Star Wars Visions | L'avis de la rédaction

News écrite par le 26/12/2021 à 09h08 (lue 6 912 fois)

Ah! Vous pensiez que nous avions oublié de vous partager notre avis sur Star Wars : Visions, la série d'anthologie et d'animation parue sur Disney+ en septembre dernier ?

Que nenni ! Nous avons précisément attendu le weekend de Noël pour vous faire partager nos impressions à froid de la série ! Mais si, juré, c'était planifié depuis le début ! :D

Bref, alors que la série sur Boba Fett est sur le point de débarquer à son tour sur la plateforme de Disney, laissez-vous replonger dans l'ivresse créative de Star Wars : Visions !

Et n'hésitez pas non plus, bien entendu, à nous livrer vos propres ressentis sur cette série ! ;)

 

 

L'avis de Kir Kanos

Dire que j'attendais Star Wars: Visions de pied ferme est un euphémisme (les copains-copines de l'équipe peuvent en témoigner) même si depuis un certain Épisode IX, je me méfis de toi Star Wars. Et la suite des productions télévisuelles n'a pas été pour me rassurer, aussi oui je me suis enthousiasmé aux premières images de Visions et oui je ne m'attendais pas à ce que tout soit au même niveau, tant d'un point de vue visuel que narratif.

Mais commençons par ce qui marque dès le départ quand on parle de série animée, le visuel. Et force est de constater que l'on a majoritairement été gâté avec la série.

Tous les épisodes sont très marqués et entre le côté sec du Duel, les couleurs de La Mariée du Village, le grandiloquent des Jumeaux ou encore l'hommage à Tezuka de T0-B1, il y en a pour tous les goûts. On trouvera donc forcément un style qui va nous parler plus que d'autre moins. Et comme, on est purement dans la sensibilité propre à chacun, il n'est normale que tout le monde n'ait pas les mêmes affinités.

De plus, libéré du tout carcan de continuité, les studios se sont permis quelques libertés rafraichissantes que ce soit dans le design de personnages (mention spéciale au droïde fumant du Neuvième Jedi et au groupe de rock de Tatooïne Rhapsody), des armes (merci Le Duel d'ajouter autre chose que des sabres laser) ou de l'univers (l'idée des cannes à pêche pour récupérer les astéroïdes dans Le Neuvième Jedi est très cool au possible). Et franchement s'insurger sur le trop plein japonisant de la série, c'est oublier d'où vient une partie de Star Wars

Toutefois, tout n'est pas rouge rose au pays de Visions, et pour ma part la limite de l'exercice provient de la redondance dans les thèmes abordés. En effet passé le visionnage des 4 premiers épisodes (sur 9) on a une impression de redite entre les épisodes (lutte fratricide, destruction de l'environnement, combat avec sabre-laser etc.), avec pour certains pas ou peu d'apport particulier dans leur propos (oui je pense à toi L'Ancien, qui loupe le coche avec le padawan). Où sont les combats spatiaux et autre joyeuseté ? Et série, peux-tu réussir à faire un épisode sans Jedi ? Néanmoins, même s'il y a des redites dans les thèmes le charme opère la plupart du temps et on se rêve à imaginer voir la suite de certains épisodes.

Vous l'aurez compris je n'ai pas boudé mon plaisir à voir ces épisodes et oui tous les épisodes ne se valent pas, mais j'ai personnellement eu 2 coups de coeur : l'un La Mariée du Village et l'autre pour Akakiri.

 

 

L'avis de Dark Sekot

Star Wars: Visions était l'un des projets les plus prometteurs des dernières années, si ce n'est LE plus prometteur sur le plan audiovisuel (à mon avis). Alors, Visions lumineuses ou sombres ?

Premièrement, j'ai adhéré au concept, cette idée de revisiter l'univers tout en conservant ses codes essentiels qui n'a pas été sans me rappeler la série What If de Marvel Studios. Cependant, on est davantage sur une succession de court-métrages que sur une série, ce qui ne me dérange absolument pas, mais mérite d'être souligné pour celui qui hésiterait à se lancer dans l'aventure.

Deuxièmement, l'exercice m'a semblé globalement réussi. L'esthétique est unique à chaque épisode, avec une animation fluide et moderne dans l'ensemble même si certains graphismes m'ont piqué les yeux (Akakiri, je pense très fort à toi). La majorité des histoires impliquent des Jedi contre des Sith, je déplore le manque d'originalité de ce point de vue. Les contrebandiers, les pilotes de X-Wing ou de podracers, la révolution droïde ne semblent pas inspirer les studios nippons, à moins que la consigne ait été plus restrictive qu'annoncé. Toutefois, manque de diversité n'est pas synonyme de manque d'originalité et, sur cet aspect, on a été servi généreusement.

Un Padawan qui se cache dans un groupe de rock (Tatooine Rhapsody, dont la chanson est catastrophique en VF), un lapin à l'âme Jedi (Lop & Ocho), Astroboy (pardon, TO-B1), Dark Luke et Dark Leia (Les Jumeaux), une galaxie où les Jedi ont été quasiment éradiqués (Le Neuvième Jedi, ma pépite d'histoire en 15min), un monde poétique et sombre (La Mariée du village), plusieurs esquissent un univers radicalement repensé et qui donne envie de le découvrir. D'autres ont des approches plus classiques (Le Duel, L'Ancien, Akakiri) qui auraient amplement leur place dans l'univers Canon.

Au final, les coups de coeur (La Mariée du village, Le Neuvième Jedi, Lop & Ocho) l'emportent très largement sur les déceptions (TO-B1, Les Jumeaux et Akakiri). Une bien belle vision en somme, dont je serais ravi de profiter pour une seconde édition.

 

 

L'avis de Korriban_sith

J'ai beaucoup aimé certains épisodes qui se démarquaient de par leur originalité autant dans l'histoire que dans le visuel.

En particulier l'épisode Le Duel, qui mélange bien le style graphique du « Japon médiéval » et les codes visuels de Star Wars. Le mélange des genres est très intéressant et rappelle fortement l'influence de Akira Kurosawa chez George Lucas, que l'on retrouve dans le travail des concepts-art de Ralph McQuarrie. Par ailleurs, l'utilisation du noir et blanc avec juste quelques touches de couleurs me rappelle beaucoup les travaux des planches préparatoires de Raffaele Lenco pour les comics Star Wars.

D'autres épisodes se démarquent encore par l'originalité de l'histoire et la liberté scénaristique que peut offrir le « Hors Continuité », tels que Le Neuvième Jedi ou La Mariée du Village, ou encore Lop & Ochō qui offre une histoire avec un background travaillé, un côté mystique en accord avec les Jedi, et un mélange des genres très travaillé où l'on retrouve également beaucoup d'influences japonaises.

 

 

L'avis de Jek Vengelis

Star Wars: Visions est un peu une anomalie dans le paysage des productions Star Wars. Elle se veut hors-continuité et ne ressemble à rien de ce qui a été fait jusqu'à présent. Sur le papier, l'idée est brillante : demander à des studios d'animation japonais de réaliser du contenu Star Wars, en leur laissant un maximum de liberté créative. Mais qu'en est-il dans les faits ?

Eh bien, c'est plutôt pas mal du tout, c'est le moins qu'on puisse dire. Alors certes, il est vrai que tous les épisodes ne se valent pas. Tandis que certaines histoires comme Le Duel ou Le Neuvième Jedi me donnent extrêmement envie d'avoir une suite, d'autres comme T0-B1 ou Tatooine Rhapsody m'ont moins séduit.

Mais gardez à l'esprit que tous ces épisodes sont radicalement différents les uns des autres, et qu'il s'en dégage une grande diversité et beaucoup d'originalité. Indépendamment de si on les aime ou non, tous ces courts-métrages découlent de vrais choix artistiques complètement assumés par la réalisation, que ce soit le côté enfantin de T0-B1 ou bien l'aspect what the fuck?! des Jumeaux.

En résumé, Star Wars: Visions est vraiment un beau projet selon moi et je trouve ça très rafraîchissant pour Star Wars. L'animation japonaise est fidèle à sa réputation et enrichit pleinement l'univers de cette galaxie très lointaine. On ne peut qu'espérer la venue d'une saison 2. Si vous avez Disney+, allez faire un tour par les bonus pour regarder les interviews des réalisateurs de chaque court-métrage. Et évidemment, je ne peux que conseiller de regarder les épisodes en japonais, l'effet immersif est garanti !

Retrouvez plus d'actus Star Wars :



Partager cet article