Et si la France construisait un Destroyer Stellaire de Star Wars ?

News écrite par le 24/02/2012 à 14h20 (lue 11 742 fois)

Après la récente "étude" menée sur les coûts de construction de l'Etoile de la Mort si l'on se basait sur des considérations terriennes "réalistes" pour estimer le coût de construction d'un engin de Star Wars, et comme l'équipe de l'HoloNet ne recule décidément devant aucun projet stupide ambitieux, nous avons décidé de faire la même chose mais en partant sur une base plus modeste et dans un contexte plus "local", disons.

Comme vous le savez, la France possède une Marine de combat complète et performante, avec notamment au coeur de son dispositif un magnifique porte-avions, le Charles de Gaulle. Partant de là, nous nous sommes demandé comment la France pourrait, disons, être un peu plus ambitieuse et vouloir partir à la conquête de la galaxie. Oui, la galaxie, carrément. Autant voir grand.

Alors pour partir à la conquête de la galaxie, il faut un vaisseau spatial. Grand et armé, de préférence, histoire de casser la figure aux Martiens en quittant le système solaire pour partir à la découverte conquête de nouvelles formes de vie, de nouvelles civilisations... heu non ça c'est un autre univers, restons dans Star Wars...

Bref. Si la France veut s'imposer dans l'espace, il lui fait un Destroyer Stellaire de classe Impériale-I, pas moins. On vous avait prévenu, c'est un programme ambitieux. Mais donc, du coup, si la France veut construire un pareil vaisseau, combien est-ce que cela va coûter au contribuable ? Et combien de temps il va falloir faire bosser nos meilleurs ingénieurs et ouvriers sur ce coup ? Réponse tout de suite, grâce à l'HoloNet.

Cette étude éminemment sérieuse (évidemment, puisque SW:H est sur le coup) prend pour postulat de départ les éléments suivants :

  • la France dispose d'un chantier naval orbital à même de construire un Destroyer Stellaire sorti tout droit de l'univers de Star Wars
  • la France dispose de toute la technologie et des connaissances nécessaires (évidemment !)
  • les chiffres évoqués dans l'étude sont pour la plupart des estimations grossières - voire énormes pour certaines
  • le point de comparaison initial est le porte-avions Charles de Gaulle

 

Point de comparaison : porte-avions Charles de Gaulle

  • 261.5 mètres de long
  • 25 mètres de haut environ pour le pont d'envol
  • 1 950 marins
  • 800 soldats en transports de troupe
  • 40 appareils maximum, tous types confondus (essentiellement des Rafale)
  • coût construction : 3 milliards d'euros ; coût global pour durée de vie de 35 ans incluant les maintenances : 7,7 milliards d'euros
  • durée de construction : 14 ans environ (du début de la construction au déploiement opérationnel)
  • coûts de maintenance annuel : environ 90 millions d'euros (évalution selon coût et planning d'une Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparations - IPER)
  • coût des salaires (moyenne de 1 500 euros mensuels) : environ 50 millions d'euros par an

 

Objectif : Destroyer stellaire impérial-I

  • 1 600 mètres de long (6,1 fois plus que le CdG). Au total, volume environ 200 fois celui du CdG
  • 37 085 hommes d'équipage (19 fois plus que le CdG)
  • 9 700 stormtroopers (12 fois plus de soldats que le CdG)
  • 125 appareils environ (3,1 fois plus que le CdG)
  • coût construction estimé pour la France : 600 milliards d'euros ; coût global pour durée de vie : environ 1 540 milliards d'euros
  • durée de construction estimée pour la France : 2 800 ans
  • coûts de maintenance annuel estimé : environ 18 milliards d'euros (compris dans le coût global pour durée de vie)
  • coût des salaires (moyenne de 1 500 euros mensuels) : environ 840 millions d'euros par an

Conclusion : la conquête de l'univers c'est pas pour demain, à moins d'y aller dans une corvette corellienne...

Bon, vous l'aurez compris, cette news totalement décalée est à prendre au 28ème de degré avec le maximum d'humour dont vous êtes capable. Désolé par avance pour les puristes et les spécialistes qui noteront d'inévitables erreurs, merci d'excuser les néophytes que nous sommes et n'hésitez pas à nous dire dans les commentaires si nous avons fait des erreurs (au moins sur les données établies, sinon pour le reste...).



Partager cet article