Andor | L'avis de la rédaction

News écrite par le 10/12/2022 à 17h42 (lue 21 747 fois)

Le souffle hebdomadaire insufflé par la série Andor est retombé il y a déjà une poignée de semaines. Il est ainsi temps pour l'équipe StarWars HoloNet de vous partager ses impressions sur cette belle aventure qui, pour la première fois depuis le début des productions Star Wars concoctées pour Disney, semble avoir laissé une impression à peu près unanimement positive au sein de la rédaction. Du moins chez celles et ceux qui se sont laissé tenter par la série !

 

 

L'avis de Dark Sekot

Je ne vais pas faire trainer le suspense : j'ai aimé. Beaucoup.

Andor me semblait être la meilleure idée parmi la pléthore de projets sériesques de Lucasfilm. Son personnage principal est l'une des raisons majeures qui font mon affection pour Rogue One, son discours sur ses actions immorales pour une cause morale et sa nature fondamentalement normale, humaine représentent tout ce qui m'a fait accrocher à l'univers le jour où j'ai découvert les romans Star Wars. Alors, j'avais forcément de grandes attentes.

Cette saison 1 ne m'a pas offert l'histoire que j'attendais, tout en me proposant tout ce que j'en espérais. Sans entrer dans le spoiler, on y perd très vite le manichéisme facile de l'opposition Empire/Rébellion. On y découvre la face « humaine » de la domination impériale : la justice expéditive d'un régime autoritaire, les impacts directs et indirects de l'Empire sur sa population, ceux qui y adhèrent par soif de pouvoir, par conviction, par idéal de justice, et tous ceux qui s'y opposent parce qu'ils en ont souffert ou en raison, en fin de compte, d'idéaux similaires. Et on voit tout ce que chacun est prêt à accomplir au nom de ses convictions, de ceux qui cherchent à s'y soustraire à ceux qui sacrifient une part d'eux-mêmes dans l'aventure.

Il est fascinant de voir les coulisses, finalement très normales, du redouté BSI, la soif de justice de Syril Karn s'opposer à la vengeance de Cassian Andor, de voir les objectifs de Dedra Meero et de Luthen Rael (personnages fabuleux) s'opposer frontalement tout en se nourrissant mutuellement des actions de l'autre, de voir les convictions se confronter à la réalité, qu'il s'agisse de Kino Loy ou Mon Mothma. On assiste à de véritables cultures, ancrées chez les personnages, de Ferrix à Chandrila en passant par Narkina 5 et Aldhani. En bref, on est débarqué dans un univers cohérent aux protagonistes cohérents, subtils et changeants.

Pour compléter, il y a les qualités propres à la série qu'on ne retrouve pas (à mon avis) dans les autres séries live-action Star Wars jusqu'à présent :

  • Une intrigue mesurée, dosée, pensée avec un cap réel et que l'on sait existant même si on attend (avec impatience) d'en connaitre le cheminement.
  • Des personnages secondaires soignés et nuancés qui complètent l'environnement du personnage principal sans l'éclipser (oui, The Mandalorian, je te juge très fort en pensant à tes guests Ahsoka ou Bo-Katan).
  • Une interprétation irréprochable de l'ensemble du casting, où les incroyables Stellan Skaarsgard et Andy Serkis se voient en présence d'une équipe qui les met en valeur sans les isoler.
  • Des sous-intrigues complètes et complétées, à l'exception (bien sûr) de celles vouées à servir en saison 2, avec une progression de tous leurs participants.

En bref, j'ai aimé cette série comme aucune autre série Star Wars depuis les saisons 3 et 4 de Rebels, et je suis impatient de découvrir la saison 2. Il y a, évidemment, quelques défauts, mais aucun qui m'aient gâché mon plaisir, et je vais garder longtemps en tête certaines scènes ou certains personnages.

 

 

L'avis de Raventorn

Andor, je n'en attendais rien, et cette série s'est révélée être la meilleure production Star Wars depuis Rogue One. Exit la Force, les Jedi et les Sith - ce n'est pas indispensable pour faire du Star Wars ! - et immersion complète dans la vie d'individus oppressés par l'Empire qui décident d'agir à leur échelle. Les références aux films et séries Star Wars sont nombreuses : le Bureau de la Sécurité Impériale, le Sénat de Coruscant, Wullf Yularen, Saw Gerrera, Melshi (un membre du commando Rogue One), et pour les plus assidus, un grand nombre de vaisseaux et d'objets emblématiques de la saga dans la boutique de Luthen Rael.

L'intrigue est extrêmement bien ficelée sur douze épisodes, la tension monte progressivement, et tous les nouveaux personnages sont introduits intelligemment. C'est une série qui prend le temps de développer ses protagonistes et ses personnages secondaires : plusieurs voient dans ce rythme "lent" un défaut, personnellement j'y vois un moyen de faire monter la pression, d'introduire tous les aspects de l'intrigue, toutes les parties impliquées, et de bien faire comprendre les enjeux.

Le casting est impressionnant de talent, le jeu des acteurs est incroyable. Loin des banalités échangées dans certains films, les discours sont marquants et poignants, à l'image de Luthen Rael s'adressant à Cassian après leur rencontre, puis à l'agent infiltré du BSI Lonni Jung, et bien sûr le discours posthume de Maarva Andor. Parmi les acteurs, certains sortent du lot : j'ai déjà évoqué Stellan Skarsgard (Luthen Rael), mais la performance de Genevieve O'Reilly (Mon Mothma) est également remarquable : elle n'a pas tant de temps que cela à l'écran, mais le poids des sacrifices auxquels elle doit consentir pèsent à chaque fois un peu plus sur son visage. Mention spéciale aussi à Andy Serkis (Kino Loy), le superviseur révolté de la prison de Narkina 5, qui donne tout pour porter la révolte, alors qu'il sait qu'il ne pourra pas s'échapper. Et bien sûr Diego Luna (Cassian Andor), qui est très convainquant tout du long.

Enfin, un aspect très important pour une production Star Wars, la musique ! Félicitations à Nicholas Britell qui a su proposer une création originale, et très réussie à mon avis. Les passages liés à Mon Mothma sont lourds d'émotions, et il arriverait presque à nous faire pleurer en regardant B2EMO. La musique interprétée par la procession funèbre sur Ferrix à la fin est tout simplement extraordinaire.En conclusion, c'est une série 100% réussie pour moi. Pas une seule fausse note. Je n'ai jamais eu autant hâte de voir l'épisode suivant qu'avec Andor, alors vivement la saison 2 ! (et oui, j'aime beaucoup The Mandalorian aussi, mais on partait d'une saison 1 plutôt moyenne, on a eu une saison 2 bien meilleure, donc j'ai beaucoup d'attente pour la saison 3 en mars prochain !)

 

 

L'avis de Jek Vengelis

On retrouve Diego Luna pour reprendre son rôle de Cassian Andor, 6 ans après Rogue One. Sur le coup, j'étais sceptique : que pouvait raconter une série préquel d'un film préquel faisant lui-même suite à une trilogie de préquels ?

Heureusement, Andor vient largement dépasser en qualité Kenobi, qui était pour le moment ma série Star Wars préférée.

Du bon jeu d'acteurs, un scénario satisfaisant, enfin d'autres planètes que Tatooine, dont de jolis plans de Coruscant et un passage en prison qui fait référence à THX 1138 (le premier film de George Lucas). Niveau casting, ça envoie du lourd avec notamment Stellan Skarsgård et Andy Serkis (qui, cette fois, a l'opportunité de déployer une meilleure performance pour l'univers Star Wars qu'en Snoke).

Bon, la série n'est pas sans défaut : les musiques ne sont pas aussi marquantes que les compositions de Ludwig Göransson pour The Mandalorian et The Book of Boba Fett, mais c'est mineur. Plus gênant, le personnage de Syril m'a paru inutile au-delà de l'épisode 2, ce qui est dommage, car les autres personnages secondaires sont plutôt bien traités. Mais surtout, cette série manque cruellement d'aliens. Ça n'a l'air de rien, mais c'est une partie intégrante de l'appréciation visuelle de Star Wars, et voir 98% d'humains à l'écran génère chez moi un manque.

Mais, au moins, la série raconte quelque chose. Ça peut paraître stupide dit comme ça, mais les dernières parutions Star Wars sur Disney+ avaient tendance à manquer d'enjeu. Là, on a affaire à une série qui s'intéresse aux prémices de la Rébellion en développant la même ambiance que Rogue One : on n'hésite pas à montrer des morts à l'écran et à tuer les persos tertiaires, on a affaire à un panel de personnages ambigus moralement et la série vient même trancher avec la règle « pas de vulgarité » de Star Wars (qui d'habitude emploie « dank farrik » ou « karabast »).

Et encore mieux, Andor étale un propos, que l'on peut parfaitement illustrer par cette phrase de Valkorion : « Un homme peut avoir tout ce qu'il veut s'il est prêt à faire des sacrifices. » : Pour gérer ses financements, Mon Mothma arrange un mariage avec sa fille, Luthen laisse une équipe rebelle foncer dans un piège pour ne pas trahir son informateur au BSI, Andor abandonne derrière lui ses amis pour se lancer dans la Rébellion... la série est jalonnée par des abandons personnels de protagonistes luttant pour une cause qui les dépasse. Aucun doute, Machiavel aurait adoré la série, lui pour qui « la fin justifie les moyens. »

 

 

L'avis de Korriban_sith

J'ai adoré regarder cette série, qui s'ancre parfaitement dans l'arc de Rogue One, malgré des débuts qui se placent difficilement dans l'univers Star Wars selon la majorité du fandom, même si pour moi qui suis un véritable fan de petits éléments techniques comme les holocrons présents dans la galerie de Luthen ou la référence aux Rakata, j'étais déjà en plein dedans !

Une série qui se démarque des autres séries Star Wars sur de nombreux points. À commencer par la qualité de la réalisation, la beauté des prises de vues et des paysages, la perfection des décors et l'utilisation justement équilibrée de la technologie du Volume. Si on avait pu avoir la même qualité technique, graphique, et de réalisation, ainsi que cette juste utilisation de la nouvelle technologie « révolutionnaire » d'ILM pour la série sur Obi-Wan Kenobi, elle aurait pu être tout aussi grandiose. Bon, en même temps pour Andor, on parle d'une série qui est en projet depuis 2018, dont le producteur Tony Gilroy prévoyait déjà au moins trois saisons, et dont le budget alloué est… ah non, pas si différent que ça quand on compare par épisodes… alors qu'est-ce qui fait que cette série a l'air si bien travaillée ?

Pour moi, cela commence déjà par la musique, qui est utilisée et évolue tout au long des épisodes, et qui est relativement différente de tout ce qu'on a déjà vu dans Star Wars, car elle s'incruste même à travers le scénario, en devenant un élément principal pour les habitants de Ferrix. À la fois sombre et lancinante, elle sait aussi être entraînante et nous permet de marquer les enjeux et le suspense.

Quant au choix des paysages, il n'y a rien à dire. Entre la richesse visuelle des paysages de Ferrix, le côté oppressant de l'oecuménopole qu'est Coruscant avec l'omniprésence du permabéton, les niveaux de la planète et les bâtiments qui semblent se chevaucher et s'écraser les uns sur les autres, la différence entre la richesse du BSI et la pauvreté des habitations aux alentours… Et je pousserai même en disant qu'il y a un caractère plus adulte au niveau de la représentation de Morlana, où on voit vraiment le côté pauvre et malfamé d'une galaxie en souffrance, où on peut même apercevoir des prostituées et des trafiquants…

Le côté plus sombre et adulte de la série la rend d'ailleurs plus crédible, ce qui rend les enjeux plus élevés ! On n'hésite pas à nous montrer le « héros » tuer des corporatistes de sang froid, faisant bien le lien avec son caractère dans Rogue One, tout comme Luthen qui sacrifie consciemment Anto Kreegyr ainsi que 30 hommes pour « le bien commun ». D'ailleurs, on comprend directement les enjeux, que ce soit au niveau des petites gens qui essayent de s'en sortir ou de combattre la tyrannie, comme des grandes pontes qui font partie de la rébellion comme Mon Mothma ou Luthen, et dont la double vie n'en est que plus compliquée !

Le passage de la transformation de Luthen étant par ailleurs excellent et très révélateur de sa personnalité. Les discours prononcés par Cassian, Nemik ou même parfois par Luthen sont à la fois galvanisants, impressionnants de justesse et de réalisme, et tellement à propos et motivants qu'ils m'en ont donné des sueurs et les poils qui se hérissent ! Sans parler de la dernière élocution de Maarva, lors de ses funérailles, qui bat tous les records en termes d'exaltation pour ceux qui l'écoutent, que ce soit sur Ferrix, ou sur notre canapé devant Disney+ !

En bref, une série qui m'a bien bottée, même s'il s'agissait d'une de celles que j'attendais le moins, elle fait maintenant facilement partie de mon top 3 ! Tout a été subtilement réalisé, en therme de révolution musicale, en ce qui concerne la photographie, mais aussi grâce à l'ambiance plus sombre et plus adulte, où on comprend mieux les enjeux et les sentiments des protagonistes. Vivement la saison 2 !

 

L'avis de Kir Kanos

De toutes les séries Star Wars, Andor est devenu petit à petit celle que j'attendais le plus. Il faut dire qu'après la désillusion de The Mandalorian (j'en attendais autre chose), la consternation face au Livre de Boba Fett, la demi satisfaction avec Obi-Wan Kenobi, elle avait un boulevard devant elle.

Aussi quel ne fut pas mon plaisir d'avoir été happé par la série dès les premières images et jusqu'au dernier épisode (pffff, ce final). Donc autant évacué l'AT-AT dans la plaine, oui, j'ai aimé Andor et je trouve que c'est la meilleure série Star Wars actuelle.

Ce que j'ai aimé dans la série, c'est que malgré un propos finalement classique, faire un choix face à la tyrannie, elle prend le temps de développer son intrigue en faisant monter la tension et les enjeux pour les personnages aux fils des épisodes, via une démonstration des aspects les plus triviaux de cette tyrannie (la bureaucratie, l'ingérence, les luttes de pouvoir etc.). Et surtout, la série réussie à inscrire son intrigue dans une galaxie cohérente et organique, où les actes des uns ont des conséquences sur les autres. Et puis, il est salutaire de rappeler que l'Empire est tout autant une machine bureaucratique, que militaire, implacable, broyant les gens d'une simple décision. Et que travailler pour cette machine, ou la combattre, nécessite des sacrifices qui broient l'âme des personnages, donnant de l'épaisseur à ceux-ci. Justement ça tombe bien, les personnages sont le coeur et la force de la série.

Et que je les aime ces personnages, profondément humains, dont on découvre au fil des épisodes les motivations mais aussi les doutes et les sacrifices réalisés pour y parvenir, tant du côté de l'Empire que des rebelles. Des personnages qui sont très bien écrits et incarnés. Car entre la détermination, la grandeur tragique de Luthen Rael (parfait Stellan Skarsgard), la carapace de froideur de Dedra Meero (impressionnante Denise Gough), l'incertain, mais majestueux jeu de dupe de Mon Mothma (charismatique Genevieve O'Reilly) ou encore le fanatisme absolu de Syril Karn (flippant Kyle Soller), tous les personnages sont crédibles, même les seconds rôles qui sont loin de faire simplement de la figuration. Personnellement, je retiendrai tout autant les grands discours enflammés que les mimiques et jeux de regards se passant justement de discours.

Enfin, on ne peut pas passer sous silence la réalisation de grande qualité de la série. Que ce soit au niveau des décors urbains ou les paysages plus naturel, de l'impressionnant travail sur les costumes et les décors, visuellement la série est propre et propose de belles images. Je pense à l'oeil, à Narkina 5 vu du ciel, à certains plans dans l'appartement de Mon Mothma, à la parade sur Ferrix etc. En parlant de la parade sur Ferrix, la transition est toute trouvée pour parler de la musique de Nicholas Britell qui a fait un travail formidable au niveau des musiques. Vraiment, réécoutez l'OST, elle est disponible partout, gros gros faible pour Forming Up/Unto Stone We Are.

Bref, je vais m'arrêter ici, vous avez compris, j'ai aimé la série tant sur son fond que sur sa forme. Et ça, on ne va pas se mentir, ça me change pas mal des précédentes séries. Les attentes pour la saison 2 sont hautes, mais également pour les prochaines séries Star Wars à venir (je pense fort à toi The Acolyte). Ha et si ce n'est pas encore fait et que vous avez aimé la série, lisez Étoiles Perdues de Claudia Gray, vous y retrouverez beaucoup de Andor dedans.

Retrouvez plus d'actus Star Wars :



Partager cet article