avait la rancune tenace et venait d'entamer un quatrième procès visant à juger ses actes contre Naboo.
  Une autre mauvaise nouvelle s'ajouta à tout cela : Tonra et Sabé avaient échoué à retrouver Shmi Skywalker sur Tatooine.

Padmé Amidala Naberrie

La reine Amidala et la sénatrice Amidala, deux facettes de la vraie Padmé


  Padmé se rapprocha naturellement de la sénatrice Mina Bonteri d'Onderon qui avait été très amicale à son égard ; un autre débutant sénateur tenta de se lier à Padmé, un certain Rush Clovis, mais sa personnalité la dérangeait.
  La sénatrice de Naboo décida finalement de renverser complètement la situation pour regagner la faveur des sénateurs qui la méprisaient a priori : elle devait s'éloigner du Chancelier Palpatine, qui, lui aussi, était originaire de Naboo. Padmé ne pouvait pas non plus compter sur le soutien affiché d'Onaconda Farr - qu'elle surnommait affectueusement "son oncle" - car le Rodien était un très bon ami de son père Ruwee. Padmé devait se construire son propre réseau. Ne pouvant rejoindre une commission qui s'attaquerait à l'esclavagisme - car officiellement de telles pratiques n'existaient pas au sein de la République -, elle  rejoignit finalement la commission de Bail Organa sur les matériaux de construction, une thématique austère : c'était davantage le sénateur d'Alderaan et ses contacts qui intéressaient Padmé que le permabéton.

  Ce fut une excellente idée de la part de Padmé, dont la cote de popularité remonta en flèche. Elle rencontra également Mon Mothma, la sénatrice de Chandrila, avec qui elle mena des discussions passionnantes sur le moyen de contrer la montée des actes de piraterie dans la Bordure Médiane. Mothma était une sénatrice pacifiste, comme l'avait été Padmé avant l'Occupation : l'armement de tous les convois de marchandises n'était pas une possibilité contre les pirates, il fallait donc trouver autre chose.
  Après des vacances sur Alderaan puis Naboo, Padmé revint sur Coruscant pleine d'énergie, avec l'accord de la reine Réillata pour que Naboo participe à des missions humanitaires. Et une première crise ne tarda pas à éclore, avec des catastrophes naturelles qui avaient frappé Bromlarch. Padmé se rendit sur place avec Rush Clovis, Mina Bonteri et la Maître Jedi Depa Billaba pour constater les dégâts, mais la motion de la sénatrice d'Onderon pour apporter de l'aide à Bromlarch fut refusée, en grande partie à cause de l'intervention de Lott Dod de la Fédération du Commerce. En effet, les Neimoidiens jugeaient que Bromlarch ne pouvait pas bénéficier de la générosité de la galaxie entière : la planète devait offrir des contreparties.
  Sous l'impulsion de Rush Clovis, Padmé rédigea avec son soutien, pendant les trois jours dont ils disposaient avant un nouveau vote, la motion pour la Coopération de la Bordure Médiane. Cette proposition de loi s'appuyait sur les ressources de différents mondes clés, tel que Malastare, pour résoudre à la fois le problème de la piraterie et de la crise humanitaire sur Bromlarch. En effet, du carburant serait acheté au congrès de Malastare - qui avait cruellement besoin d'écouler ses stocks - pour alimenter les transporteurs de permabéton et de denrées alimentaires pour Bromlarch, mais aussi pour les vaisseaux d'escorte de la République qui protégeraient les convois des pirates. Les actes de piraterie seraient mécaniquement réduits, victoire que le Chancelier pourrait s'attribuer s'il soutenait la motion.

Padmé Amidala Naberrie

La sénatrice Padmé Amidala


  Padmé s'exprima pour la première fois dans la rotonde et sa motion fut adoptée sous une salve d'applaudissements. Cette victoire lui redonna foi en la mécanique démocratique : elle allait rester sénatrice, elle en avait envie.
  Peu après cette réussite, elle repoussa les avances de Rush Clovis, puis s'étonna de l'absence de Mina Bonteri lors des derniers échanges concernant Bromlarch. Padmé surprit la sénatrice d'Onderon en communication holographique avec un mystérieux homme encapuchonné mais ne chercha pas à en savoir davantage : Bail Organa et Mon Mothma partageaient les mêmes craintes qu'elle.

3.2 La crise séparatiste et le vote



"Je n'aime pas du tout l'idée de devoir me cacher."
Padmé Amidala désapprouvant son retour sur Naboo


  En -22, une nouvelle menace planait au-dessus de la République, menace contre laquelle Padmé Amidala se battait avec énergie. À l'initiative du Comte Dooku, plusieurs mondes avaient fait sécession et rejoint la Confédération des Systèmes Indépendants, sans compter d'importants conglomérats à l'image de la Fédération du Commerce. Le mandat du Chancelier Palpatine arrivant à son terme, ses pouvoirs furent prolongés de manière exceptionnelle afin de pouvoir répondre au mieux à cette crise.
  À l'occasion d'un vote très important sur la création d'une Armée de la République, la sénatrice Amidala retourna donc sur Coruscant à bord de sa barge diplomatique de type J qui lui avait été offerte par la reine. Elle voyageait incognito avec Typho, sa Suivante Cordé ayant pris sa place pour plus de sécurité. L'enjeu du vote était crucial et cristallisait de nombreuses tensions : en effet, voter la création d'une Armée de la République venait à déclarer la guerre aux Séparatistes, d'une certaine façon. Il était inconcevable pour la sénatrice que la République s'engage sur une telle voie.

  Seulement, quand la barge se posa sur la plateforme d'atterrissage, la passerelle explosa alors que Cordé et son entourage quittaient le vaisseau. La Suivante ne survécut pas : Typho avait eu raison d'être extrêmement prudent. Un peu plus tard, la sénatrice Amidala et la délégation loyaliste - qui comprenait également le sénateur Bail Organa d'Alderaan - furent reçus dans le bureau du Chancelier Palpatine, qui s'entretenait avec les membres du Conseil Jedi. Maître Yoda fit part de son soulagement de voir la sénatrice en vie, et celle-ci exprima ensuite ses soupçons quant à l'instigateur de l'attentat : le Comte Dooku. Maître Windu ne partageait cependant pas cet avis.
  Lors de cette brève entrevue, il fut décidé qu'Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi, de retour de mission, veilleraient à la sécurité de la sénatrice de Padmé, ce que la concernée n'appréciait pas tellement, jugeant ces mesures excessives. Les retrouvailles avec les deux Jedi furent de courtée durée, et Padmé veilla à placer une certaine distance avec le jeune homme de Tatooine, qui avait beaucoup grandi en dix ans. Cependant, à la tombée de la nuit, Padmé Amidala fut victime d'une seconde tentative d'assassinat, à base de kouhuns cette fois, déjouée au dernier moment par l'intervention d'Anakin et Obi-Wan.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala, à la tête de la délégation loyaliste dans le bureau du Chancelier Palpatine


  Les deux Jedi appréhendèrent Zam Wesell, la chasseuse de primes ayant commis les deux attentats ; cependant, elle fut tuée avant qu'elle ait pu révéler quoi que ce soit sur son employeur. Suite à la tournure dramatique que prenaient les événements à l'approche du vote, il fut décidé par le Conseil Jedi et le Chancelier Suprême que la sénatrice Amidala devrait retourner clandestinement sur Naboo : elle serait escortée pour cela par le Padawan Skywalker pendant qu'Obi-Wan Kenobi enquêterait sur l'instigateur des attentats. En son absence, Padmé chargea le délégué Jar Jar Binks de poursuivre le travail sur les affaires courantes : après plus d'un an d'opposition à la loi de création de l'Armée de la République, la sénatrice enrageait d'être absente au moment du vote. Pendant qu'elle préparait sa valise, elle écouta Anakin Skywalker se plaindre de la manière dont son maître le traitait. Padmé décela un certain malaise chez le Padawan, qu'elle soupçonnait de vouloir grandir et mûrir trop vite pour faire ses preuves. Puis elle mit un terme à la conversation quand son comportement commença à la mettre mal à l'aise.
  Typho, Dormé et Obi-Wan accompagnèrent Padmé et Anakin jusqu'au statioport où ils empruntèrent un transport pour Naboo. La sénatrice appréhendait d'être ainsi isolée, peur que partageait d'ailleurs Anakin ; ils plaisantèrent sur la présence de R2-D2 pour les protéger, ce qui évacua la tension qui avait pu s'installer entre eux. Pendant le trajet, Padmé et Anakin abordèrent le sujet de l'attachement pour les Jedi : il était clair pour la sénatrice qu'elle était ne laissait pas son protecteur indifférent. Elle-même éprouvait d'ailleurs certains sentiments, qu'elle choisit cependant de cacher, car ils les forceraient à s'engager sur une voie impossible.

  Sur Naboo, après un entretien avec la reine Jamillia, Padmé et Anakin mirent le cap sur la contrée des lacs, une région que la sénatrice connaissait bien. Durant leur séjour là-bas, tous les deux se rapprochèrent indéniablement. La plus grande erreur de Padmé fut certainement d'embrasser Anakin dans un moment de faiblesse, lui donnant ainsi espoir que certaines choses pourraient se passer entre eux, alors que cela était impossible.
  Mais après plusieurs jours à batifoler loin des intrigues du sénat et des complots séparatistes, Padmé dut une nouvelle fois freiner les ardeurs d'Anakin, et mentir en cachant ses véritables sentiments pour lui. Il était impensable que tous les deux s'aiment en secret, à devoir se cacher et renoncer à leurs convictions. Finalement, suite à plusieurs cauchemars et visions de Force d'Anakin concernant sa mère, Padmé accepta de le suivre sur Tatooine. Ils décollèrent immédiatement avec le yacht personnel de la sénatrice, désobéissant ainsi ouvertement aux ordres du Conseil.
  
Padmé Amidala Naberrie

Padmé et Anakin sur Naboo


3.3 Détour par Tatooine, puis Géonosis



"Il t'a donné l'ordre de veiller sur moi. Or moi, je vais aider Obi-Wan. Si tu veux veiller sur moi, il faudra que tu m'accompagnes."
Padmé à Anakin, avant de décoller de Tatooine, faisant référence aux ordres de Mace Windu


  Sur Tatooine, comme dix ans plus tôt, Padmé se rendit dans la boutique de Watto, mais cette fois-ci elle était accompagnée d'Anakin. Le marchand, étonné de revoir son ancien esclave devenu Jedi, confessa avoir vendu Shmi à un certain Cliegg Lars, qui l'avait affranchie et épousée. Pas vraiment rassuré par cette nouvelle, la sénatrice et son protecteur s'envolèrent jusqu'à la ferme des Lars, où le chef de famille apprit à Anakin une douloureuse nouvelle : Shmi avait été enlevée un mois plus tôt par des pillards Tuskens, et toutes les tentatives pour la sauver avaient échoué. Les chances qu'elle ait survécu étaient très minces.
  Padmé attendit donc le retour d'Anakin à la ferme. Le Padawan revint le lendemain, avec le corps sans vie de sa mère. La sénatrice le laissa seul un moment, puis finit par le rejoindre : au-delà de la peine, Anakin était rongé par la colère. Cela, Padmé n'avait pas besoin de la Force pour le sentir. Le Jedi désirait plus de pouvoir et confessa avoir massacré tous les Hommes des Sables sans distinction, avant de finalement laisser ses larmes couler.

  Les modestes funérailles de Shmi Skywalker furent interrompues par l'arrivée de R2-D2, venu informer Padmé et Anakin d'un message urgent d'Obi-Wan Kenobi. Celui-ci avait traqué Jango Fett jusque sur Géonosis. Là, le vice-roi Gunray, l'instigateur des deux tentatives d'assassinat contre la sénatrice, avait rejoint le Comte Dooku avec d'autres corporations, mettant ainsi à la disposition des Séparatistes une immense armée de droïdes. Comme demandé, Padmé fit suivre le message à Coruscant, mais la transmission fut prématurément coupée lorsque le Maître Jedi dut se défendre de deux droïdekas.
  La sénatrice refusait de rester les bras croisés et décida donc de se rendre sur Géonosis, malgré les ordres clairs de Mace Windu à l'attention d'Anakin de ne pas bouger. Après tout, si elle se déplaçait, il faudrait bien que le Padawan la suive pour la protéger. Le yacht décolla en direction de Géonosis, avec, pour accompagner R2-D2, un C-3PO pas entièrement terminé.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé convaincant Anakin de se rendre sur Géonosis


  Alors que sur Coruscant le Chancelier Palpatine recevait les pleins pouvoirs à l'initiative de Jar Jar Binks - une mesure prise pour contrer la montée en puissance des Séparatistes - Padmé  et Anakin arrivaient sur Géonosis où Obi-Wan Kenobi avait été fait prisonnier par le Comte Dooku. La sénatrice et le Jedi s'introduisirent dans l'usine de droïdes, mais furent séparés pour échapper à l'attaque surprise de Géonosiens.  Padmé n'eut la vie sauve que grâce à l'intervention in extremis de R2-D2 qui stoppa le rythme frénétique des engrenages de l'usine, mais elle fut arrêtée juste après, comme Anakin.
  Alors qu'ils attendaient tous les deux dans un char qui devait les conduire au centre de l'arène Petranaki pour leur exécution spectacle, Padmé avoua ses véritables sentiments à Anakin : il n'y avait plus de raisons de mentir maintenant que leur mort était imminente. Ils échangèrent donc un baiser avant d'être aveuglés par le soleil de Géonosis et les hurlements assourdissant de la foule. Trois piliers se trouvaient au centre de l'arène, un pour chacun d'eux, avec Obi-Wan : Padmé n'attendit pas et se libéra immédiatement de ses chaînes pour se hisser au sommet du pilier. Quand les bêtes entrèrent dans l'arène - un nexu, un acklay et un reek -, la sénatrice dut faire face au premier des trois. Alors que les deux Jedi s'étaient également libérés, Padmé blessa le nexu qui fut finalement empalé par le reek que chevauchait Anakin. Comme l'exécution ne se déroulait pas tout à fait comme prévu, Dooku et Poggle le Bref déployèrent des droïdekas pour mettre un terme au baroud d'honneur des prisonniers. Encerclés, Padmé, Anakin et Obi-Wan étaient condamnés.

  Cependant, c'était sans compter sur l'intervention surprise de Mace Windu, qui avait amené avec lui deux cents Jedi dans l'arène. En parallèle, Yoda supervisa le déploiement de la toute nouvelle Grande Armée de la République, composée des milliers de clones formés et entraînés sur Kamino. La bataille de Géonosis débuta, et bientôt, il ne resta plus beaucoup de Jedi encore en vie dans l'arène. L'arrivée des clones permit cependant de redistribuer les cartes : Padmé et les survivants furent évacués.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé face au nexu dans l'arène de Géonosis


"- C'est ça, la solution diplomatique, sénatrice ?
- Ça, c'est de la négociation musclée.
"
Padmé répondant à Anakin en plein chaos au cœur de l'arène de Géonosis


  La sénatrice se trouvait désormais à bord d'une canonnière TIO/BA avec Anakin et Obi-Wan, lancée à pleine allure à la poursuite du Comte Dooku. Un tir ébranla soudain la navette et elle chuta dans le sable avec un soldat clone : la poursuite se terminerait sans elle. Quand elle reprit connaissance, elle rassembla ses forces pour finir le trajet à pieds et ordonna au soldat qui l'accompagnait de faire converger un maximum de troupes à la position du Comte.
  Quand Padmé arriva au hangar, elle découvrit Obi-Wan et Anakin au sol, ce dernier ayant eu un bras tranché pendant son duel contre Dooku. Yoda était intervenu entre temps, mais avait laissé le leader séparatiste s'échapper pour sauver les deux Jedi. Le Comte Dooku s'était donc échappé, et la Guerre des Clones venait de commencer.

  Alors que sur Coruscant les proches du Chancelier supervisaient le déploiement de la Grande Armée pour lutter contre les différents fronts sur lesquels les Séparatistes s'étaient engagés, Padmé Amidala épousa dans le plus grand secret Anakin Skywalker sur Naboo.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala devenant la femme d'Anakin Skywalker


4. La Guerre des Clones


4.1 Le complot de Ziro



  Avec la bataille de Géonosis, la galaxie venait d'entrer dans une des périodes les plus sombres de son histoire. Padmé Amidala avait la particularité de mener les batailles sur deux fronts. Au sénat, évidemment, où les valeurs fondatrices de la République étaient mises à rude épreuve par la politique militariste encouragée par une grande majorité de ses confrères, mais également au front, en première ligne. L'une des premières missions qu'entreprit la sénatrice fut très certainement d'aider dans le sauvetage de Rotta, le fils de Jabba le Hutt. En effet, au début de la guerre, les Jedi et la Grande Armée de la République avaient le plus grand mal à sécuriser les voies dans la Bordure Extérieure. Avoir comme allié Jabba pouvait se révéler être un avantage décisif.
  Cependant, la situation s'avéra plus compliquée qu'anticipée sur Teth, puisque Rotta était en fait retenu par Asajj Ventress. Comprenant qu'il s'agissait là d'un complot des Séparatistes pour monter les Hutts contre la République, Padmé Amidala s'en alla à la rencontre de Ziro, l'oncle de Jabba, sur Coruscant, pour qu'il assure à son neveu que Rotta était bien toujours en vie et que les Jedi s'efforçaient de le ramener sur Tatooine, malgré la bataille qui faisait rage sur Teth.

  Toutefois, Ziro se révéla être l'instigateur du complot avec le Comte Dooku ; il captura aussitôt Padmé, qui ne put rien faire contre les droïdes IG-86 qui constituaient la garde rapprochée du Hutt. Néanmoins, la sénatrice put avertir par comlink C-3PO de la situation, et le droïde de protocole ne tarda pas à arriver sur place avec le renfort du commandant Fox et de ses soldats clones des forces de l'ordre. Ziro fut arrêté et Padmé contacta immédiatement le palais de Jabba pour l'informer de la responsabilité de son oncle dans l'enlèvement de Rotta. Cette affaire connut donc une résolution favorable à la République et aux Jedi.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, C-3PO et le commandant Fox dans le repaire de Ziro sur Coruscant


4.2 Grievous, Gunray et Dooku



  L'un des premiers défis de la flotte de la Grande Armée durant la Guerre des Clones fut d'affronter le Malevolence du général Grievous, un remarquable vaisseau de guerre qui avait décimé plusieurs destroyers de la République. Au terme de la bataille de la nébuleuse de Kaliida, le Malevolence se trouvait en déroute, lourdement endommagé. Malheureusement pour la sénatrice Amidala, elle se retrouva en transit à bord de son yacht avec C-3PO sur la route du vaisseau de Grievous. Son yacht fut piégé par les rayons tracteurs du Malevolence et capturé. Padmé s'échappa cependant de son vaisseau après en avoir enclenché l'autodestruction puis se cacha dans le cuirassé séparatiste. Elle contacta ensuite le Resolute et apprit d'Ahsoka Tano, la nouvelle Padawan d'Anakin, que son maître était déjà en route avec Obi-Wan pour la sauver. Même si elle était en danger avec C-3PO, cernée par les droïdes, Padmé regretta que les Jedi se livrent à une mission de sauvetage plutôt que d'en finir avec le Malevolence.

  Padmé fut finalement secourue par son mari et s'abandonna à un geste de tendresse le temps qu'Obi-Wan retrouve C-3PO. Ensuite, ils regagnèrent le Twilight, non sans avoir laissé une petite surprise à Grievous après avoir trafiqué l'ordinateur de bord. En effet, plutôt que de sauter en hyperespace, le Malevolence fonça et percuta de plein fouet une planète voisine. Grievous, toutefois, s'était échappé.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, Anakin, Obi-Wan, C-3PO et R2-D2 à bord du Twilight


  Plus tard, à la demande de son "oncle" Onaconda Farr, Padmé se rendit sur Rodia en mission diplomatique avec C-3PO et Jar Jar Binks pour s'assurer du soutien de ce monde à la République. Cependant, Farr était très remonté par l'absence de soutien du Sénat qui laissait son peuple souffrir de la guerre et mourir de faim. En effet, les délibérations au Sénat avait été retardées, et contraint de trouver une solution pour son peuple, Onaconda Farr s'était tourné vers Nute Gunray, ce qui scandalisa Padmé : en effet, son passé avec le vice-roi de la Fédération du Commerce était chargé. La sénatrice Amidala fut finalement arrêtée par les droïdes de combat de Gunray, sous le regard coupable et triste de Farr qui ne pouvait plus revenir en arrière.
  Grâce à un concours de circonstance, Jar Jar Binks fut confondu avec un Jedi, et la sénatrice put profiter de la stupidité des droïdes pour s'échapper. Onaconda Farr, revenu à la raison, se rangea du côté de Padmé, et les troupes du commandant Gree intervinrent à temps, suite au SOS envoyé par C-3PO. De cette mission diplomatique désastreuse résulta donc la capture de Nute Gunray, fait remarquable pour lequel Padmé et Jar Jar furent félicités par le Chancelier Palpatine.

  Un peu plus tard, Padmé se trouvait avec le Chancelier Suprême lorsque Hondo Ohnaka le contacta pour lui proposer de lui remettre le Comte Dooku, qu'il avait capturé (par hasard) contre un million de crédits. La sénatrice Amidala, soulignant qu'il s'agissait là d'une occasion unique, insista pour que la République et le Conseil Jedi acceptent de procéder à l'échange. Réticents, Yoda et Windu donnèrent finalement leur accord pour envoyer Anakin et Obi-Wan sur Florrum afin de confirmer la capture du Comte Dooku. Rien ne se déroula toutefois comme prévu à cause de l'ambition démesurée des pirates. D'une part, le sénateur Kharrus - envoyé avec Jar Jar Binks sur Florrum pour apporter la rançon - fut tué, et les Jedi et Dooku furent forcés de collaborer pour s'échapper. Finalement, le Comte s'échappa.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, arrêtée par les droïdes du vice-roi Gunray sur Rodia, face à un Onaconda Farr désemparé


4.3 Le virus de l'ombre bleue



  Plus tard, Padmé Amidala fut convoquée sur Naboo par l'actuelle reine Neeyutnee à propos de la recrudescence de droïdes et du risque que les Séparatistes planifient une attaque d'envergure sur ce monde. Avec le concours de C-3PO, Jar Jar Binks et du capitaine Typho, la sénatrice assista au démantèlement d'une carcasse de droïde tactique qui avait été découvert sur les plaines verdoyantes de Naboo. L'analyse du processeur de ce dernier révéla l'existence d'un laboratoire secret dont l'emplacement restait encore à trouver. Devant la menace imminente d'une nouvelle arme séparatiste, Padmé contacta le Conseil Jedi et obtint l'envoi d'Anakin et Obi-Wan sur place. Mais entre temps, Padmé commença son enquête avec Jar Jar Binks.
  Equipés de tenues hermétiques, Padmé et Jar Jar se rendirent vers les marécages de l'est à bord d'un transport S-130 : c'était là que se trouvaient les arbres perlote où virevoltaient des limaces-coléoptères, des insectes qui se trouvaient avec les carcasses de droïdes ramenées au palais de Theed. Près d'un fleuve, la sénatrice et son assistant rencontrèrent Peppi Bow, une fermière dont les shaaks avaient été empoisonnés par quelque chose qui se trouvait dans l'eau. La menace d'un agent pathogène créé par les Séparatistes était donc sérieuse.

  Padmé, après avoir averti le capitaine Typho de sa position, poursuivit son enquête avec Jar Jar et Peppi Bow. Alors qu'ils s'approchaient de l'entrée du laboratoire secret, ils furent arrêtés par des droïdes B1 et conduits captifs dans le complexe secret de Nuvo Vindi, le scientifique séparatiste derrière toute cette machination. Ce dernier était parvenu à recréer le virus de l'ombre bleue qui faisait autrefois des ravages dans la galaxie. Il projetait de le libérer de nouveau, grâce à des fioles qu'il avait placées dans des explosifs.
  Heureusement, grâce à l'arrivée d'Anakin, Obi-Wan, Ahsoka, Rex et d'autres clones, Nuvo Vindi fut arrêté et toutes les bombes purent être désamorcées. Toutes ? Sauf une qui fut activée par un droïde. Immédiatement, le laboratoire fut bouclé, avec Padmé et Ahsoka toujours à l'intérieur, notamment, ainsi que plusieurs clones. Pendant qu'Anakin et Obi-Wan entreprenaient une mission sur Iego pour trouver des racines de reeksa pour contrer le virus, Padmé et la Padawan de son mari secret détruisirent les droïdes encore présents dans le laboratoire afin d'éviter qu'ils ne s'échappent et libèrent le virus. L'antidote put heureusement être concocté à temps et le virus de l'ombre bleue fut définitivement neutralisé.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, Rex, Ahsoka et les clones démineurs dans le laboratoire de Nuvo Vindi


4.4 Une bête et un ancien amant



  Après la bataille de Malastare, les clones et Mace Windu avaient capturé une bête Zillo et l'avait ramenée sur Coruscant pour l'étudier : en effet, sa carapace présentait une résistance étonnante au sabre laser. Néanmoins, le chancelier Palpatine souhaitait tuer la bête, un acte qui répugnait Padmé. La sénatrice désapprouvait déjà le fait d'amener la bête ici, mais il était trop tard pour faire machine arrière. Dans le but de sauver la bête Zillo et de faire changer d'avis à Palpatine, Obi-Wan demanda à Padmé de convaincre Anakin de parler au Chancelier dans ce sens. Mais le Jedi était tiraillé : soit il se rangeait du côté de sa femme, soit de son mentor, il se plaça donc en retrait, ce qui exaspéra Padmé.

  Ce que craignait la sénatrice finit par se produire et la bête se libéra de ses entraves, semant le chaos dans la capitale. Alors que Padmé évacuait le sénat avec Anakin et Palpatine à bord de la navette de ce dernier, la bête attrapa leur vaisseau. Le Chevalier Jedi parvint à les faire sortir, et au terme d'une longue glissade, sauva sa femme d'une chute mortelle des toits de Coruscant. La bête Zillo fut finalement tuée par des gaz toxiques qui s'étaient déjà révélés efficaces sur Malastare, et le Chancelier reconnut sa part de responsabilité dans le chaos généré par le monstre.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé et les Jedi sur Coruscant, face à Palpatine, après la mort de la bête Zillo


  Plus tard, alors que Padmé et Anakin profitaient dans les appartements de la sénatrice d'une des rares soirées à deux dont ils disposaient, le Jedi fut appelé par le temple. Padmé fut évidemment déçue, mais agréablement surprise de voir que le sens des responsabilités et du devoir d'Anakin évoluait dans le bon sens ces derniers temps. Néanmoins, dès le lendemain, elle demeura froide envers son mari secret, car elle avait tout de même été vexée. Le Conseil Jedi avait en fait demandé à Anakin d'enquêter sur Rush Clovis, le sénateur de Scipio avec qui Padmé avait eu une liaison par le passé. Clovis était soupçonné de collaborer avec les Séparatistes, ce qui pouvait faire pencher la balance de la guerre en faveur de Dooku si le Clan Bancaire Intergalactique rejoignait la Confédération. Padmé, qui avait refusé jusqu'ici d'enquêter sur son ancien amant, accepta finalement, au grand dam de son mari inquiet, puisqu'il en allait de la sécurité de la République.
  La sénatrice entreprit donc une mission d'espionnage, et pour cela, elle devait se rapprocher de Clovis, une perspective qui ne plaisait pas du tout à Anakin. À l'occasion d'un dîner en tête à tête avec celle qu'il avait jadis aimée, Rush Clovis informa Padmé qu'il s'apprêtait à partir pour Cato Neimoidia afin de régler des affaires avec la Fédération du Commerce. Il invita la sénatrice à le suivre, plus par intérêt personnel que professionnel, cela Padmé le savait : elle accepta tout de même, pour le bien de la mission. Anakin, déguisé en pilote, l'accompagnerait avec Gregar Typho.

  Sur place, Padmé fut accueillie froidement par Lott Dod, et conduite à sa chambre par deux droïdes de luxe. Ne souhaitant pas être écartée de la sorte et risquer de louper des négociations obscures entre Clovis et Dod, elle sortit de sa chambre et entama une promenade intéressée, soi-disant pour visiter le palais. Elle surprit ainsi les deux sénateurs en pleine dispute et remarqua un terminal où elle pourrait récupérer des informations plus tard. Mais au dîner, elle fut empoisonnée par le Neimoidien avec du poison déposé sur le bord de son verre de vin.
  Un peu plus tard dans la soirée, Padmé commença à se sentir fébrile, mais parvint tout de même à récupérer le disque de données du terminal : elle avait la preuve que Rush Clovis aidait les Séparatistes à construire une nouvelle usine de droïdes sur Géonosis. Elle avertit Anakin par comlink, lequel arriva au moment où elle enlaçait le sénateur de Scipio, afin de détourner son attention du disque de données. Le Jedi le récupéra avec la Force et s'en alla le remettre aussitôt à R2-D2. Mais l'état de Padmé se dégrada par la suite : Rush Clovis, confronté à un Anakin Skywalker en colère, n'eut d'autre choix que de l'aider à faire évacuer Padmé sans tenir compte des ordres de Lott Dod. Clovis menaça finalement le Neimoidien avec un blaster, qui fournit l'antidote. Padmé fut sauvée et elle quitta la planète immédiatement pour avertir le Sénat et le Conseil Jedi de ce qu'elle avait appris au péril de sa vie. Quant à Rush Clovis, il allait sûrement être exécuté par les Séparatistes pour avoir amené sur Cato Neimoidia une espionne de la République.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala avec Lott Dod et Rush Clovis sur Cato Neimoidia


4.5 Sollicitée par la Duchesse Satine



  En -21, les Séparatistes ne représentaient pas la seule menace qui planait sur la République. Le Chancelier Palpatine et d'autres politiciens considéraient que la Death Watch - des Mandaloriens extrémistes à l'origine de plusieurs attaques sur Mandalore - représentait désormais une menace pour la République. Padmé était présente à la session du sénat où la Duchesse Satine Kryze s'exprima contre l'intervention de la République sur son monde, qui prônait la neutralité dans le conflit. Toutefois, le Chancelier Suprême disposait d'un enregistrement d'un proche de Satine qui demandait l'intervention de la Grande Armée sur Mandalore pour contrer la Death Watch. La Duchesse en fut abasourdie, d'autant plus que l'auteur de ce témoignage avait été retrouvé mort depuis.

  Après avoir survécu à un attentat sur Coruscant, Satine enquêta et obtint la preuve que l'enregistrement était truqué. Aidée par Obi-Wan Kenobi, elle déjoua une nouvelle tentative d'assassinat et confia à Padmé la preuve que l'enregistrement était faux. Ainsi, la sénatrice de Naboo put présenter devant le sénat le véritable enregistrement, dans lequel l'auteur affirmait ne pas vouloir d'intervention de la République. L'arrivée de clones pourrait en effet pousser les Mandaloriens dans les bras de la Death Watch. L'intervention de la République fut donc annulée, et Satine remercia sincèrement Padmé Amidala pour l'avoir soutenue.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala annonçant son soutien à la Duchesse Satine Kryze de Mandalore


  Padmé fut un peu plus tard sollicitée par Satine, et la sénatrice se rendit donc sur Mandalore. Depuis les débats houleux qui avaient eu lieu au sénat, la position de la Duchesse se retrouvait fragilisée. Maintenir la neutralité en pleine Guerre des Clones n'était pas chose aisée, et le commerce de la planète en souffrait. Certains biens étaient introuvables, et le marché noir prospérait, ce qui était reproché à Satine. Après avoir apprécié la beauté de Sundari, Padmé fut alors invitée à assister à un conseil animé par le Premier Ministre Almec. La sénatrice constata le manque de fermeté du Premier Ministre mais également l'animosité qui régnait, transformant les discussions en hurlements non productifs. La séance fut finalement ajournée.
  Pour se détendre et oublier ces querelles politiques, Satine invita Padmé à dîner, et toutes les deux discutèrent librement, la sénatrice avouant même que parfois elle se prenait à envier la neutralité de Mandalore dans le conflit, qui rongeait chaque jour un peu plus les valeurs de la République.

  Le lendemain, les deux femmes se rendirent dans un hôpital pour une visite de courtoisie, mais quelle ne fut pas leur surprise de découvrir une situation de chaos. Le docteur Zak Zaz les informa qu'une épidémie était en cours, et que beaucoup d'enfants avaient été empoisonnés. Padmé, qui n'avait pas peur de se retrousser les manches, suivit la Duchesse jusqu'à l'école d'où venaient les enfants. Elles découvrirent là une nouvelle boisson qui était servie au repas : un thé à base de slabin. Les analyses révélèrent que la quantité importante de slabin était responsable de l'empoisonnement.
  En cuisinant Siddiq, le responsable des importations de thé, Padmé et Satine obtinrent de lui la localisation de la prochaine livraison. Là, les deux femmes, cachées, découvrirent que des Moogans livraient des caisses de thé, et que les agents douaniers étaient complètement corrompus et laissaient ces livraisons non répertoriées se faire. Accompagnés de gardes royaux, le laboratoire clandestin où le slabin était ajouté au thé fut détruit le lendemain, à l'issue d'une confrontation violente avec les criminels moogans et gotals qui avait vu la mort de plusieurs gardes.
  Suite à cet épisode, Satine s'engagea à lutter avec plus de fermeté contre la corruption, et engagea le Premier Almec à travailler dans ce sens. Padmé, avant de retourner sur Coruscant, approuva l'idée d'envoyer un Jedi pour éduquer la jeunesse mandalorienne.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, Satine et les gardes royaux sur Mandalore


4.6 La revanche de Ziro



  Plus tard, Padmé Amidala devait se rendre sur Alderaan pour participer à une conférence organisée par Bail Organa sur les réfugiés de guerre. Mais alors qu'elle était sur le point de partir - et que son mari secret s'était envolé pour Balith où une guerre civile avait éclaté -, Ahsoka Tano vint lui rendre visite pour l'avertir qu'elle courrait un grand danger. Elle avait eu une vision brouillée impliquant Aurra Sing : la sénatrice, qui faisait tout à fait confiance à la Padawan, était tout de même perplexe puisque la Palliduvan avait été tuée lors d'une altercation sur Florrum. Dans tous les cas, Padmé ne pouvait pas annuler sa visite, et la Togruta décida donc de l'accompagner.

  Durant le trajet à bord de la barge diplomatique de la sénatrice, Padmé se reconnut en Ahsoka, qui éprouvait de l'incertitude maintenant qu'elle se trouvait en mission sans son maître. Cela rappelait à la sénatrice ses premières années en tant que reine. Le soir, la Togruta eut une nouvelle vision lugubre et fit irruption dans la chambre de Padmé, sabre laser au clair. Il s'agissait cependant d'une fausse alerte et la Padawan en fut terriblement désolée. Une fois arrivées, Padmé et la Togruta se rendirent dans la salle où devait se tenir la conférence, qui correspondait exactement à celle de la vision d'Ahsoka. Typho renforça immédiatement la sécurité, mais cela ne rassura quand même pas la Padawan. Par ailleurs, la sénatrice était déterminée à tenir son discours. Et ce que redoutait Ahsoka se produisit : Aurra Sing était bel et bien vivante, et s'était trouvée une position de tir idéale dans les conduits d'aération. Heureusement, la Padawan dévia le tir qui ne fit que blesser Padmé, mais la chasseuse de primes lui échappa.
  Plus tard, en dépit de la menace, Padmé refusa de retourner sur Coruscant : il n'y avait pas de raisons que la Palliduvan arrêter de la traquer. La Padawan entreprit donc de piéger Sing. Un droïde dissimulé sous une robe à capuche retourna dans la salle de conférence le lendemain et diffusa la voix de Padmé, qui parlait en réalité depuis sa chambre. Mais Aurra Sing n'était pas dupe et rejoignit la chambre par les conduits. Ahsoka avait senti le danger à temps, heureusement, et était intervenue. Mais ce fut Padmé qui neutralisa d'un tir incapacitant la chasseuse de primes. Celle-ci fut ensuite arrêtée, et de retour sur Coruscant, Ahsoka Tano obtint les aveux du commanditaire de l'assassinat. Il s'agissait de Ziro le Hutt qui souhaitait se venger de Padmé Amidala pour l'avoir mis sous les barreaux.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala, blessée après la tentative d'assassinat sur Alderaan


  Suite à cette conférence mouvementée sur Alderaan, Padmé Amidala organisa chez elle une réception qui la mit dans tous ses états. Elle avait affronté des situations bien plus périlleuses durant la guerre, mais voilà qu'elle stressait à l'idée de rater son dîner. En effet, elle avait invité le sénateur Aang, qu'elle devait absolument mettre dans sa poche, car ce dernier jouissait d'une certaine influence dans le comité de surveillance militaire du sénat. La sénatrice missionna ainsi R2-D2 et C-3PO pour lui ramener des fruits jogan pour son dessert, un plat que Aang appréciait tout particulièrement. Toutefois, les droïdes mirent un temps infini à revenir, ce qui n'aida pas la sénatrice à se calmer. Heureusement, R2-D2 et C-3PO revinrent à temps avec les fruits jogan : mais Padmé ignorait qu'entre temps, ils avaient été capturés par Cad Bane, qui avait extrait de leurs circuits les plans du sénat avant de leur effacer leur mémoire à court terme.

  Plus tard, alors que Padmé travaillait dans son bureau au sénat sur le texte d'un projet de loi qu'elle devait remettre sous peu, Anakin insista pour qu'ils partent en vacances. La sénatrice, agacée par le caractère enfantin de son mari, insista sur le fait qu'elle avait du travail. Le Jedi, piqué au vif, déclara alors que rien n'était plus important pour lui que l'amour qu'il lui portait, et pour le prouver, il lui confia son sabre laser. Soudain, Bail Organa fit irruption dans le bureau et l'invita à le suivre pour discuter du projet de loi avec Philo, Riyo Chuchi, Onaconda Farr, Jakker-Sun, Dantum Roohd et Zinn Paulness : prise au dépourvu, Padmé suivit le sénateur d'Alderaan, avec le sabre laser de son mari caché dans sa manche.
  Quelques instants plus tard, des chasseurs de primes prirent les sénateurs en otage : il s'agissait là de Cad Bane, Aurra Sing, Shahan Alama, Robonino et HELIOS-3D. Sur un balcon, Padmé aperçut Anakin, mais le Jedi, privé de son arme, dut battre en retraite. Une partie des chasseurs de primes se lancèrent à sa poursuite et le ramenèrent inconscient dans le cercle des prisonniers.  Par ailleurs, Bane avait obtenu ce qu'il souhaitait de Palpatine : la libération de Ziro contre la vie des sénateurs. Le Duro et ses acolytes quittèrent ainsi l'atrium qu'ils avaient préalablement piégé et s'en allèrent récupérer le Hutt au Centre de Détention Judiciaire. Padmé glissa le sabre à son mari quand celui-ci retrouva ses esprits, et il sauva les sénateurs avant que tout n'explose.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, Bail et d'autres sénateurs prisonniers de Cad Bane et ses chasseurs de primes


4.7 La dérégulation des banques



  Après l'attentat manqué sur Alderaan, Padmé et ses deux Suivantes Moteé et Dormé se rendirent sur Clabron afin de discuter l'entrée de ce monde dans la République. Moteé et Dormé étaient au courant de la relation entre la sénatrice et Anakin, et n'avaient rien dit lorsqu'elle avait menti sur sa destination à son mari. Sur Clabron, le Grand Ministre Stin venait d'être assassiné par la chasseuse de primes Lis Mohles. Lorsque celle-ci fut neutralisée, les négociations purent débuter avec le Second Ministre Tarmin, enclin à rejoindre la République.

  Alors que la guerre se poursuivait inexorablement, faisant toujours plus de morts des deux côtés, la question de lever des troupes supplémentaires se posa au Sénat. Certains, à l'image de Gume Saam ou Halle Burtoni, y étaient grandement favorables ; d'autres encore, comme Lott Dod ou Nix Card, aimaient attiser les tensions qui secouaient la rotonde. Enfin, ceux comme Mon Mothma, Bail Organa et Padmé s'y opposaient farouchement, ne voyant qu'une issue sinistre à l'achat de nouvelles troupes, qui déréglerait complètement les finances de la République déjà exsangue. La sénatrice de Naboo proposa alors que des pourparlers se tiennent avec le sénat séparatiste, mais l'idée ne connut pas un franc succès.
  Qu'à cela ne tienne, Padmé décida de rencontrer secrètement son amie Mina Bonteri, membre du sénat séparatiste. Ahsoka Tano, qui désirait se familiariser davantage avec les rouages de la politique, allait l'accompagner. Les deux femmes se rendirent tout d'abord sur Mandalore, neutre dans le conflit, puis de la empruntèrent un transport vers Raxus. Padmé put ainsi exposer la situation à Mina Bonteri pendant qu'Ahsoka rencontrait son fils, Lux. Certes, les deux sénatrices ne partageaient pas la même admiration pour le Comte Dooku, mais elles étaient d'accord sur un point : lever de nouvelles troupes n'aiderait pas à la résolution du conflit. Mina Bonteri soumit alors l'idée de pourparlers à la prochaine réunion du sénat séparatiste, qui se déroula sous l'œil vigilant de Dooku, en hologrammes, et la proposition fut adoptée.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé s'entretenant avec Mina Bonteri sur Raxus


  Heureuse, Padmé retourna sur Coruscant avec Ahsoka pour faire part au Chancelier de ses progrès dans les négociations. Le vote sur la dérégulation du système bancaire pour la levée de nouveaux clones allait bientôt se tenir au sénat, et avec l'accord des Séparatistes, l'issue était prometteuse. Mais tout ceci était sans compter sur la fourberie de Dooku et du général Grievous, qui avaient envoyé des droïdes de démolition camouflés en automates d'entretien sur la capitale. Les explosions qui suivirent et qui coupèrent le courant d'une partie de la ville furent interprétées comme un attentat des Séparatistes. Les sénateurs de la République hurlèrent à la trahison, et sous l'impulsion de Gume Saam, la levée de nouveaux clones pour renforcer l'armée de la République eut un regain d'intérêt.
  L'animosité vis à vis des Séparatistes était telle dans la rotonde qu'il était impossible pour Padmé de continuer à défendre son projet de négociations. D'autant plus que le Comte Dooku s'adressa directement aux sénateurs de la République, annonçant la mort de Mina Bonteri lors d'une attaque clone sur Raxus : il se retirait donc du projet de pourparlers en plaçant la faute sur la République. Profitant de la situation, Halle Burtoni proposa d'emprunter de l'argent au Clan Bancaire.

  Bail et Padmé s'y opposaient toujours, mais ils étaient désormais inaudibles. L'un comme l'autre ne croyaient pas qu'une attaque clone avait tué la sénatrice Bonteri, mais plutôt les agents de Dooku. La sénatrice de Naboo prit alors rendez-vous avec Mak Plain, représentant du Clan Bancaire, et apprit que le taux d'intérêt serait de 25% pour un emprunt visant l'achat de cinq millions de troupes supplémentaires. Les prix s'étaient envolés depuis que l'organisation avait prêté de l'argent aux Séparatistes pour la construction de nouveaux droïdes.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé et Onaconda tentant de convaincre les sénateurs effrayés de voter


  Avec cette information capitale en main, Bail entreprit de travailler sur un discours démontrant les dangers de l'achat de cinq millions de clones supplémentaires. Pendant ce temps, Padmé essaya de convaincre les sénateurs indécis de l'importance de la suivre. Mais ce que la sénatrice n'avait pas anticipé était que le Compte Dooku avait payé des malandrins pour malmener des sénateurs qui s'apprêtaient à voter contre la dérégulation des banques afin de les effrayer. Onaconda Farr avait d'ailleurs été brutalisé, mais loin d'avoir peur, sa détermination fut renforcée. À l'issue d'une rencontre avec un sénateur indécis, Padmé et Onaconda se séparèrent pour rentrer chez eux. La sénatrice fut alors agressée par deux chasseurs de primes, Robinino et Chata Hyoki.
  Grâce à l'intervention de droïdes policier et après une course poursuite haletante en speeder, Padmé put enfin regagner ses appartements, secouée mais saine et sauve. Elle échangea alors avec Teckla Minnau, et la Suivante partagea les difficultés qu'elle éprouvait pour vivre décemment depuis le début de la guerre. Ce témoignage inspira Padmé et lui redonna l'énergie dont elle avait besoin pour poursuivre le combat.

  Seulement, le lendemain, ce fut au tour de Bail Organa d'être agressé par les deux chasseurs de primes. Blessé, le sénateur d'Alderaan se retrouvait dans l'incapacité de tenir son discours. Padmé prit alors son courage à deux mains et s'exprima devant l'assemblée des sénateurs dans la rotonde, galvanisée par son récent échange avec Teckla sur la légitimé de son combat. L'endettement de la République pour l'armée se ferait au détriment des services sociaux, ce qui n'était pas possible. Les politiciens furent sincèrement touchés par ce discours, et Padmé Amidala conclut sous une salve d'applaudissements.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé discutant avec Teckla Minnau


  Grâce au discours de Padmé et à l'initiative d'Onaconda Farr pour convaincre les sénateurs hésitants, le mouvement contre la dérégulation des banques gagnait de l'ampleur, ce qui déplaisait fortement à ses plus grands supporters, tel que Halle Burtoni et Mee Deechi. Padmé Amidala tint un nouveau discours qui se termina également avec une vague d'approbation, mais qui lui attira de nouveaux les remarques détestables de Mee Deechi et Halle Burtoni : rien d'étonnant venant de cette dernière, puisque la Kaminoane avait tout intérêt à ce que la République commande de nouveaux soldats clones.
  Alors que Bail Organa, Mon Mothma, Onaconda Farr et Padmé Amidala portaient un toast à leur réussite, le Rodien s'effondra soudain, victime d'un malaise. Malgré l'appel de secours, il était trop tard : Onaconda Farr était mort. Étant donné la place qu'occupait le Rodien dans le mouvement contre l'acquisition de nouveaux soldats clones, la piste de l'empoisonnement fut privilégiée plutôt que l'accident naturel. L'insupportable odieux et imbus de lui-même détective Tan Divo, qui menait l'enquête, découvrit sans tarder qu'il s'agissait bien d'un empoisonnement.

  Padmé, de son côté, ne pouvait se résoudre à attendre que l'enquêteur fasse son travail et convainquit Bail Organa de mener avec lui une contre-enquête. Il fallait élucider le mystère de la mort de Farr avant le vote. La sénatrice de Naboo voyait en Deechi et Burtoni des suspects idéaux, qui avaient tous les deux des raisons viables d'éliminer le Rodien, puisqu'ils étaient en faveur de la dérégulation des banques.  Les deux concernés se moquèrent des accusations de Padmé, mais le sénateur d'Umbara révéla toutefois qu'Onaconda Farr s'était rendu la nuit précédente à une réunion secrète sur les quais. Mee Deechi savait cela puisqu'il avait fait suivre le Rodien. Curieux, Padmé et Bail s'y rendirent, et frôlèrent la mort puisqu'un assassin avait tenté de les écraser sous d'énormes containers. Tan Divo et ses droïdes policiers arrivèrent peu après, et l'inspecteur fustigea Padmé et Bail.
  Ne comptant pas abandonner leur enquête, les deux sénateurs se rendirent immédiatement auprès de Mee Deechi, persuadés qu'il les avait envoyés dans un piège. Mais le sénateur d'Umbara était mort. Tan Divo isola alors Padmé, Bail, Mon et Lolo Purs, l'assistante de Farr, le temps qu'il aille interroger Halle Burtoni. La Rodienne, excédée par la situation, quitta la pièce malgré les ordres, et y revint plus tard, bouleversée, prétendant avoir été attaquée par la sénatrice de Kamino. La culpabilité de Burtoni était plausible, puisque le poison qui avait été retrouvé dans le corps de Farr était de conception kaminoane et n'attaquait que les Rodiens. Mais cette information intrigua Padmé, puisque Lolo Purs, Rodienne également, n'avait pas été empoisonnée pendant le toast. L'assistante se révéla être la meurtrière - elle n'avait jamais pardonné à Farr de s'être associé aux Séparatistes au début de la guerre - et fut neutralisée par les droïdes policiers.
  L'issue de toute cette affaire fut de plus très décevante : le sénat vota en faveur de la création de nouvelles troupes clones, mettant ainsi fin aux espoirs de Padmé et ses collègues, qui avaient tant œuvré pendant les derniers mois contre cette mesure.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, Bail et Tan Divo découvrant le corps sans vie de Mee Deechi


4.8 La bataille pour Mon Calamari



  En -20, une délégation de la République composée de Padmé et Anakin fut envoyée sur Mon Calamari pour tenir le rôle de médiateur suite à la mort du roi Yos Kolina : son fils, le prince Lee-Char, était conseillé par le capitaine Gial Ackbar et se trouvait sur le point d'accéder au trône. Mais sur place, sous les eaux calmes en apparence de Mon Calamari, la situation était plus tendue que jamais. En effet, poussés par le général séparatiste Riff Tamson, les Quarrens, représentés par le sénateur Nossor Ri, souhaitaient contester la légitimité de l'héritier Mon Calamari à monter sur le trône. Les discussions n'aboutirent malheureusement pas, et la poursuite des négociations était incertaine. Padmé, Anakin et Ackbar regagnèrent leur croiseur de classe Consulaire à la surface pour informer le Conseil Jedi de la situation. Les Maîtres étaient convaincus que la guerre civile était inévitable : Ahsoka Tano et Kit Fisto allaient arriver avec des renforts. En attendant, les défenses Mon Calamari devaient tenir.

  La bataille commença en effet sous peu, avec les Quarrens et les droïdes Aqua de l'armée séparatiste chargeant les troupes loyales à Lee-Char et Ackbar. La sénatrice, qui n'avait pas pour habitude de rester inactive, dégaina son pistolet blaster et ouvrit le feu. Alors que les combats s'intensifiaient, elle, Anakin, Lee-Char et sa garde rapprochée s'éloignèrent du coeur de la bataille pour contourner les lignes ennemies et surprendre le Karkarodon qui menait les troupes séparatistes. La manœuvre échoua mais les renforts de la République arrivèrent enfin : un destroyer de classe Venator libéra ses canonnières et le commandant Monnk mena ses clones nageurs au combat, repoussant ainsi le premier assaut ennemi.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, Anakin et Ackbar alertant le Conseil Jedi de la situation préoccupante sur Mon Calamari


  La contre-attaque des Séparatistes ne se fit pas attendre : les méduses hydroïdes de Riff Tamson décimèrent les rangs des clones et des Mon Calamari qui furent obligés de battre en retraite et de s'enfoncer dans les profondeurs des océans. Là, les survivants ne purent établir une communication stable avec Coruscant. Ignorant donc s'ils allaient recevoir des renforts, les Républicains et Mon Calamari décidèrent de remonter à la surface pour rejoindre la sécurité de leur croiseur. Cependant, ils furent repérés par les droïdes séparatistes durant l'ascension et le vaisseau fut détruit. Padmé, Anakin, Ahsoka, Kit, Meena Tills, Lee-Char, Ackbar, Monnk et les autres survivants s'accrochèrent alors au débris pour regagner plus rapidement les profondeurs. Ils se séparèrent ensuite en deux groupes, la sénatrice de Naboo demeurant avec son mari, Meena et Ackbar.

  Alors que les Mon Calamari et clones étaient conduits par milliers dans des camps de détention par les Quarrens, Padmé et Anakin espéraient que la République ne les laisserait pas tomber. Anticipant donc sur l'arrivée de renforts, ils décidèrent de s'en prendre aux édifices sur lesquels était installé le réseau de capteurs de la ville. Une fois les Séparatistes rendus aveugles, toute l'armée gungan arriva enfin, donnant un second souffle aux alliés. Toutefois, Riff Tamson révéla les atouts qu'il avait gardés en retrait jusque-là : des vaisseaux de classe Trident, qui décimèrent les rangs des Gungans en créant de monstrueux tourbillons.
  La plupart des Gungans furent neutralisés et arrêtés, et du commando républicain, seule Ahsoka parvint à s'échapper avec Lee-Char. Padmé, Anakin, Kit Fisto et Jar Jar quant à eux furent capturés. La sénatrice était seulement immobilisée, mais devant elle, son mari se faisait torturer par des anguilles électriques, refusant de révéler au Karkarodon où se cachait le prince. Riff Tamson s'en prit alors à Padmé, en fissurant son casque de plongée grâce à ses dents aiguisées de squale. Une fois le général séparatiste reparti, Jar Jar boucha la brèche avec sa salive étanche.

  Le Lee-Char se livra finalement à Riff Tamson dans l'espoir de provoquer une réaction chez Nossor Ri. Le pari était risqué mais fonctionna. Au moment de l'exécution publique du prince, le sénateur quarren le libéra, et ses hommes libérèrent des prisonniers. La situation se renversa en la faveur de l'alliance des clones, Mon Calamari, Gungans et Quarrens. Les droïdes furent progressivement éliminés et Lee-Char lui-même tua Riff Tamson. Le prince fut ensuite couronné dans un climat beaucoup plus apaisé, avec le soutien des Mon Calamari et des Quarrens.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé et Jar Jar prisonniers de Riff Tamson sur Mon Calamari


4.9 Le soulèvement des Gungans



  Après l'arrivée héroïque des Gungans sur Mon Calamari, quelle ne fut pas la surprise pour Padmé d'apprendre que les relations s'étaient brusquement dégradées entre les deux peuples de Naboo : Boss Lyonie prévoyait d'attaquer Theed. Afin d'éclaircir la situation, la sénatrice se rendit sur place avec Anakin Skywalker ; Jar Jar les conduisit jusqu'à Otoh Gunga où ils furent accueillis par Roos Tarpals qui confirma les rumeurs. Les Républicains découvrirent toutefois que Lyonie était possédé par un mystérieux collier que lui avait offert son ministre Rish Loo. Ce dernier était en fait de mèche avec le Comte Dooku pour monter les Gungans contre les Naboos. Quand la supercherie fut dévoilée, Lyonie tenta d'arrêter Loo, qui ne se laissa toutefois pas faire et blessa le Boss. Le traître eut le temps de s'échapper pendant que Padmé et Anakin s'occupaient de droïdes commando BX embusqués.

  Il fallut ensuite trouver une solution dans l'urgence pour arrêter l'armée gungan qui était en marche vers Theed. Padmé convainquit alors Jar Jar de se faire passer pour Lyonie, puisque la ressemblance physique était convaincante. Binks se rendit immédiatement au niveau des troupes, annulant l'ordre de bataille devant un Rish Loo désemparé. Le traître s'échappa aussitôt en speeder et Anakin se lança à sa poursuite.
  Pendant ce temps, alors que Padmé se trouvait à Otoh Gunga,  le général Grievous arriva en barge de débarquement, prêt à renforcer les Gungans de son armée droïde. Mais le cyborg ignorait qu'il n'avait pas en face de lui le véritable Lyonie : en effet, Jar Jar gagnait du temps pour que Padmé puisse mobiliser les troupes gungans afin de le capturer. Et au prix de la vie de Tarpals, Grievous fut neutralisé et appréhendé. Cette victoire fut cependant de courte durée puisqu'Anakin fut lui-même capturé par Dooku, qui se trouvait justement sur Naboo.
  Padmé fut alors contactée par Dooku tandis qu'elle se trouvait aux côtés de Lyonie qui se remettait doucement de ses blessures. Le Comte donna une heure à la sénatrice pour accepter ou non son offre d'échange de prisonniers. Ce fut une décision difficile pour Padmé, qui devait choisir entre son mari ou un avantage stratégique pour la guerre. Son sens du devoir faisait pencher la balance en faveur de la seconde option, mais Jar Jar et Lyonie la convainquirent de libérer Dooku pour sauver Anakin. L'échange se déroula sans encombre. Même si Grievous avait échappé à la République, la paix avait été préservée entre les Gungans et les Naboo.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, Anakin et Jar Jar, prêt à se faire passer pour Lyonie


4.10 Négociations et célébrations



  Avec Mon Mothma et Bail Organa, ses éternels alliés et collègues, Padmé Amidala participa à une réunion en terrain neutre sur Mandalore avec les sénateurs séparatistes Voe Atell, Amita Fonti et Bec Lawise : l'objectif d'une telle réunion - sous la supervision de la Duchesse Satine - était de discuter d'une sortie rapide de la guerre, mais les conditions imposées par les Séparatistes étaient difficilement acceptables, à savoir la reconnaissance par la République de la légitimité d'un gouvernement séparatiste. Les voix commencèrent finalement à s'élever, les désaccords étant trop profonds. Mais soudain, Lux Bonteri fit irruption dans la salle, accusant le Comte Dooku d'avoir assassiné sa mère Mina. Bec Lawise, indigné, fit néanmoins tout son possible pour que les négociations reprennent alors que Lux était emmené à l'extérieur par des droïdes commando. Padmé autorisa Ahsoka, qui l'avait accompagnée, à le suivre.

  Plus tard sur Naboo, Padmé Amidala, le gouverneur Sio Bibble et la reine Neeyutnee accueillirent le Chancelier Suprême Palpatine qui venait célébrer la Fête des Lumières. Cependant, une menace sérieuse pesait sur le Chancelier, qui allait être la victime d'une attaque organisée par des chasseurs de primes recrutés par Moralo Eval, un groupe qu'Obi-Wan Kenobi avait infiltré sous les traits de Rako Hardeen.
  Le piège fut déjoué pendant les célébrations, et Padmé put compter sur Ahsoka qu'Anakin avait mandatée pour la protéger. Les chasseurs de primes Cad Bane et Moralo Eval, mais la véritable menace venait du Comte Dooku, qui se trouvait lui-même sur Naboo. Le plan du Sith échoua néanmoins, Anakin et Obi-Wan parvenant à sauver le Chancelier.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé donnant à Ahsoka l'autorisation de suivre Lux Bonteri


4.11 La défense d'Ahsoka Tano



  Après l'attentat qui avait frappé le temple Jedi de Coruscant en -19, Ahsoka Tano fut accusée d'en être la responsable. En effet, la Padawan se trouvait dans la cellule de Letta Turmond, la principale suspecte, lorsque celle-ci mourut étranglée par un utilisateur de la Force. À l'exception d'Anakin, tous semblaient croire la Togruta coupable au sein de l'Ordre, et Ahsoka se sentait, à juste titre, abandonnée. Néanmoins Padmé ne laissa pas tomber son amie et offrit de la défendre au moment de son procès, pendant qu'Anakin cherchait à retrouver Asajj Ventress dans les bas-fonds de Coruscant, avec qui Ahsoka avait été vue récemment.

  Le jour du procès, Padmé exposa donc les faits, tentant de montrer l'absurdité des accusations qui pesaient sur Ahsoka, qui se trouvait simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Mais en face, Wilhuff Tarkin était plutôt virulent dans ses accusations. Heureusement, Anakin démasqua la véritable coupable à temps, Barriss Offee, ce qui innocenta de fait la Togruta. Mais cette dernière, bouleversée par cette expérience, décida de quitter l'Ordre Jedi.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé annonçant à Ahsoka qu'elle la défendra le jour de son procès


4.12 L'entourloupe du Clan Bancaire



  Suite à des rumeurs faisant état des finances déplorables du Clan Bancaire Intergalactique, Padmé Amidala se rendit sur Scipio avec Teckla Minnau. Elle fut accueillie par Mak Plain, qu'elle avait déjà rencontré à l'occasion du projet de loi sur la dérégulation des banques. Ce dernier la conduisit dans une zone neutre, ce qui était primordial puisque la société finançait à la fois la République et les Séparatistes.
  Padmé rencontra par la suite le Conseil des Cinq et exprima son souhait d'accélérer la procédure de transfert de fonds, qui était inhabituellement longue. Elle se retira néanmoins des négociations quand elle apprit qu'elle devrait travailler avec Rush Clovis - qui représentait le Clan Bancaire - puisque le ressentiment était toujours important depuis qu'il avait trahi la République pour les Séparatistes trois ans plus tôt.

  Néanmoins, Clovis s'introduisit de force chez Padmé à la nuit tombée et lui expliqua que sa vie était en danger, puisqu'il avait découvert un complot fomenté par les Muuns : selon lui, les caisses du Clan Bancaire étaient vides. Un tir provenant d'un sniper isolé manqua de peu l'ancien sénateur de Scipio, prouvant qu'il devait dire la vérité et avoir découvert quelque chose. Padmé décida donc de lui faire confiance.
  Le lendemain, elle annonça au Conseil des Cinq qu'elle était prête à collaborer avec Rush Clovis, à condition qu'elle soit présente durant le transfert de fonds qui se déroulerait à l'intérieur du coffre sécurisé. Une fois à l'intérieur, Padmé profiterait d'une coupure de courant provoquée par Clovis depuis l'extérieur pour télécharger les données confidentielles du Clan Bancaire. Néanmoins, Clovis n'eut pas la permission de se retirer lorsque la sénatrice de Naboo pénétra dans le coffre-fort, et ce fut donc Teckla Minnau qui dut installer les charges explosives sur les générateurs. La Suivante fut cependant abattue par Embo peu avant l'explosion.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, contrainte de travailler de nouveau avec Rush Clovis sur Scipio


  De retour à l'appartement de Clovis, Padmé et son collègue obtinrent la preuve, grâce aux données téléchargées pendant la coupure de courant, que les coffres du Clan Bancaire étaient vides. Toutefois, la sénatrice fut arrêtée par Nix Card et des gardes muuns pour espionnage. Heureusement, Clovis parvint à dissimuler les données.
  Anakin Skywalker arriva peu de temps après pour faire sortir Padmé de prison, mais il était furieux - et jaloux - d'apprendre qu'elle s'était de nouveau associée  Clovis. La sénatrice, pour le calmer, l'enjoignit à la suivre jusqu'aux appartements du concerné puisqu'il avait conservé les données. Quand Padmé calma enfin les deux hommes qui se hurlaient ridiculement dessus, tous les trois échappèrent à Embo et son anooba au terme d'une course poursuite à flanc de montagne enneigée. Padmé, Anakin et Clovis quittèrent immédiatement Scipio à bord d'une navette T-6 avec les données incriminant le Conseil des Cinq et le Clan Bancaire.

  Sur Coruscant, Padmé et Clovis furent escortés jusqu'au bureau du Chancelier Suprême où se trouvaient déjà Bail Organa et de nombreux Maître Jedi. La sénatrice était bien la seule à faire confiance à Clovis, et devant l'enjeu de la mission, Palpatine demanda à ce que Padmé poursuive son enquête avec l'ancien sénateur de Scipio. Les données qu'elle et Clovis avaient récupérées montraient que le Clan Bancaire ne faisait pas payer d'intérêts aux Séparatistes depuis des années, et déplaçaient des petites sommes vers des comptes secrets, dont il fallait encore prouver l'existence.
  Une nouvelle dispute éclata entre Padmé et Anakin, qui ne supportait pas que sa femme soit en compagnie d'un traître. Le Chevalier Jedi avait visiblement du mal à faire le tri dans ses sentiments, et ne réalisait pas qu'il s'agissait d'un travail pour Padmé, non d'une partie de plaisir. Mais quand le soir venu, Clovis tenta d'embrasser la sénatrice après une longue journée de travail et qu'Anakin fit irruption dans ses appartements, le Chevalier Jedi le frappa violemment à plusieurs reprises.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, après une nouvelle dispute avec son mari


  Quand Typho arriva, alerté par le bruit, Clovis mentit et expliqua qu'un malandrin avait fait irruption dans l'appartement avant d'être chassé par Anakin. Padmé retrouva un peu plus tard son mari, et lui avoua qu'il l'effrayait : ce n'était pas la première fois qu'il perdait le contrôle, elle avait besoin de temps pour réfléchir. Plus tard, remis de ses blessures, Clovis retourna voir Padmé avec la preuve de l'existence des comptes cachés du Conseil des Cinq en mains. La sénatrice se demanda comment il avait fait, mais l'intéressé demeura énigmatique. Avec le soutien de Palpatine, Clovis fut élu nouveau leader du Clan Bancaire Intergalactique après avoir promis de mettre fin à la corruption. Il avait toutefois caché avoir reçu les preuves de la main du Comte Dooku, qui s'était par ailleurs engagé à payer les intérêts dus par les Séparatistes.

  Padmé se rendit par la suite sur Scipio pour représenter la République, et retrouva Bec Lawise de l'Alliance Séparatiste : ils assistèrent à l'arrestation du Conseil des Cinq et la passation de pouvoir qui plaça officiellement Rush Clovis à la tête des banques. Mais peu de temps après sa nomination, le leader du Clan Bancaire annonça à Padmé et Bec que les taux allaient augmenter uniquement pour la République. Abasourdie, la sénatrice n'eut le droit à aucune explication. Mais de temps après cette terrible décision qui secoua la rotonde du sénat, une flotte séparatiste prit le contrôle de Scipio. Padmé, qui avait été alertée de la situation par le commandant Thorn, prévint aussitôt le bureau du Chancelier de l'invasion en cours avant d'être elle-même arrêtée par des droïdes commando.
  Elle ne fut pas surprise de découvrir que le Comte Dooku était derrière tout cela et faisait chanter Clovis. Saisissant sa chance, elle s'empara de son blaster, mais le Sith usa de la Force et la fit tuer Bec Lawise. Quelques instants plus tard, la flotte de la République arriva pour libérer Scipio, et l'armada séparatiste disparut dans le même temps. Padmé savait que Clovis avait été manipulé, mais lui reprocha tout de même sa naïveté d'avoir accepté l'aide de Dooku. Quand Anakin arriva dans le bureau, le traître paniqua et prit Padmé en otage. Mais une explosion les fit tous les deux chuter dans le vide ; pour que Padmé soit sauvée, Clovis lâcha le bras d'Anakin qui l'avait rattrapé et fit une chute mortelle.
  Lors de la session extraordinaire du Sénat qui suivit, le Chancelier Palpatine annonça que les banques passaient sous le contrôle de la République pour mettre fin à la corruption. La ferveur des sénateurs devant une telle prise de pouvoir mit Padmé mal à l'aise.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala et Bew Lawise prêts à assister à la passation de pouvoir sur Scipio


4.13 Enquête sur Batuu et Mokivj



  Toujours en -19, Padmé fut contactée par Duja, l'une de ses Suivantes, qui l'informa d'une découverte inquiétante sur Batuu aux confins de l'Espace Sauvage. Sans nouvelle de Duja, Padmé se rendit seule sur place contre l'avis d'Anakin, qui s'inquiétait déjà avant même qu'elle ne parte.
  À l'avant-poste de Black Spire, la sénatrice avait découvert le corps sans vie de Duja, assassinée probablement à cause de ses découvertes. En effet, la Suivante avait démasqué un réseau d'approvisionnement des Séparatistes, qui acheminaient des minerais depuis Batuu jusqu'à leur usine secrète sur Mokivj. Padmé utilisa le vaisseau de Duja pour se rendre sur place, mais celui-ci fut abattu par un droïde Vautour. La sénatrice dut s'éjecter en capsule de sauvetage et atterrit dans un fleuve, dont elle fut sauvée par trois ouvriers locaux, dont un certain LebJau. Elle se fit alors passer pour une riche commerçante de Coruscant et promit de l'argent aux trois ouvriers s'ils l'aidaient, argent que son oncle "Anakin" devait lui amener bientôt ici-même.

  Grâce à LebJau, Padmé put ainsi pénétrer dans l'usine de droïdes par une mine de cortosis. Le Duc Solha de Serenno, qui supervisait le bon fonctionnement de l'usine pour le Comte Dooku, fabriquait des supers droïdes de combat B2 avec un revêtement résistant au sabre laser. Grâce à ses alliés ouvriers, Padmé put se procurer un bracelet électronique ouvrant les différents sas du complexe. Elle retrouva ainsi Anakin et Thrawn, qui étaient tous les deux venus à son secours.
  Pendant qu'Anakin se dirigeait vers les lignes de montage des droïdes en cortosis, Padmé et Thrawn découvrirent que des armures de clone en cortosis étaient également fabriquées, probablement car les Séparatistes projetaient d'infiltrer la Grande Armée de la République. Le Chiss prétexta alors une mission plus urgente et abandonna Padmé, qui en fut abasourdie. Cela ne l'empêcha pas d'arrêter seule le Duc Solha. Anakin décida ensuite de faire exploser toute l'usine, ce à quoi Padmé était opposée, puisqu'elle était convaincue qu'en modifiant la chaîne de montage, les Séparatistes pourraient gaspiller leurs ressources en cortosis en fabriquant des droïdes défectueux. Le Chevalier Jedi eut tout de même le dernier mot.
  Padmé, Anakin et LebJau quittèrent ainsi Mokivj et firent exploser la mine de cortosis à distance, ce qui provoqua une terrible réaction en chaînes : des torrents de lave remontèrent à la surface et brulèrent tous les champs bordant l'usine. Padmé se sentait terriblement coupable de cette tragédie, d'autant plus avec LebJau à ses côtés.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé Amidala sur Batuu.
Illustration pour Thrawn - Alliances


5. La chute de la République


5.1 Un couple en péril



"Ainsi s'éteint la liberté : sous une pluie d'applaudissements."
Padmé à Bail Organa lors du discours du futur Empereur Palpatine


  Padmé découvrit qu'elle était enceinte dans la dernière année du conflit galactique, en -19. Alors qu'Anakin se trouvait sur Anaxes, livrant bataille à l'amiral Trench, elle le contacta toutefois sans lui révéler. Anakin lui fit part de son inquiétude vis à vis de Rex, qui ne se sentait pas très bien depuis quelque temps.
  Plus tard, après la bataille de Coruscant et la libération du Chancelier Palpatine des mains de Grievous et Dooku, Padmé retrouva enfin Anakin après avoir été séparée de lui pendant des mois. Elle avait été terriblement inquiète car la bataille au-dessus d'eux faisait toujours rage ; une fois calmée, la sénatrice révéla à son mari qu'elle était enceinte, appréhendant toutefois sa réaction. Mais le Chevalier Jedi fut transporté de bonheur et promit qu'ils allaient s'en sortir, ce qui rassura aussitôt Padmé.

  En harmonie, le couple partagea alors l'un de ces moments privilégiés à deux, qui avaient été bien trop rares depuis près de quatre ans. Padmé fit part à son mari de sa volonté de retourner sur Naboo pour élever leur enfant, qui y serait en sécurité et enveloppé d'amour. Mais la quiétude ne devait pas durer longtemps puisque Anakin était de nouveau assailli de cauchemars, comme il l'avait été pour sa mère, mais cette fois concernant Padmé qui mourait en couche.
  À cette menace invisible s'ajoutaient les préoccupations plus pratiques de Padmé, qui savait que la reine n'accepterait pas qu'elle reste au Sénat avec un enfant, et le Conseil Jedi exclurait probablement Anakin de l'Ordre : leurs vies allaient changer, et la sénatrice proposa à son mari qu'ils sollicitent l'aide d'Obi-Wan, mais Anakin refusa. Ils n'avaient pas besoin de lui, leur enfant était une bénédiction.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé partageant un moment de joie avec son mari après l'annonce de sa grossesse


  Le temps passant, un malaise grandissant s'emparait du Chevalier Jedi, qui nourrissait une amertume profonde vis à vis de son Ordre qui ne le reconnaissait pas à sa juste valeur, et vis à vis des politiciens en général, qu'il blâmait pour les risques qu'avaient pu prendre Padmé pendant la guerre. La sénatrice sentait son mari se refermer sur lui-même et ignorait qu'il se retrouvait dans une position inconfortable. En effet, a la demande du Chancelier, Anakin siégeait désormais au Conseil, mais pas au rang de maître, ce qu'il percevait comme une insulte plutôt qu'un honneur. Par ailleurs, la raison de sa nomination était son amitié avec Palpatine, que les Maîtres voulaient qu'il utilise pour le surveiller. Padmé savait elle aussi son mari proche du Chancelier, et souhaitait qu'il mette à profit cette amitié pour inciter Palpatine à tendre vers davantage de négociations dans cette guerre interminable.

  Les semaines passant, le ventre de Padmé s'arrondissait et Obi-Wan était venu lui rendre une petite visite pour prendre de ses nouvelles, mais aussi parce qu'il s'inquiétait pour Anakin, qui semblait préoccupé. Un peu plus tard ce jour-là, la sénatrice se rendit en effet compte à quel point son mari était perdu, déçu du Jedi qu'il était devenu. Il affirma cependant avoir trouvé un moyen de protéger Padmé, ce qui ne rassura pas tout à fait cette dernière qui sentait son mari s'éloigner d'elle chaque jour un peu plus.
  L'inquiétude de Padmé grimpa en flèche après la défaite de Grievous sur Utapau lorsque depuis son appartement elle aperçut un nuage de fumée s'élever du temple Jedi.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé rassurant son mari exprimant ses doutes quant aux intentions du Conseil Jedi


5.2 La fin des Jedi



"- Anakin, j'ai jamais été aussi malheureuse. Tu t'engages sur une voie dans laquelle je ne peux pas te suivre.
- À cause d'Obi-Wan ?
- Non. À cause de ce que tu as fait, et de ce que tu as l'intention de faire.
"
Padmé à Anakin avant qu'il ne l'étrangle


  Anakin revint enfin dans les appartements de Padmé et lui expliqua que les Jedi avaient tenté de renverser le Chancelier. La sénatrice n'en croyait pas ses oreilles et était terrifiée à l'idée de ce que l'avenir leur réservait. De nombreux Jedi avaient déjà perdu la vie, et Anakin ignorait ce qu'il en était de son maître. Il assura à Padmé qu'il demeurerait fidèle à la République et repartit aussitôt pour Mustafar où le Conseil Séparatiste s'était réuni, afin de mettre fin à la guerre.

  Padmé assista ensuite, aux côtés de Bail Organa, au discours de Palpatine dans la rotonde du sénat, qui révéla que la rébellion des Jedi avait été matée, et que les derniers membres de cet Ordre allaient être traqués. De plus, le Chancelier Suprême annonça que pour assurer la sécurité, la République allait être réorganisée en Empire Galactique. Padmé fut effarée qu'une salve d'applaudissements accueille cette annonce de privation des libertés individuelles.
  Plus tard, elle eut la surprise de recevoir la visite d'Obi-Wan Kenobi. Malgré les déclarations de Palpatine, elle faisait confiance au Maître Jedi qui avait toujours veillé sur elle et dont elle connaissait les convictions. Ses révélations lui firent cependant l'effet d'un coup de poignard dans le ventre : Anakin avait sombré du Côté Obscur de la Force, trompé, comme tous les Jedi, par le Chancelier, qui était en réalité un Seigneur Sith. Une nouvelle fois, la sénatrice avait du mal à croire ce qu'elle entendait, mais Obi-Wan n'avait aucune raison de mentir : elle refusa cependant de révéler au Maître Jedi où son mari se trouvait, craignant qu'il le tue, et pensant par ailleurs pouvoir de son côté arranger la situation. Elle embarqua alors aussitôt dans son esquif stellaire avec C-3PO, refusant que Gregar Typho l'accompagne, pour se rendre sur Mustafar. Elle ignorait alors qu'Obi-Wan avait secrètement embarqué à bord du vaisseau.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, apprenant la vérité sur Anakin de la bouche d'Obi-Wan Kenobi


  Mais ce que Padmé découvrit sur la planète volcanique n'apaisa pas ses craintes, au contraire. Elle répéta à son mari ce qu'Obi-Wan lui avait dit, et Anakin rétorqua que son Maître tentait de la monter contre lui. Padmé insista de nouveau, priant son mari d'abandonner ce qu'il avait entrepris, de partir loin d'ici avec elle, lui assurant qu'Obi-Wan ne voulait que les aider. Mais le Jedi répondit simplement qu'avec ses nouveaux pouvoirs, il pourrait la protéger de ses cauchemars. Ils n'avaient plus besoin de se cacher désormais, et bientôt, Anakin affirma qu'il serait assez puissant pour prendre la place du Chancelier. Ils pourraient régner à deux sur une galaxie qu'ils façonneraient à leur image.
  Padmé ne reconnut plus son mari à cet instant, et en fut profondément attristée. Son plus grand amour avait bel et bien sombré du Côté Obscur et marchait sur une voie sur laquelle elle ne pouvait le suivre. Quand Obi-Wan apparut dans le vaisseau, Anakin crut que sa femme l'avait trahie et l'avait conduit à lui pour le tuer. De rage, il l'étrangla, et quand il relâcha sa prise, Padmé avait perdu connaissance.

  Quand elle revint à elle, Padmé se trouvait sur Polis Massa dans un état critique. Non pas que ses blessures étaient graves, puisqu'elle s'en était remise, mais elle avait abandonné toute volonté de vivre. Sur conseil du droïde médical GH-7, il fallait la faire accoucher des jumeaux avant qu'il ne soit trop tard, ce que Bail Organa, Yoda et Obi-Wan Kenobi approuvèrent.

Padmé Amidala Naberrie

Padmé, accouchant de Luke et Leia sur Polis Massa


  Padmé nomma Luke en premier puis Leia. Dans un dernier souffle, elle déclara à Obi-Wan, qui avait été à ses côtés durant tout le travail, qu'il y avait encore du bon en Anakin. Avec le trépas de Padmé, les enfants étaient menacés, aussi les Jedi décidèrent-ils de les séparer. La petite Leia irait sur Alderaan, où Bail et sa femme l'élèveraient comme leur propre fille. Quant à Luke, il retournerait dans sa famille sur Tatooine, chez les Lars.

  Les funérailles de Padmé Amidala Naberrie, reine puis sénatrice de Naboo, eurent lieu sur son monde natal, où une gigantesque foule s'était rassemblée à l'occasion de la veillée funèbre. Les parents Ruwee et Jobal marchaient à côté du cercueil, où leur fille reposait en paix parmi une nuée de fleurs blanches, tenant dans ses mains le bijou autrefois offert par Anakin. Aux yeux du peuple de Naboo, leur bien-aimée Padmé était toujours enceinte. Commodex Tahn, qui s'était trouvé en charge des funérailles, avait en effet veillé à ce que le secret de l'ancienne reine, pour laquelle il avait un profond respect, soit protégé.
  Quant à Anakin Skywalker, désormais Dark Vador, son Maître Dark Sidious l'avait sauvé de Mustafar où il avait été vaincu par Obi-Wan. L'Empereur déclara cependant à son disciple, afin de resserrer son contrôle sur lui, que dans sa colère il avait tué celle pour qui il avait tout sacrifié. De son côté, Sabé forma les Amidaliens, un groupe de personnes loyales à Padmé qui n'auraient de cesse d'élucider les circonstances de sa mort.

  Dans les années qui suivirent, Dark Vador, plus seul que jamais, tenta à plusieurs reprises de ramener Padmé Amidala à la vie, en utilisant par exemple le nexus de Force de Mustafar sur lequel il avait bâti sa forteresse par Momin en -12. L'entreprise échoua cependant.
  Il fallut attendre +28, bien des années après la défaite de l'Empereur à la bataille d'Endor, pour que l'identité des parents biologiques de Leia Organa, alors sénatrice de la Nouvelle République, soit découverte par Carise Sindian puis révélée au grand jour par Ransolm Casterfo.

Padmé Amidala Naberrie

Les funérailles de Padmé Amidala Naberrie





Vous avez apprécié cette information ? Partagez-là sur vos réseaux sociaux favoris !


Informations encyclopédiques
Padmé Amidala Naberrie
Nom
Padmé Amidala Naberrie
Espèce
Date de naissance
-46
Lieu de naissance
Date de décès
-19
Lieu de décès
Taille
1,65 m
Fonctions
- Conseillère sénatoriale
- Reine de Naboo
- Sénatrice
Armes
Vaisseau
Affiliation
Interprété par
Natalie Portman (Prélogie) ; Catherine Taber (The Clone Wars)

Informations administratives
Auteur principal

Date de création
29/12/2020

Date de modification
24/03/2021

Nombre de lectures
9


Note de la fiche
5 membres ont noté la fiche "Padmé Amidala Naberrie" 5 sur 5

Noter cette fiche.

Sources

Langue française
La fiche a été validée par nos correcteurs.

Espace publicitaire

Continuité Star Wars et ligne éditoriale HoloNet

Il existe dans Star Wars plusieurs continuités indépendantes les unes des autres, impliquant des histoires parallèles pour certains personnages, ou autres éléments (époques, planètes, vaisseaux, etc.).

Star Wars HoloNet distingue quatre types de continuités : Legends, Canon, The Star Wars, Infinities ; et les informations hors Continuité.

Cliquez ici pour consulter notre article détaillé sur les continuités et notre manière de les appréhender sur l'encyclopédie.